Maison de Jean Macé

maison à Caen (Calvados)
Maison de Jean Macé
Caen courdesimprimeurs angle nordest.jpg
La façade.
Présentation
Type
Construction
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
9 rue de la MonnaieVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Basse-Normandie
voir sur la carte de Basse-Normandie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Caen
voir sur la carte de Caen
Red pog.svg

La maison de Jean Macé est un édifice situé à Caen, dans le département français du Calvados, en France. Elle est inscrite au titre des monuments historiques.

LocalisationModifier

Le monument est situé dans le centre-ville ancien de Caen, au no 9 rue de la Monnaie[1], et possède désormais un accès depuis la place Pierre-Bouchard[2].

HistoriqueModifier

La construction de l'édifice est datée de la fin du XVe siècle et du XVIe siècle. L'imprimeur et libraire Jean Macé l'occupe au début du XVIe siècle[1]. Jean Macé fait bâtir plusieurs bâtiments et cet espace prend le nom de cour des imprimeurs.

Les bombardements de la bataille de Normandie avec la destruction de l'angle sud-est de la cour ouvre la cour sur la place Pierre-Bouchard créée lors de la reconstruction de Caen.

Les façades et les toitures de la maison sont inscrites au titre des Monuments historiques depuis le .

Une peinture murale est retrouvée dans le salon du premier étage du 9 rue de la Monnaie en .

À la suite de cette découverte de nouveaux arrêtés de protection sont pris, les façades et les toitures de la maison sont inscrites au titre des Monuments historiques depuis le . La peinture murale du salon et son support sont pour leur part classés le même jour[1].



Architecture et descriptionModifier

La maison est en pierre de Caen et possède des fenêtres à meneaux[2]. Comme dans beaucoup d'autres bâtiments du vieux Caen, la tour accueillant l'escalier est surmontée d'une chambre haute supportée par une trompe.

La fresque, très rare, fait 1,20 m2 et représente une allégorie des pèlerinages selon la tradition de Guillaume de Digulleville. Deux pèlerins au centre regardent chacun en direction opposée vers deux allégories féminines représentant deux fileuses (vertu du travail et patience). Au premier plan, un chien est allongé, la tête tournée vers la fileuse de gauche. A droite du second pèlerin, se trouve un arbre de vie. Cette scène est à rattacher au développement des récits de voyage allégorique à visée édifiante et didactique, dans la France des XIVe et XVe siècles.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Maison », notice no PA14000073, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Le patrimoine des communes du Calvados, Flohic Éditions, 2001 (ISBN 2-84234-111-2), p. 426

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Le patrimoine des communes du Calvados, Flohic Éditions, 2001 (ISBN 2-84234-111-2) p. 426