Maladies des plantes

maladie qui affecte les plantes

Chez les plantes, la maladie est un état phénotypique anormal, qui présente des écarts, appelés « symptômes », par rapport au phénotype normal attendu, et qui réduit la croissance de la plante, sa productivité et son utilité pour l'homme. On distingue deux grands types de maladies des plantes[1] :

Symptômes de diverses maladies de plantes, illustration extraite de l’Encyclopédie Brockhaus et Efron (1890—1907).

Les maladies des plantes sont la source de pertes économiques considérables pour l'agriculture, l'horticulture et la sylviculture, et à ce titre elles sont étudiées par la pathologie végétale (ou phytopathologie).

Les plantes ne sont normalement pas à l'origine de maladies infectieuses, mais un premier cas de transmission à l'homme d'une maladie cryptogamique par une plante a été décrit en 2023[4],[5].

Histoire

modifier

Les agriculteurs cherchent depuis plus de 2 000 ans à lutter contre les maladies des plantes.

Ils l'ont parfois fait dès l'Antiquité en utilisant des substances hautement toxiques pour l'homme et les animaux, par exemple à base de plomb et/ou d'arsenic ou de cuivre, puis — à partir des années 1950 essentiellement — avec des pesticides organochlorés et organophosphorés ou d'autres molécules développées et vendues par l'industrie phytopharmaceutique, ou avec le développement de la lutte intégrée et de l'agriculture biologique avec des méthodes inspirées de la nature et visant à renforcer les défenses immunitaires naturelles des plantes.

À partir du siècle des Lumières, des sociétés savantes ou agricoles et des académies des sciences ou de l'agriculture cherchent, avec des fonctionnaires, des magistrats, des propriétaires fonciers et des agriculteurs instruits, à mieux comprendre, scientifiquement, les phytopathologies et comment les contrôler ou limiter, non sans polémiques et divergences de points de vue sur l'importance de la météorologie, du terroir, de la physiologie des plantes ou des pratiques culturales[6]. Parmi les auteurs de cette époque figurent Tillet (dès 1755), Aymen, Ginanni, Gleditsch, Needham, Duhamel du Monceau… puis des chimistes (après 1770) tels que Parmentier, Tessier, Lapostolle, Fourcroy qui amélioreront la connaissance du sol et de son importance[6].

Au XXe siècle, des revues scientifiques ou techniques spécifiquement consacrées à ce sujet existent (Phytoma par exemple pour la littérature francophone), ainsi que des instituts (tels l'INRA en France, où existe aussi une direction de la santé des forêts au sein du ministère de l'Agriculture et des Forêts).

En France, un portail internet (http://ephytia.inra.fr), ouvert et géré par l'INRA est consacré à l'identification des maladies et ravageurs des plantes cultivées (arbres compris). Ce portail propose des données sur leur biologie, des méthodes de protection, biologiques et/ou alternatives notamment, des conseils d'épidémiosurveillance, des applications mobiles et les sciences participatives dédiées[7].

Principales maladies des plantes

modifier

Maladies bactériennes

modifier

Maladies virales

modifier

Exemple :

Maladies cryptogamiques

modifier

Le terme « maladie cryptogamique » est utilisé pour les maladies parasitaires causées par un ou des champignons microscopiques. Ce terme est resté même si certains des micro-organismes responsables ne sont plus classés parmi les champignons.

Maladies à phytoplasmes

modifier
 
Feuilles de vigne atteinte par la flavescence dorée, maladie causée par un phytoplasme et transmise par une cicadelle.

Les phytoplasmes et spiroplasmes sont un genre de bactéries dépourvues de parois cellulaires, apparentées aux mycoplasmes qui sont des pathogènes pour l'homme. Ensemble, tous ces organismes forment la classe des mollicutes. Ils ont aussi tendance à avoir un génome plus petit que celui des bactéries proprement dites. Ils sont normalement transmis par des insectes suceurs de sève, qui les injectent dans le phloème des plantes où il se reproduisent.

Maladies à nématodes

modifier

Il existe plus de 5 000 espèces de nématodes dans le sol. Beaucoup sont pathogènes. Certains provoquent des gales au niveau des racines des Solanacées. Un moyen de prévention efficace en lutte biologique est l'introduction de tagètes (œillets d'Inde), qui, grâce à leurs exsudats racinaires, ont un effet nématifuge par allélopathie[8].

Symptômes

modifier

Notes et références

modifier
  1. (en) « Introduction to Plant Disease - Review of Principles », sur ars.usda.gov/ (consulté le ).
  2. Perrin R (1985) Peut‐on compter sur les mycorhizes pour lutter contre les maladies des plantes ligneuses ?. European journal of forest pathology, 15(5‐6), 372-379 (résumé).
  3. Boland, G. J., Melzer, M. S., Hopkin, A., Higgins, V., & Nassuth, A. (2004). Climate change and plant diseases in Ontario. Canadian Journal of Plant Pathology, 26(3), 335-350.
  4. (en) Mike McRae, « Plant Fungus Infects Human in First Reported Case of Its Kind », sur Science Alert, (consulté le ).
  5. (en) Soma Dutta et Ujjwayini Ray, « Paratracheal abscess by plant fungus Chondrostereum purpureum- first case report of human infection », Medical Mycology Case Reports, vol. 40,‎ , p. 30-32 (DOI 10.1016/j.mmcr.2023.03.001  ).
  6. a et b Denis, G. (1994). Les maladies des plantes de 1755 à 1807 : controverses et dominances (thèse de doctorat, Paris 1) |résumé.
  7. e-phytia
  8. (en) Koon-Hui Wang, « Protecting Crops from Nematode Pests: Using Marigold as an Alternative to Chemical Nematicides », Plant Disease, College of Tropical Agriculture and Human Resources (CTAHR) - Université de Hawaï à Manoa, no 35,‎ (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Corbaz, R., Principes de phytopathologie et de lutte contre les maladies des plantes, Presses polytechniques et universitaires romandes (PPUR), coll. « Biologie », , 286 p. (ISBN 9782880742010).