Maison de Valois-Bourgogne

branche cadette de la famille de Valois ayant gouverné le duché de Bourgogne de 1364 à 1477
Maison de Valois-Bourgogne
Description de cette image, également commentée ci-après
Armoiries des ducs de Bourgogne de 1430 à 1477.
Type Maison ducale
Pays Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'État bourguignon État bourguignon
Lignée Dynastie capétienne (Valois)
Titres
Fondation 1363
Philippe le Hardi
Dissolution 1482
Maison de Habsbourg-Bourgogne
Ethnicité Française
Branche Bourgogne-Brabant (voir Antoine de Brabant)
Bourgogne-Nevers (voir Philippe de Bourgogne)

La maison de Valois-Bourgogne est une branche cadette (en) de la maison de Valois, née de la concession du duché de Bourgogne par le roi de France Jean II le Bon à son fils Philippe le Hardi, en 1363. Elle est distincte de la maison capétienne de Bourgogne, issue de Robert Ier de Bourgogne (1011 – 1076) ; elle est souvent qualifiée de « seconde maison de Bourgogne ».

La dynastie des ducs de Bourgogne, outre le duché bourguignon, gouverne de 1363 à 1482 par mariages successifs, achats ou conquêtes, de vastes territoires, notamment dans la région des anciens Pays-Bas. Premiers pairs de France, les ducs prennent la tête du parti bourguignon dans la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, au cours de laquelle Jean sans Peur est assassiné, poussant son fils Philippe le Bon à s'allier avec les Anglais dans la guerre de Cent Ans — une alliance finalement rompue en 1435 par le traité d'Arras[1].

Les ducs de Bourgogne de la maison de Valois rivalisent dès lors en prestige avec leurs cousins royaux, ayant uni un grand nombre de fiefs français et impériaux, parmi les plus riches d'Europe, sous leur domination. Cependant, le projet d'ériger cet État bourguignon en royaume autonome échoue lorsque le dernier duc, Charles le Téméraire, est tué à la bataille de Nancy en 1477. Le dernier souverain de la dynastie, la duchesse Marie de Bourgogne, tente d'affirmer son autorité et, ce faisant, se marie à Maximilien de Habsbourg. La majeure partie de ses terres passent à sa mort à son fils aîné, Philippe le Beau, mais le duché de Bourgogne lui-même revient au domaine royal français. Marie meurt en 1482, mettant ainsi fin à la maison de Valois-Bourgogne[1]. La descendance de Marie et Maximilien est parfois qualifiée de « maison de Habsbourg-Bourgogne »[2] ou de « Bourgogne-Habsbourg »[3].

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Élodie Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVe-XVe siècles), Belin éditeur, coll. « Histoire », , 432 p. (ISBN 2701196663 et 978-2701196664, lire en ligne).
  2. Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau : le dernier duc de Bourgogne, Turnhout, Brepols, coll. « Burgundica » (no 6), , XIX-292 p. (ISBN 2-503-51226-7, présentation en ligne)
  3. Dumont Jonathan. “Le lion enfin couronné. Pensée politique et imaginaire royal au cours des premiers voyages espagnols des princes de la Maison de Bourgogne-Habsbourg”. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 94, fasc. 4, 2016. Histoire médiévale, moderne et contemporaine – Meddeleeuwse, Moderne en Hedendaagse Geschiedenis. pp. 841-882.