Ouvrir le menu principal

Man on Fire (film, 1987)

film sorti en 1987
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Man on Fire.
Man on Fire
Titre original Kidnapping - Pericolo in agguato
Réalisation Élie Chouraqui
Scénario Élie Chouraqui
Sergio Donati
Sociétés de production 7 Films Cinéma
Cima Produzioni
France 3 Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Thriller
Durée 92 minutes
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Man on Fire (Kidnapping - Pericolo in agguato) est un film franco-italien d'Élie Chouraqui réalisé en 1987. C'est l'adaptation du roman du même nom d'A.J. Quinnell (en).

SynopsisModifier

John Creasy, un ancien agent de la CIA, est engagé pour protéger la fille d'une riche famille américaine.

Fiche techniqueModifier

  États-Unis : TriStar
  France : Acteurs Auteurs Associés
  France :
  États-Unis : (New York)

DistributionModifier

ProductionModifier

AdaptationModifier

Man on Fire est l'adaptation cinématographique du roman L'Homme de feu (Man on Fire) d'A.J. Quinnell (en), un pseudonyme d'écrivain longtemps non connu[2], puis identifié : il s'agit du romancier anglais Philip Nicholson[3].

DéveloppementModifier

En 1980, le producteur américain Arnon Milchan, fondateur de Regency Enterprises, achète les droits du roman et propose à Tony Scott de le réaliser. Mais le projet ne se concrétise pas et Tony Scott se tourne vers Top Gun[2]. Le projet se monte alors en Europe avec le Français Élie Chouraqui comme réalisateur.

Tony Scott réalise finalement une nouvelle adaptation du roman, sortie en 2004, avec Denzel Washington dans le rôle de John Creasy. Cette version situe l'action à Mexico City.

CastingModifier

TournageModifier

Le tournage a lieu en Italie : à Rome et en Lombardie (Lac de Côme et Milan)[4].

AnecdoteModifier

Le thème musical de John Scott a été repris sans être crédité dans deux autres films : Randonnée pour un tueur (1988) de Roger Spottiswoode et Piège de cristal (1988) de John McTiernan.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier