Manon Brunet

escrimeuse française

Manon Brunet
Manon Brunet au tournoi d’Orléans en 2014.
Manon Brunet au tournoi d’Orléans en 2014.
Carrière sportive
Période d'activité en cours
Arme Sabre
Main Droitière
Maître d'armes Christian Bauer
Club CE Orléans
Biographie
Nationalité Française
Naissance (26 ans)
Lieu de naissance Lyon
Taille 170 cm
Poids 55 kg
Surnom Brunette
Palmarès
Jeux olympiques 0 1 1
Championnats du monde 1 2 1
Championnats d'Europe 0 2 2
Championnats de France 2 1 0
Coupe du monde (Ind.) 6 2 6
Dernière mise à jour le 26 juillet 2021

Manon Apithy-Brunet, née le à Lyon, est une escrimeuse française, dont la spécialité est le sabre, qu’elle manie de la main droite. Atteignant la place de numéro un mondial du sabre féminin au cours de la saison 2021-2022, elle est classée au niveau international depuis 2011, année de ses premières compétitions de haut-niveau, à l’époque en catégorie Junior, où elle est entrée avec plusieurs années d’avance.

Ayant rejoint depuis le cercle d’escrime orléanais, le goût prononcé qu’elle a développé très jeune pour l’escrime la mènera à obtenir de très bons résultats, lui valant une qualification en équipe de France Junior. Elle rejoint alors l’INSEP, où elle reste jusqu’en 2021. Après une médaille de bronze en individuel aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, elle décide d’intégrer l’académie de Christian Bauer[1] pour la saison suivante.

Outre ses performances individuelles, Manon devient en 2018, à Wuxi, championne du monde de sabre par équipes avec l’équipe de France (composée également de Caroline Quéroli, Cécilia Berder et Charlotte Lembach). Cette performance est confirmée en 2021 par une médaille d’argent par équipes aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 où elle remporte également le bronze en individuel.

CarrièreModifier

Enfance et débuts à Rillieux-la-PapeModifier

Manon Brunet naît à Lyon le [2] de Sandrine et Philippe Brunet. Elle passe une grande partie de son enfance à Lyon, où elle développe déjà une âme sportive, poussée par sa famille, qu’elle décrit comme « très sportive »[3]. Elle s’essaye à différents sports, notamment le taekwondo et la danse, mais ces sports ne l’intéressent que peu[4]. À l’âge de 8 ans, elle découvre finalement l’escrime[2] et s’inscrit au club « Sabre au clair » de Rillieux-la-Pape, sous la direction de Carlos Bravo[5].

Dès ses premières années, elle remporte de nombreuses compétitions, de niveau régional et national[6]. Ces victoires, ainsi que la notoriété de son club – ayant déjà envoyé d’autres sabreurs aux pôles d’Orléans et de Tarbes[7] – va l’aider à être repérée par de grands clubs et la pousser vers une escrime de plus haut niveau.

Pôle espoir à Orléans et intégration à l’INSEPModifier

Du fait de ses nombreuses victoires, Manon Brunet se voit offrir de nombreuses opportunités, dont une du pôle espoir du Cercle d’escrime orléanais et du Lycée Charles Péguy d'Orléans. À contrecœur[8], elle doit quitter le club de Rillieux, car celui-ci ne peut se permettre de l'aider à financer sa participation aux compétitions internationales. Elle rejoint alors, à seulement 14 ans, le Cercle d'escrime orléanais[7], qui lui permet quelques mois plus tard d’entrer en équipe de France Junior[3].

Cette intégration au club d’Orléans est un tremplin pour Manon, qui remporte en 2012, peu après son intégration, le tournoi de Londres en Cadet (moins de 17 ans)[9], un tournoi d’escrime de niveau international. On retrouve au classement de ce tournoi de nombreuses autres escrimeuses de haut-niveau, telle que sa future partenaire en équipe de France, Sara Balzer.

