Manuel María Mallarino

Manuel María Mallarino, né le à Cali et mort le à Bogota, est un avocat et homme d'État colombien qui fut le dernier vice-président de la république de Nouvelle-Grenade avant de devenir président entre 1855 et 1857.

Manuel María Mallarino
Illustration.
Portrait de Manuel María Mallarino.
Fonctions
8e président de la république de Nouvelle-Grenade

(2 ans, 3 mois et 28 jours)
Vice-président Lui-même
Prédécesseur José María Melo
Successeur Mariano Ospina Rodríguez
Vice-président de la république de Nouvelle-Grenade

(5 ans, 1 mois et 21 jours)
Président José María Obando
José María Melo
Lui-même
Mariano Ospina Rodríguez
Prédécesseur José de Obaldía
Successeur Poste supprimé
Eliseo Payán (indirect)
Biographie
Nom de naissance Manuel María Mallarino Ibargüen
Date de naissance
Lieu de naissance Cali ( Vice-royauté de Nouvelle-Grenade)
Date de décès (à 63 ans)
Lieu de décès Bogota ( États-Unis de Colombie)
Parti politique Parti conservateur
Conjoint Mercedes Cabal Borrero
Profession Avocat

Manuel María Mallarino
Présidents de la Colombie

Carrière politique modifier

Dès ses études, Mallarino commence à évoluer dans les cercles politiques de sa province, du côté du parti des rétrogrades, au nom duquel il arrive à la Chambre des représentants en 1836 et participe à la fondation du parti ministériel (union des rétrogrades et dissidents santanderistes) dont est issu le parti conservateur. Plus tard, il occupera un siège au Sénat et dans les gouvernorats des provinces de Popayán et Buenaventura. Ses bons offices en tant que chef régional du conservatisme naissant ont été récompensés par le président Tomás Cipriano de Mosquera, qui l'a nommé secrétaire d'État en 1846, jusqu'en 1847.

Vice-président modifier

En 1854, les libéraux sont au pouvoir en la personne du président José María Obando, qui a succédé à José Hilario López en avril 1853 face à Tomás de Herrera. Une nouvelle constitution a été adoptée en 1853, qui amorce un virage idéologique pour le pays reflétant les idées libérales.

Ayant battu le candidat libéral, Mallarino accède, malgré la victoire à la présidence d'Obando, au poste de vice-président sous l'étiquette du parti conservateur.

En mars 1854, le général José María Melo, à la tête de la garnison de Bogota, est accusé de meurtre, ce qui le pousse à la rébellion armée contre le gouvernement d'Obando. Le , il dissout les Chambres, abolit la constitution et enferme le président. Lorsqu'il proclame la dictature, le pays se soulève.

Président de la République modifier

Les forces combinées de Pedro Alcántara Herrán, Tomás Cipriano de Mosquera et López parviennent à vaincre les forces de Melo à Bogotá le . L'acte de reddition est signé dans l'actuel parc Santander.

En tant que vice-président, Mallarino est désigné comme Président par intérim jusqu'à la tenue de la prochaine élection présidentielle, en 1857.

Liens externes modifier