Man of Constant Sorrow

chanson country américaine

Man of Constant Sorrow

Chanson de The Stanley Brothers, Bob Dylan, Joan Baez, Dan Tyminski
Sortie 1913
Genre Musique country

Man of Constant Sorrow (littéralement « L'homme au chagrin constant ») est une chanson country américaine, enregistrée la première fois par Dick Burnett (en), un violoneux du Kentucky, sous le titre Farewell Song, vers 1913.

Une première reprise est enregistrée par Emry Arthur (en) en 1928 puis la chanson est interprétée par de nombreux artistes comme Joan Baez en 1960, Bob Dylan en 1962 ou Rod Stewart en 1969. Plus récemment, l'intérêt du public pour cette chanson vient de la sortie du film O' Brother des Frères Coen en 2000, où son interprétation par les Soggy Bottom Boys, sous le titre I Am a Man of Constant Sorrow, joue un rôle central dans le scénario.

HistoireModifier

Le doute subsiste quant au véritable auteur de la chanson. Dans une interview donnée à la fin de sa vie, Dick Burnett ne parvient pas à se souvenir s'il l'a ou non écrite lui-même[1]. Il est probable qu'il ait pu s'inspirer pour la mélodie d'un vieil air baptiste[2]. Man of Constant Sorrow a plusieurs similitudes avec un hymne qui s'appelle I Am a Poor Pilgrim of Sorrow. L'hymnologue américain George Pullen Jackson pensait que ce hymne a ses origines dans The Green Mossy Banks of the Lea, une chanson traditionnelle anglaise.[3]

En 1918, le musicologue Cecil Sharp édite cette chanson sous le titre In Old Virginny. En 1936 la chanteuse américaine Sarah Ogan Gunning (en) en réécrit une version féminisée : Woman of Constant Sorrow. Le texte raconte la solitude loin de chez soi, prémonitoire de la mort de son époux Andrew Ogan peu de temps après à New York.

En 2009, Ralph Stanley, qui est né en 1927, raconte dans le show télévisé The Diane Rehm Show (en) sa propre version de l'histoire de cette chanson, et parle de son travail pour lui redonner vie : « La chanson Man of Constant Sorrow doit bien avoir deux ou trois-cents ans. Mais la première fois que je l'ai entendue, j'étais enfant, c'était mon père qui la chantait. Et mon frère et moi rajoutions des paroles, on lui redonnait vie. Sans cela elle aurait probablement disparu. Je suis fier d'être celui qui a déterré cette chanson »[4]. La biographie de Ralph Stanley s'intitule justement Man of Constant Sorrow[5].

Bande originale du film O' BrotherModifier

Man of Constant Sorrow est reprise quatre fois : deux d'entre elles sont des versions instrumentales avec les refrains en arrière-plan, les deux autres sont chantées avec des musiques additionnelles entre les couplets.

Liste sélective d'interprétationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en)Man of Constant Sorrow, Richard Burnett's Story, Old Time Music n°10, automne 1973, p.8.
  2. (en) Charles K. Wolfe, James E. Akenson, Country Music Annual 2002, p.28
  3. (en) George Pullen Jackson, Down East Spirituals and Others, pp.70-71
  4. (en)Stanley parle des origines de la chanson au Diane Rehm Show (lien audio sur la page web)
  5. (en)Article sur l'autobiographie de Stanley sur bluegrassjournal.com
  6. (en)Hidden Man Blues sur archive.org
  7. (en)Newport Jazz 2011 : John Hollenbeck Large Ensemble sur NPR
  8. « Le Bal des Bodin's - Fort Boyard », sur www.les-bodins.fr (consulté le )

Liens externesModifier