Dès 17 ans[10], son palmarès en Junior – où elle se classe dans le top 10 mondial pendant plusieurs années de suite, justifie son intégration à l’INSEP, au pôle France, pour tirer en catégorie Junior, ainsi que, par surclassement, en Sénior (plus de 20 ans)[10], soit avec une avance de trois ans sur l’âge nominal.

Premiers championnats du monde et Jeux Olympiques de 2016Modifier

À l’occasion des championnats du monde d’escrime Junior 2015, à Tachkent, Manon Brunet devient pour la première fois vice-championne du monde en catégorie Junior, titre qu’elle conserve l’année suivante en remportant la médaille d’argent aux championnats du monde d’escrime junior 2016 à Bourges. En parallèle à son classement Junior, elle participe à quelques compétitions en catégorie supérieure (Sénior) et parvient à se classer 9e dès la saison 2015/2016, ce qui représente une performance prometteuse pour les années à venir.

 
Manon Brunet à Orléans en 2019.

Grâce à ses performances sportives, notamment une victoire à la coupe du monde de Novi Sad, en Serbie et une seconde place à la coupe de monde de Bourges, Manon Brunet est sélectionnée pour les Jeux olympiques d’été de 2016[11]. Elle se réjouira de cette sélection, répondant à l’objectif qu’elle s’était fixé de tirer aux JO de Rio[12]. Malheureusement pour elle, ces jeux olympiques ne lui rapporteront pas de médaille, puisqu’elle perd en demi-finale, d'une touche face à la no 1 mondiale, Sofia Velikaïa, puis en petite finale contre Olha Kharlan.

Jeux olympiques de 2021Modifier

L’année suivant sa défaite aux Jeux olympiques de 2016, Manon remporte la première compétition de la saison, le Trophée BNP Paribas (coupe du monde de sabre dames), à Orléans, son club d’origine. Le reste de ses résultats de la saison, dont une autre victoire à la coupe du monde de Yangzhou, en Chine et une seconde place à Athènes, en Grèce[13], lui permettent de se classer 4e du classement international pour la saison 2016-2017.

Continuant sur cette lancée, elle se positionne par la suite en troisième place du classement pendant deux saisons consécutives, ce qui lui assure une qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo[14] en 2021, où elle décroche la médaille de bronze en individuel, avant de remporter la première médaille collective du sabre féminin français, en accédant à la finale par équipes (où les athlètes du comité olympique russe l'emportent 45-41) avec Cécilia Berder, Charlotte Lembach et Sara Balzer[15].

À la suite des Jeux olympiques, Manon Brunet quitte l'INSEP pour rejoindre l'académie de Christian Bauer, nouvellement fondée à Orléans[1]. Ce changement de structure, de méthode d'entraînement et de style d'escrime complique son début de saison de Coupe du monde 2021-2022[16]. Après les quatre premiers tournois, elle compte un seul podium obtenu à Plovdiv. Malgré ces résultats, l'absence de ses principales rivales au classement mondial, Sofia Velikaïa, Sofia Pozdniakova et Olha Kharlan, toutes trois en pause post-olympique avant d'être exclues, dans le cas des sabreuses russes, du circuit mondial en conséquence de l'invasion russe de l'Ukraine, lui permet de se rapprocher graduellement de la place de no 1 mondiale qu'elle atteint en remportant la cinquième levée de la Coupe du monde, à Istanbul contre sa jeune compatriote Anne Poupinet[16].

Profil de sabreuseModifier

Manon Brunet est une sabreuse connue pour ses attaques très longues, parfois effectuées sur toute la longueur de la piste, qu’elle effectue par de nombreuses marches rapides pendant lesquelles elle cherche à déstabiliser l’adversaire, en réalisant par exemple des feintes très rapides. Ces marches se terminent généralement sur une fente très ample, permettant, dans la plupart des cas, de toucher l’adversaire, à la fois surpris et bloqué en fond de piste. Dans certains cas, la tireuse adverse sort simplement de la piste, garantissant à Manon Brunet un point.

Toutefois, elle est mise en difficulté par les mouvements effectués par son adversaire sur la hauteur, on pourrait citer par exemple les attaques précédées d’un saut effectuées par Kim Ji-yeon.

