Maniwaki

ville du Québec (Canada)

Maniwaki
Maniwaki
Rue Principale (route 105)
Blason de Maniwaki
Exemplo Non Imperio
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Outaouais
Subdivision régionale La Vallée-de-la-Gatineau
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Francine Fortin
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Maniwakien, ienne
Population 3 853 hab. ()
Densité 438 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 30″ nord, 75° 58′ 00″ ouest
Superficie 880 ha = 8,8 km2
Divers
Fuseau horaire UTC−05:00
Code géographique 2483065
Devise Exemplo Non Imperio
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Maniwaki
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Maniwaki
Géolocalisation sur la carte : Outaouais (Québec)
Voir sur la carte administrative de la zone Outaouais
City locator 14.svg
Maniwaki
Géolocalisation sur la carte : Outaouais (Québec)
Voir sur la carte topographique de la zone Outaouais
City locator 14.svg
Maniwaki
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Maniwaki est une ville du Québec située dans la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau, dans l'Outaouais[1]. Le nom signifie « Terre de Marie » en algonquin[2].

La ville est siège du Conseil tribal de la Nation algonquine Anishinabeg. Pourtant les algonquins sont très présents et possesseurs d'une réserve limitrophe; Kitigan Zibi.

La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

GéographieModifier

Municipalités limitrophesModifier

  Egan-Sud  
Egan-Sud N Déléage
O    Maniwaki    E
S
Kitigan Zibi

HistoireModifier

Fondée en 1851 et située à 125 km au nord de Gatineau et d'Ottawa, la ville de Maniwaki constitue aujourd'hui le principal centre de services de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau. Elle est riche de plusieurs services tels que : restauration, hébergement, loisirs, nombreux magasins et boutiques, services de santé (hôpital, CLSC, CHSLD...), éducation (trois écoles primaires francophones, une école primaire anglophone et une école secondaire francophone de même qu'une anglophone), ainsi que plusieurs infrastructures touristiques.

La ville et sa région doivent leur développement à la naissance de l'industrie forestière, au début du XIXe siècle.

Cet essor est en partie attribuable au Blocus continental imposé par Napoléon Ier, en 1806, pour contrer le Royaume-Uni. L'Angleterre se tourne alors vers le Canada pour s'approvisionner en bois de pin indispensable à la construction de ses navires. Or, la région de l'Outaouais et celle de la Vallée-de-la-Gatineau regorgeaient de cette ressource naturelle.

HéraldiqueModifier

Exemplo Non Imperio

L'écu de Maniwaki se blasonne ainsi :

De sable à la herse d'argent; au chef cousu d'azur à la croix de calvaire d'argent avec la couronne d'épines entre les bras, au naturel, la croix porte en sautoir, à dextre, la sainte lance et à semestre, le bâton et l'éponge, aussi au naturel, le tout est fixé par deux soutiens ou épaulements sur un tertre au naturel; la croix est accompagnée de deux arcs d'argent.[3]

DémographieModifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
4 6054 5274 0204 1023 9303 853

Entre 2006 et 2014, la ville est passée de 4 102 à 3 845 habitants.

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[4].

Maniwaki
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Robert Coulombe Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Francine Fortin Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Galerie photosModifier

 
Église de la paroisse du Christ-Roi.

Notes et référencesModifier

  1. Gouvernement du Québec, « Maniwaki », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation
  2. Toponymie : Maniwaki
  3. « Armoiries et drapeau », sur Ville de Maniwaki (consulté le 10 janvier 2009)
  4. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)

PersonnalitésModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier