Ouvrir le menu principal

Malbouhans

commune française du département de la Haute-Saône

Malbouhans
Malbouhans
La mairie, l'église et l'école.
Blason de Malbouhans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Lure-1
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Lure
Maire
Mandat
Sylvain Masson
2014-2020
Code postal 70200
Code commune 70328
Démographie
Gentilé Camboillots
Population
municipale
347 hab. (2016 en diminution de 7,71 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 45″ nord, 6° 34′ 51″ est
Altitude Min. 310 m
Max. 517 m
Superficie 7,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Malbouhans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Malbouhans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malbouhans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malbouhans

Malbouhans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Camboillots.

GéographieModifier

 
Le territoire communal dans son contexte local.

335 hectares du sol communal sont boisés dont 59 de bois communaux. Une rivière traverse le territoire du nord au sud.

 
Le mont de Vannes.

Communes limitrophesModifier

  Saint-Barthélemy  
La Neuvelle-lès-Lure N Ronchamp
O    Malbouhans    E
S
La Côte

GéologieModifier

Malbouhans est construite sur le plateau de Haute-Saône dans la dépression sous-vosgienne[1] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[2]. Le territoire communal repose sur le bassin houiller stéphanien sous-vosgien[3].

ClimatModifier

Le climat dans la région de Ronchamp est un climat semi-continental : chaud et lourd en été, froid et sec en hiver, avec des températures pouvant descendre régulièrement à −10 °C. La pluviométrie, d'au moins 1 000 mm/an, s'élève avec l'altitude[4].

  Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Lure[5]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 54.1 85.9 124 159.6 190.5 218.2 251.7 220.6 175.1 126.3 71.2 55.7 1732.8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 92.8 78.3 80.6 74.9 93.2 90.1 78 89.2 79.6 76.8 101.6 101 1036
Moyennes mensuelles de la vitesse du vent (km/h)
  Relevés de températures à Lure
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -2.7 -1.9 0.2 2.8 6.7 9.9 11.6 11.4 8.7 5.2 0.9 -2.1 4.2
Températures moyennes (°C) 0.8 2.5 5.4 8.7 12.8 16.1 18.2 17.8 14.9 10.5 4.9 1.4 9.5
Températures maximales moyennes (°C) 4.2 6.9 10.6 14.7 18.9 22.3 24.7 24.1 21 15.8 8.9 4.8 14.7

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Malboens au XIIe siècle, puis Malboans en 1150, et enfin Maboens à la fin du siècle, vers 1187. C'est d'ailleurs à cette date qu'il est mentionné dans une bulle de Grégoire VII Wiederholt. Le nom actuel apparaît en 1279[6].

Le nom est d’origine germanique ; il est issu du nom de personne Madalbod employé avec le suffixe -ingos, romanisation du suffixe germanique -ingen[7],[8]. Toutefois, la théorie des noms d'hommes burgondes de Perrenot, publiée en 1942 sous l’Occupation, est suspectée de pangermanisme. D'un point de vue linguistique, sa systématisation est critiquable, car bien des toponymes sont des cas uniques.

Il est notable que nombre de toponymes français se terminant par -en, -an ou -on, comme Rouen, Ruan, Nouhant, Nions et bien d'autres, remontent au gaulois magos « terrain plat », par disparition du G et nasalisation de la voyelle finale[9]. Or Malbouhans est précisément caractérisé par son terrain plat transformé en aérodrome. La racine bo- n'est autre que le nom de la vache en gaulois[9]. Ce qui nous conduit sur la piste d'une étymologie au sens agricole très concret désignant un « terrain plat pour les vaches ». Le préfixe ma-, devenue mal- au Moyen Âge par attraction de l'adjectif français, peut renvoyer au gaulois magio- devenu maio- et signifiant « grand »[9]. Soit pour Malbouhans un étymon possible maio-bo-magos « grand terrain plat à vaches », qui a le mérite de référer à la réalité du lieu et de respecter les lois phonétiques, faute d'attestation plus ancienne[10].

HistoireModifier

 
L'église au début du XXe siècle.

Le village, a appartenu aux seigneurs de Faucogney jusqu'à la Révolution française.

On y retrouve les vestiges bien reconnaissables de la voie romaine reliant Mandeure à Luxeuil.

La renommée du village s'est appuyée jusqu'au milieu du XIXe siècle, sur l'activité de deux verreries qui produisaient des feuilles de verre, verres de couleur pour les vitraux d'églises et un verre ressemblant à une porcelaine demi-transparente pour les sucriers et les compotiers.

La verrerie de la Saulnaire, dont les propriétaires ont fondé un orphelinat et y ont adjoint une chapelle vers 1877, est en cours de restauration[Quand ?]. Cette famille a laissé également une importante somme d'argent pour la construction d'une nouvelle église de style néo-roman, qui fut inaugurée en 1901.

Le village compte de nombreux mineurs travaillant aux houillères de Ronchamp entre le XVIIIe siècle et le XXe siècle. Il fait alors partie du territoire du bassin minier[11]. Un sondage pour la recherche du charbon est entrepris par la compagnie de Mourière. Cette société possède une concession qui comprend une partie du territoire communal[12] est souhaite l'étendre, mais le résultat est négatif à 374 mètres de profondeur[13].

Quatorze personnes de la commune sont mortes au cours de la Première Guerre mondiale et cinq durant la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

 
Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Lure.

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône[14]. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie de 1801 à 1985 du canton de Lure. Celui-ci a été scindé par le décret du 31 janvier 1985 et la commune rattachée au canton de Lure-Sud[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Lure-2.

La commune de Malbouhans fait partie du ressort du tribunal d'instance, du conseil de prud'hommes et du tribunal paritaire des baux ruraux de Lure, du tribunal de grande instance, du tribunal de commerce et de la cour d'assises de Vesoul, du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort et de la cour d'appel de Besançon.

Dans l'ordre administratif, elle relève du tribunal administratif et de la cour administrative d'appel de Nancy[16],[17].

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes du pays de Lure (CCPL), intercommunalité créée en 1998 et dont le territoire est progressivement passé de 8 communes à l'origine à 24 communes en 2016.

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en 1977[19]   François Pailler    
    Pierre Clément[19]    
  1994 Bernard Mory[19]    
1994 mars 2008 Jacqueline Richner[19]   Institutrice
mars 2008 mars 2014 Jean-Paul Lamboley    
mars 2014[20],[21] En cours
(au 11 novembre 2015)
Sylvain Masson SE[22] Chauffeur de taxi

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

On dénombrait 31 ménages en 1614.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2016, la commune comptait 347 habitants[Note 1], en diminution de 7,71 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280291310424536652657675693
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
669689675634655592562536561
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518502480416381346338324386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
347333343335356339378383373
2016 - - - - - - - -
347--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉducationModifier

 
L'école.

La commune ne dispose plus d'école[Quand ?]. Les enfants vont dans la nouvelle école intercommunal situé à 4 km dans la commune de Saint Barthélémy[réf. nécessaire].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Chaque année le comité des fêtes de la commune organise :

  • Le dernier dimanche d'avril un vide grenier avec restauration sur place
  • Le premier dimanche de juillet un grand repas avec cuisse de Bœuf et salades animé de jeux pour réunir les Camboillot(e)s (habitants de la commune) et leurs amis dans la cour de l'ancienne école.
  • À l'automne la commune accueille des artistes qui accrochent pour le temps d'un week-end leurs toiles.

ÉconomieModifier

L'économie de la commune est liée à la ville de Lure, où la une partie de la population travaille.

Le site de l'aéroport militaire désaffecté de l'OTAN de Lure-Malbouhans, 240 hectares, partiellement classé en ZNIEFF, a été acquis le 18 juillet 2005 par le département de la Haute-Saône pour y implanter le pôle de compétitivité « Véhicule du futur » dit « Aremis-Lure » via un syndicat mixte, le Syma Aremis-Lure. Ce projet, porté par le Syma Aremis-Lure,le département et la communauté de communes du Pays de Lure ainsi que leurs partenaires (CCI de Haute-Saône et membres du groupe technique Environnement), a été contesté par deux associations de protection de l’environnement, mais le Conseil d’État a confirmé la légalité de la décision de créer sur le site une zone d'aménagement concerté (ZAC) d'activité[26],[27]. Afin de compenser les impacts environnementaux de ce projet, le Syma prévoit de mener un projet de restauration des milieux ouverts au Val de Bithaine, site naturel situé entre Lure et Vesoul[28].

Il est proche de la RN 19 et du site de production de Sochaux.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d’or à trois cotices flammées à plomb de gueules, au second de sable à sept feuilles de saule d’or, 4 et 3.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, Annuaire du département de la Haute-Saône, (lire en ligne) sur Google books
  • Jean-Jacques Parietti, Les Houillères de Ronchamp vol. II : Les mineurs, fc culture & patrimoine, (ISBN 978-2-36230-001-1).  

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/
  2. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur http://www.massif-des-vosges.com/
  3. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  4. « Climat de Ronchamp »
  5. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1961-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 17 septembre 2009)
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, 2. Formations non-romanes, Droz 1996 (lire en ligne)
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 428a.
  8. Ernest Nègre, Op. cité, p. 794.
  9. a b et c Dictionnaire Langue Gauloise.
  10. Bernard Lyonnet, Rubrique toponymie de France Bleu Besançon
  11. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 14.
  12. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  13. « Carte indiquant le sondage de Malbouhan ».
  14. [PDF] « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 (Arrondissements - cantons - communes) » (consulté le 7 mai 2014).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 mai 2014).
  17. « Carte judiciaire » [PDF], sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 juin 2012).
  18. « Les maires de Malbouhans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 7 octobre 2016).
  19. a b c et d « Jacqueline Richner honorée », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Jacqueline Richner a pris ses fonctions d’institutrice à l’école locale à la rentrée de septembre 1970. En 1977, elle entre au conseil alors dirigé par François Pailler, connaît l’intérim d’une année assuré par Pierre Clément, puis c’est le mandat avec Bernard Maury. A l’issue, elle fait un break et tout en assurant sa mission à l’Education nationale. En 1994, elle se présente à la tête d’une liste qui est élue et elle fait deux mandats à la tête de la commune ».
  20. « Municipales : Sylvain Masson prend la succession », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  21. « Sylvain Masson, premier édile », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Sylvain Masson, 36 ans, pur Camboillot, achève son premier mandat comme second adjoint et il prend la tête de la nouvelle liste pour les prochains suffrages ».
  22. « Départementales 2015: Malbouhans 70328 », sur Le Monde.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. « Arémis, le projet Pôle véhicule du futur, à nouveau en piste », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  27. « « Le Conseil d’État, dans un arrêt du 27 mars, conforte le projet Aremis-Lure sur le site de l’ancien aérodrome Lure-Malbouhans », communique le syndicat mixte d’aménagement d’Aremis-Lure (Syma). », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  28. « Le site naturel du Val de Bithaine, entre Lure et Vesoul, appartient au conseil général de la Haute-Saône depuis juin 2010 », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).