Parcours académiqueModifier

Pendant l’entièreté de son parcours sportif, Manon est restée intégrée à un cursus scolaire. Lors de son intégration à Orléans, puis à l'INSEP, elle poursuit son Baccalauréat scientifique. Par la suite, elle s’inscrit dans une licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives, qu’elle doit abandonner par manque de temps, pour y substituer un BTS de management des unités commerciales, pouvant être suivi directement à l’INSEP[3].

Sortie diplômée de son BTS en 2017, elle s’inscrit au cursus en ligne de l’EDHEC Business School pour préparer le diplôme de Business Bachelor of Administration (BBA)[17]. Ce cursus adapté permet de concilier un carrière sportive de haut-niveau avec des études supérieures. Malgré tout, ces études sont longues et nécessitent des adaptations importantes pour les entraînements sportifs, l’obtention du Bachelor se situe donc à l’horizon 2023-2024, peu avant les Jeux olympiques de Paris.

Vie personnelleModifier

Manon Brunet est en couple avec le sabreur français Boladé Apithy[18]. Ils se marient à Rillieux-la-Pape le 23 octobre 2021[19].

PalmarèsModifier

  • Résultats en Coupe du monde :
    •   Médaille d’or en individuel à Orléans (France) en 2019
    •   Médaille d'or en individuel à Sint-Niklaas (Belgique) en 2019
    •   Médaille d'oren individuel à Tunis (Tunisie) en 2018
    •   Médaille d’or en individuel à Yangzhou (Chine) en 2017
    •   Médaille d’or en individuel à Orléans (France) en 2016

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Olivier Navarranne, « Escrime – Manon Brunet : « L’objectif, c’est de gagner les JO. Tout simplement » », sur sportmag.fr, (consulté le )
  2. a et b « [PDF] Fiche de Manon BRUNET, FFE », sur escrime-ffe.fr, (consulté le )
  3. a b c d et e Agnès Millet, « Manon Brunet, une étudiante sabre au clair vers l’or olympique », sur letudiant.fr, (consulté le )
  4. Alessandro Gennari, « Manon Brunet : « Je veux l’or par équipes » », Pianeta Scherma,‎ (lire en ligne)
  5. « Sabre : Manon Brunet, poursuit son parcours pour les JO », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  6. « Mahée MERICA et Mathieu GARRUCHO remportent la première zone H2016 », (consulté le )
  7. a et b « Sabre au clair – Informations », (consulté le )
  8. « Manon Brunet : le sabre à Orléans, le cœur au Clair à Rillieux », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  9. « European Cadet Circuit | European Fencing Confederation », sur www.eurofencing.info
  10. a et b « Rillieux-la-Pape – Manon BRUNET - Repère », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  11. « Manon BRUNET – L’équipe de France olympique », (consulté le )
  12. « Fencer – Manon BRUNET – Biography », (consulté le )
  13. « Tireur - BRUNET Manon - FRANCE - FIE - International Fencing Federation », sur fie.org
  14. Razik Brikh, « Escrime : Manon Brunet, un espoir de médaille à Tokyo (reportage photo) », sur www.lyoncapitale.fr, (consulté le )
  15. « Sabre par équipes : les Françaises historiques avec l’argent derrière le ROC », sur olympics.com, (consulté le )
  16. a et b Thomas Vichard, « Escrime : l'or à Istanbul "fait du bien moralement" à Manon Apithy-Brunet, nouvelle numéro 1 mondiale au sabre », sur francebleu.fr, France Bleu Orléans,
  17. « EDHEC BBA Online – 9 sportifs sélectionnés aux JO d’été 2021 à Tokyo »,
  18. Stéphanie Bianchi, « JO de Tokyo : «C’était invivable, j’ai eu l’impression de devenir fou» confie le sabreur Boladé Apithy, compagnon de Manon Brunet », sur leparisien.fr, (consulté le )
  19. « Manon Brunet, médaillée olympique en escrime, s’est mariée avec Boladé Apithy », sur leprogres.fr, (consulté le )
  20. Décret du 8 septembre 2021 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :