Ouvrir le menu principal

Maladie des plantes

maladie qui affecte les plantes

Les maladies des plantes sont les maladies touchant les plantes. Dues à des virus, bactéries ou champignons, favorisées par certaines conditions environnementales (dégradation des sols, problèmes hydriques, mauvaise mycorhization[1], dérèglement climatique[2]... et certains bioagresseurs, ravageurs ou vecteurs (espèces exotiques envahissantes parfois), elles sont sources de pertes économiques considérables pour l'agriculture et la sylviculture, et à ce titre étudiées par la pathologie végétale ou phytopathologie.

HistoireModifier

Les agriculteurs cherchent depuis plus de 2000 ans à lutter contre les maladies des plantes.

Ils l'ont parfois fait dès l'antiquité en utilisant des substances hautement toxiques pour l'homme et les animaux, par exemple à base de plomb et/ou d'arsenic ou de cuivre, puis - à partir des années 1950 essentiellement - avec des pesticides organochlorés et organophosphorés ou d'autres molécules développées et vendues par l'industrie phytopharmaceutique, ou avec le développement de la lutte intégrée et de l'agriculture biologique avec des méthodes inspirées de la nature et visant à renforcer les défenses immunitaires naturelles des plantes.

A partir du siècle des lumières des sociétés savantes ou agricoles et des académies des sciences ou de l'agriculture cherchent, avec des fonctionnaires, des magistrats, des propriétaires fonciers et des agriculteurs instruits à mieux comprendre, scientifiquement, les phytopathologies et comment les contrôler ou limiter, non sans polémiques et divergences de points de vue sur l'importance de la météorologie, du terroir, de la physiologie des plantes ou des pratiques culturales[3]. Parmi les auteurs de cette époque figurent Tillet (dès 1755), Aymen, Ginanni, Gleditsch, Needham, Duhamel du Monceau... puis des chimistes (après 1770) tels que Parmentier, Tessier, Lapostolle, Fourcroy qui amélioreront la connaissance du sol et de son importance[3].

Au XXème siècle des revues scientifiques ou techniques spécifiquement dédiées à ce sujet existent (phytoma par exemple pour la littérature francophone), ainsi que des instituts (tels l'INRA en France, où existe aussi une direction de la santé des forêts au sein du ministère de l'agriculture et des forêts).

En France, un portail Internet (http://ephytia.inra.fr), ouvert et géré par l'INRA est dédié à l'identification des maladies et ravageurs des plantes cultivées (arbres compris). Ce portail propose des données sur leur biologie et des méthodes de protection, biologiques et/ou alternatives notamment, des conseils d'épidémiosurveillance, des applications mobiles et les sciences participatives dédiées[4].


Maladies bactériennesModifier

Article détaillé : Maladie bactérienne.

Maladies viralesModifier

Exemple :

Article détaillé : Phytovirus.

Maladies cryptogamiques (dues à des champignons)Modifier

Article détaillé : Maladie cryptogamique.

Le terme maladie cryptogamique est utilisé pour les maladies parasitaires causées par un ou des champignons microscopiques. Ce terme est resté même si certains des micro-organismes responsables ne sont plus classés parmi les champignons.

Maladies à phytoplasmesModifier

Article détaillé : phytoplasme.
 
Feuilles de vigne atteinte par la flavescence dorée due à un phytoplasme.

Les phytoplasmes et spiroplasmes sont un genre de bactéries dépourvues de parois cellulaires, apparentées aux mycoplasmes qui sont des pathogènes pour l'homme. Ensemble, tous ces organismes forment la classe des mollicutes. Ils ont aussi tendance à avoir un génome plus petit que celui des bactéries proprement dites. Ils sont normalement transmis par des insectes suceurs de sève, qui les injectent dans le phloème des plantes où il se reproduisent.

Maladies à nématodesModifier

Il existe plus de 5000 espèces de nématodes dans le sol. Beaucoup sont pathogènes. Certains provoquent des gales au niveau des racines des Solanacées. Le moyen de prévention le plus efficace en lutte biologique est l'introduction de tagètes (œillets d'Inde), qui, grâce à leurs exsudats racinaires, auraient un effet nématifuge[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

  1. Perrin R (1985) Peut‐on compter sur les mycorhizes pour lutter contre les maladies des plantes ligneuses ?. European journal of forest pathology, 15(5‐6), 372-379 (résumé).
  2. Boland, G. J., Melzer, M. S., Hopkin, A., Higgins, V., & Nassuth, A. (2004). Climate change and plant diseases in Ontario. Canadian Journal of Plant Pathology, 26(3), 335-350.
  3. a et b Denis, G. (1994). Les maladies des plantes de 1755 à 1807: controverses et dominances (Doctoral dissertation, Paris 1) |résumé.
  4. e-phytia

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Corbaz, R. (1990). Principes de phytopathologie et de lutte contre les maladies des plantes. PPUR presses polytechniques.