Malek Chebel

anthropologue algérien

Malek Chebel (arabe : مالك شبل) est un anthropologue et penseur[1] algérien des religions[2], né le à Skikda (alors appelée Philippeville) et mort le à Paris[3].

Malek Chebel
Image dans Infobox.
Malek Chebel en 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Œuvres principales
  • Manifeste pour un islam des Lumières
  • Dictionnaire encyclopédique du Coran
  • Traité du raffinement
  • Le Livre des séductions

Il étudie en Algérie, puis en France, à Paris, où il approfondit notamment la psychanalyse. Il enseigne dans de nombreuses universités à travers le monde[4].

Essayiste, auteur d’ouvrages spécialisés sur le monde arabe et l’islam, son travail s'appuie sur « l’islam des Lumières[5] ». Il tient des conférences dans de nombreux pays d’Europe et d’Afrique, et il travaille à une vaste enquête sur l’islam dans le monde[6].

Il est réputé pour sa réflexion sur l'islam, sa culture, son histoire, sa vie intellectuelle, son érotisme. Il est remarqué pour ses prises de positions publiques en faveur d'un islam libéral ainsi que d'une réforme de l'islam incluant certains aspects de la modernité politique, notamment :

« [...] opérer une séparation étanche entre le pouvoir temporel et le pouvoir intemporel, renvoyer la religion et les religieux dans leurs mosquées, et réévaluer le rôle politique et ses prérogatives[7]. »

BiographieModifier

Né en 1953 à Philippeville, maintenant Skikda, en Algérie[3], Malek Chebel perd son père alors qu'il n'a que 2 ans[8]. Élevé par sa mère, il fait ses études primaires et secondaires en « centre de regroupement »[8] puis obtient son baccalauréat philosophie et lettres arabes. Il entre en 1973 à l'Université de Constantine. Il est reçu premier de sa promotion pour son mémoire de licence en psychologie clinique[9].

Titulaire d'une bourse étudiante accordée par le consulat de France à Alger[9], il arrive en France en 1977[10] et obtient, en 1980, un premier doctorat en psychopathologie clinique et psychanalyse[11] à l'université Paris 7[12]. Puis en 1982, Malek Chebel obtient son doctorat d'ethnologie[13] à Jussieu, et en 1984 son doctorat de sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Paris[14].

Il exerce et donne des conférences en Europe, dans le monde arabe et aux Amériques : dans des universités en France, (Université Paris Sorbonne-Paris IV) ; au Maroc, Université de Marrakech ; en Tunisie ; dans plusieurs établissements supérieurs égyptiens ; aux États-Unis, à Berkeley et Stanford, à San Francisco, à l'UCLA de Los Angeles, à la CUNY à New York, Rockefeller University à New York ; en Belgique, l'ULB à Bruxelles ; etc.

Il donne à plusieurs reprises des interviews dans les médias et apparaît brièvement dans le film Secret Défense de Philippe Haïm. Il intervient fréquemment sur France-Culture[15] dans les années 2010 sur différentes thématiques en lien avec l'islam. A partir de 2006, il participe également à l'émission télévisuelle inter-religieuse récurrente, d'abord mensuelle puis devant son succès devenue hebdomadaire, "Les Enfants d'Abraham"[16] sur Direct 8, dans laquelle il échange aux côtés de Alain de La Morandais (abbé) et de Haïm Korsia (rabbin) sur des sujets d'actualité[17]. Leurs dialogues donnent naissance à un livre à trois mains[18].

Malek Chebel a fait partie du Groupe des Sages de l'UE qui, auprès de Romano Prodi, président de la Commission européenne, réfléchissait aux implications culturelles induites par l'Europe, notamment dans ses rapports avec la rive sud de la Méditerranée, à l'origine de l'élaboration de la première charte euro-méditerranéenne. Il s'intéresse désormais particulièrement aux travaux de l'Union pour la Méditerranée (UPM).

Il meurt le à Paris à la suite d'un cancer[19].

DistinctionsModifier

En 2004, il reçoit le Prix des écrivains croyants pour son livre Manifeste pour un islam des Lumières.

En 2008, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy[20].

ŒuvreModifier

  • 1984 : Le corps en Islam, Éd. PUF, coll. Quadrige 2e éd. 1999, 3e éd. 2004.
  • 1986 : La formation de l'identité politique, Éd. PUF, Éd. Payot, 2e éd. 1997.
  • 1986 : Le livre des séductions suivi de Dix Aphorismes sur l'amour, Lieu commun, Éd. Payot, 2e éd. 1997.
  • 1988 : L'Esprit de sérail, mythes et pratiques sexuelles au Maghreb, Lieu commun, Éd. Payot, 2e éd. 1997.
  • 1992 : Histoire de la circoncision des origines à nos jours, Éd. Balland, 2e éd. 1997, Éd. Perrin 3e éd. 2006.
  • 1993 : L'imaginaire arabo-musulman, Éd. PUF, 2e éd. coll. Quadrige 2002.
  • 1995 : Dictionnaire des symboles musulmans, Éd. Albin Michel, 2e éd. 2001.
  • 1995 : Encyclopédie de l'amour en Islam. Érotisme, beauté et sexualité dans le monde arabe, en Perse et en Turquie, Éd. Payot, 2e éd. 2003.
  • 1996 : Psychanalyse des Mille et Une Nuits, Éd. Payot, 2e éd. 2002.
  • 1997 : Les symboles de l'Islam, album, Éd. Assouline, 2e éd. 1999.
  • 1998 : Préface de Coran, Traduit par Edouard Montet, Éd. Payot-Poche, 2e éd. 2001.
  • 1999 : Traité du raffinement, Éd. Payot, 2e éd. en poche 2008.
  • 2000 : Du Désir, Éd. Payot, 2e éd. 2002.
  • 2001 : Les cent noms de l'amour, avec Lassad Metoui, Éd. Alternatives, 2e éd. 2003.
  • 2002 : Mahomet et l'Islam, Illustré par Yves Beaujard, Casterman.
  • 2002 : Le Sujet en Islam, Éd. du Seuil.
  • 2003 : Islam et Libre arbitre, la tentation de l'insolence, avec Marie de Solemne, Éd. Dervy.
  • 2004 : Dictionnaire amoureux de l'islam, Éd. Plon, coll. « Dictionnaire amoureux ».
  • 2004 : Manifeste pour un islam des Lumières. 27 propositions pour réformer l'islam, Éd. Hachette Littératures.
  • 2004 : Anthologie du vin et de l'ivresse, Éd. du Seuil, 2e éd. Pauvert, 2008.
  • 2005 : Préface de L'islam, passion française. Une anthologie, Bartillat.
  • 2005 : L'islam et la raison, le combat des idées, Perrin, 2e coll. Tempus, 2006.
  • 2006 : Le Kama sutra arabe, 2000 ans de littérature érotique en Orient, Pauvert.
  • 2006 : Le Coran raconté aux enfants, illustré par Mimi des Bois, Petit Phare.
  • 2007 : L'Islam expliqué par Malek Chebel, Perrin, coll. Tempus, 2e éd. 2009, 3e éd. 2013.
  • 2007 : Treize contes du Coran et de l'Islam, Fayard.
  • 2007 : L'esclavage en terre d'islam[21], Fayard.
  • 2007 : Ouvrage collectif Prières d'Islam. Ce que les hommes disent aux Dieux, Éd. du Seuil, p. 209-272.
  • 2008 : Le Coran pour les Nuls, avec Sohaib Sultan, Éd. Broché.
  • 2008 : L'Islam pour les Nuls, avec Malcolm Clark, Éd. Broché.
  • 2008 : Anthologie du vin et de l'ivresse en Islam, Pauvert.
  • 2009 : Sagesses d'Islam, Éd. First.
  • 2009 : Coran (nouvelle traduction), Fayard.
  • 2009 : Dictionnaire encyclopédique du Coran, Fayard.
  • 2011 : Les grandes figures de l'Islam, Librairie Académique Perrin.
  • 2011 : Les Enfants d'Abraham. Un chrétien, un juif et un musulman dialoguent, avec Alain de La Morandais, Haïm Korsia, Presses de la Renaissance.
  • 2012 : Dictionnaire amoureux de l'Algérie, Plon, coll. « Dictionnaire amoureux ».
  • 2013 : Changer l'islam : Dictionnaire des réformateurs musulmans des origines à nos jours, Albin Michel.
  • 2014 : L’érotisme arabe, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».
  • 2015 : L'inconscient de l'islam : Réflexions sur l'interdit, la faute et la transgression, CNRS, (ISBN 978-2-27108586-3).
  • 2015 : L'islam en 100 questions, Tallandier.
  • 2015 : Mohammed, prophète de l'islam, Robert Laffont.
  • 2017 : J'avais tant de choses à dire encore. Entretiens avec Fawzia Zouari, Desclée De Brouwer.
  • 2017 : Les 100 mots du Coran, Puf, coll. « Que sais-je ? ».

