Manguissa (peuple)

Manguissa

Populations significatives par région
Drapeau du Cameroun Cameroun 200 000 (2012)[1].
Autres
Langues manguissa
Description de cette image, également commentée ci-après
Implantation des Mengissa au centre-ouest de la région (bleu sombre)

Les Manguissa (ou Menguissa) sont une population bantoue du Cameroun vivant dans la région du Centre, notamment dans le département de la Lekié. Ils font partie du grand groupe des Beti et sont relativement proches des Eton. On retrouve les Manguissa dans les arrondissements de Sa'a et d'Ebebda qu'ils partagent avec leurs voisins Eton. Leur nombre a été estimé à 20 000 vers 1980[1].

LangueModifier

Généralement assimilés à tort aux Eton à cause de leur faible nombre et de l'ignorance des réalités locales, Ils parlent le manguissa, et l'ati, deux langues bantoue[2].

Il faut préciser que l'Ati est la langue jadis parlée par les Beti avec lesquels ils ont traversé la Sanaga. Les Manguissa autrefois divisés en trois groupes, les Beti (BenyAbéga, BenyiNoko et les Ossoko), les Betchewa (groupe proche des Yambassa) et les Menyouktou (Groupe proche des Fang), sont aujourd'hui mélangés . Les Beti après la traversée de la Sanaga, avaient trouvé les Eton déjà installés sur la rive droite, une guerre sans merci eu alors lieu pour la conquête des espaces, suivant les Anciens. Les Etons avaient dû être repoussés. Les Eton quant à eux sont très proches du groupe Fang. Le manguissa parlé ce jour serait l'ancienne langue du groupe des Menyouktou, le groupe des Betchewa ayant son parlé qui le différencie ce jour. La langue du groupe des Beti chez les Manguissa était l'Ati, encore appelé "LETI". On dit d'ailleurs chez les Manguissa que "le Beti parle Leti".

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Pierre Ombolo, Éléments de base pour une approche ethnologique et historique des Fang-Beti-Boulou (groupe dit Pahouin), s. n., Yaoundé, 1984, p. 23
  2. (en) Fiche langue[mct]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  3. Jean-Paul Messina, « Naissance et enfance de Jean Zoa : cadre familial et contexte ecclésial », in Jean Zoa, prêtre, archevêque de Yaoundé : 1922-1998, Éd. Karthala, Paris, 2000, p. 19 (ISBN 2-8458-6122-2)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Joseph Gabriel Elong, « Éton et Manguissa, de la Lékié au Mbam-et-Kim : jeux et enjeux fonciers (Centre-Cameroun) », in Cahiers d'Outre-Mer, nos 226-227, avril-, p. 289-312, [lire en ligne]
  • Martin Elouga, « Sémiologie des motifs décoratifs de la céramique actuelle d'un groupe bantu du sud-Cameroun : les Beti de la Lékié », in Bulletin de liaison des archéologues du monde bantu, nos 10-11, 1992, p. 17-24
  • Pierre Alexandre "Proto histoire du groupe Beti-Bulu-Fang" in Cahier d'études africaines, 1995, vol. 5, no 20, p. 503-560

Articles connexesModifier

Liens externesModifier