Manos Limpias

Manos Limpias (« Mains propres » en espagnol) est un syndicat de fonctionnaires espagnols d'extrême droite, fondé en 1995 par l'avocat Miguel Bernad Remón, ex-dirigeant de Fuerza Nueva, le parti nationaliste de Blas Piñar.

DescriptionModifier

Dénué de représentation institutionnelle en 2009, ce syndicat s'est néanmoins illustré en lançant plusieurs attaques judiciaires contre des mouvements de gauche, ainsi que contre le magistrat Baltasar Garzón à la suite de sa tentative de rouvrir le dossier des crimes amnistiés du franquisme[1]. Celui-ci est une cible de longue date de Manos Limpias, qui a déposé pas moins de 19 plaintes contre lui depuis 1997 sans qu'aucune, jusqu'alors, ne soit couronnée de succès[2],[3].

Le juge Juan del Olmo (en) et la procureur Olga Sánchez ont aussi été attaqués sans succès, celui-là pour supposée destruction de preuves concernant les attentats du 11 mars 2004, accusation qui a été rejetée. Le syndicat a aussi tenté de s'opposer à la loi autorisant le mariage homosexuel, et a essayé plusieurs procédures judiciaires contre des nationalistes catalans ou basques.

Notes et référencesModifier