BibliographieModifier

  • Malek, une histoire vraie, Fayard, 2008, 262 p.

RéférencesModifier

  1. « Décès de l’anthropologue et penseur algérien Malek Chebel / El Watan », El Watan,‎ 12-30-2016 (lire en ligne, consulté le ).
  2. Toute son œuvre a été écrite en langue française et publiée en France.
  3. a et b « Malek Chebel, l'anthropologue de la sexualité en islam, est mort », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  4. Philippe-Jean Catinchi, « Mort de l’anthropologue Malek Chebel, défenseur d’un « islam des Lumières » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  5. « Malek Chebel publie le premier numéro de sa revue « Noor » pour un « islam des lumières » », sur La Croix (consulté le ).
  6. « Quid de Noor, une revue pour un islam des lumières », sur noorrevue.fr (consulté le ).
  7. L'inconscient de l'islam. CNRS éditions, 2015, page 96
  8. a et b Christine Rousseau, « « Malek une histoire vraie », de Janine Boissard », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  9. a et b Malek, une histoire vraie, Janine Boissard, Fayard, 2008.
  10. Son ami Hicham Ben Yaiche témoigne : « Ce que beaucoup de gens ignorent, c'est que Malek Chebel n'était venu au français que très tard. Il était arabophone. Son envie de réussir et sa capacité de travail lui ont permis d'avoir ce parcours exemplaire. En arrivant en France, il avait appris le dictionnaire pour maîtriser cette langue. Il suffit de lire ses premiers livres pour comprendre : il avait un style hermétique tant il s'évertuait à utiliser un langage savant. Puis, au fil des ans, l'appropriation s'est opérée. Cet auteur prolifique, je l'ai vu naître à l'écriture. » Le360afrique.com, 12 novembre 2016.
  11. Délivré par l'U.E.R. de Sciences Humaines Cliniques, dirigée par Jean Laplanche, à l'université Paris VII, ce doctorat a été créé en 1975. Son intitulé a été simplifié en 1980 pour devenir « doctorat en psychanalyse ». C'est un diplôme de recherche, et non de pratique et ne saurait donc autoriser son titulaire à se prévaloir du titre de « psychanalyste ». Cf. Fédération européenne de psychanalyse. Voir aussi La France et Freud, tome 2, 1954-1964, Alain de Mijolla, Puf, 2012.
  12. Le titre de cette thèse est Le tabou de la virginité au Maghreb : une approche psychanalytique, 1980, 353 pages. Elle n'a jamais été publiée ; Malek Chebel la cite lui-même à partir de son « exemplaire dactylographié » dans la bibliographie de son livre Le corps dans la tradition au Maghreb, p. 1999, et dans la réédition de celui-ci sous le titre Le corps en islam, 1999, p. 223.
  13. Le corps dans la civilisation traditionnelle du Maghreb, sous la direction de Najm oud-Dine Bammate, dans l'U.E.R. d'ethnologie, anthropologie et science des religions de l'université Paris VII.
  14. La formation de l'identité politique, sous la direction de Jean Leca.
  15. Les émissions avec M. Chebel sur France Culture en ligne [1]
  16. Visionner une émission en ligne [2]
  17. Présentation sur "Première" [3]
  18. Malek Chebel, Haïm Korsia, Alain de la Morandais (préf. Luc Ferry), Les Enfants d'Abraham, Presse de la Renaissance, (EAN 978-2-7509-0670-2, présentation en ligne)
  19. « L'anthropologue Malek Chebel est mort », sur liberation.fr, (consulté le ).
  20. Par afp, « Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières" », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  21. « L'esclavage en terre d'islam - Le regard d'un anthropologue - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le )

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :