Ouvrir le menu principal

Manuel Bibes

Physicien français

Manuel Bibes (né le à Sainte-Foy-la-Grande) est un physicien français, directeur de Recherche au CNRS, spécialiste des oxydes fonctionnels, des matériaux multiferroïques et de spintronique.

BiographieModifier

Après un diplôme d’ingénieur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse (1998), il soutient une thèse en 2001 sous la direction de Josep Fontcuberta à l’ICMAB, à l’Université Autonome de Barcelone (2001), sur la physique de couches minces de manganites et leur utilisation en spintronique[1]. Il effectue ensuite un séjour post-doctoral à l’Unité Mixte de Physique CNRS/Thales sous la direction d’Albert Fert.

Manuel Bibes intègre le CNRS en 2003 à l’Institut d’Électronique Fondamentale (maintenant le Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies, C2N). Après des séjours au MIT et à l’Université de Cambridge en tant que chercheur invité, il rejoint l’Unité Mixte de Physique CNRS/Thales en 2007[2]. Manuel Bibes est un pionnier de la recherche sur les matériaux multiferroïques[3] (simultanément magnétiques et ferroélectriques) et de leur utilisation pour le contrôle électrique du magnétisme. En 2009 son équipe découvre le phénomène d’électrorésistance géante dans des jonctions tunnel ferroélectriques[4] (résultats publiés dans la revue Nature[5]) utilisables en tant que synapses artificielles[6]. En 2016, en collaboration avec le laboratoire Spintec, il démontre que des interfaces d’oxydes non-magnétiques peuvent être utilisées en tant que détecteurs de spin ultrasensibles puis collabore avec Intel[7] pour la mise au point d’un nouveau type de transistor[8] visant à remplacer les transistors actuels basés sur la technologie CMOS. En 2018, il est reconnu en tant que Highly Cited Researcher par Clarivate Analytics[9].

Récompenses et distinctionsModifier

Conférences vidéo et audioModifier

RéférencesModifier

  1. Manuel Bibes, « Élaboration et étude de couches minces de manganites à valence mixte », Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse et Université Autonome de Barcelone,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2019)
  2. « BIBES Manuel, CNRS/Thales »
  3. Ferrite de bismuth, le solide surdoué, Le Monde 24 juin 2013, https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/06/24/ferrite-de-bismuth-le-solide-surdoue_3435707_1650684.html
  4. Electronique : De futures mémoires ferroélectriques, Le Monde, 13 juin 2009
  5. Giant tunnel electroresistance for non-destructive readout of ferroelectric states, V. Garcia, S. Fusil, K. Bouzehouane, S. Enouz-Vedrenne, N. D. Mathur, A. Barthélémy & M. Bibes, Nature 460, 81 (2009), https://www.nature.com/articles/nature08128
  6. Une synapse artificielle apprend toute seule, Le Monde, 4 avril 2017, https://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/04/04/une-synapse-artificielle-apprend-seule_5105942_1650684.html
  7. http://www.cnrs-thales.fr/spip.php?article403
  8. Scalable energy-efficient magnetoelectric spin–orbit logic, S. Manipatruni, D.E. Nikonov, C.C. Lin, T. A. Gosavi, H. Liu, B. Prasad, Y.-L. Huang, E. Bonturim, R. Ramesh & I. A. Young, Nature 565, 32 (2019), https://www.nature.com/articles/s41586-018-0770-2
  9. « Highly Cited Researchers - The Most Influential Scientific Minds », sur HCR (consulté le 21 mars 2019)
  10. (en) « EU invests €540 million to boost cutting-edge research », sur ERC: European Research Council, (consulté le 17 avril 2019)
  11. https://www.humboldt-foundation.de/pls/web/pub_auswahlergebnisse.main?p_lang=en&p_bereich=PUBL-BES
  12. http://www.academie-sciences.fr/fr/Communiques-de-presse/communique-de-presse-le-prix-descartes-huygens-2017-attribue-a-deux-specialistes-des-nanosciences.html
  13. https://www.aps.org/programs/honors/fellowships/archive-all.cfm?initial=B
  14. https://cordis.europa.eu/project/rcn/192404/factsheet/fr
  15. https://www.european-mrs.com/meetings/2017-spring/eu-40-materials-prize
  16. https://www.college-de-france.fr/site/en-antoine-georges/seminar-2017-05-30-11h30.htm
  17. Académie des sciences, « [Conférence] M. BIBES - A journey through the oxide world », (consulté le 26 février 2019)