Maison de Gâtinais-Anjou

Maison de Gâtinais-Anjou
Description de cette image, également commentée ci-après
Pays Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Vexillum Regni Hierosolymae.svg Royaume de Jérusalem
Lignée Maison de Châteaudun et du Perche
Titres Rois de Jérusalem (1131-1190)
Ducs de Normandie (1144-1150)
Comtes de Gâtinais (1030-1068)
Comtes d'Anjou (1060-1151)
Comtes de Tours (1060-1151)
Comtes du Maine (1110-1151)
Fondation vers 996
Hugues du Perche
Déposition 1205
Isabelle Ire de Jérusalem
Ethnicité Francs
Branches Maison Plantagenêt

Maison de Gâtinais-Anjou ou encore Maison de Château-Landon — famille de noblesse française. Ils furent Comtes d'Anjou, Comtes du Maine, Comtes de Tours, mais aussi Ducs de Normandie. Issue des Ingelgeriens, la Maison des Gâtinais-Anjou est souvent citée comme la Première maison d'Anjou. Au XIIe siècle, la Maison s'est scindée en deux branches — l'aînée qui allait donner les Plantagenêts dont certains deviendraient rois d'Angleterre (et par conséquent leurs descendants par les mâles des maisons de Lancastre et d'York), et la cadette, qui allait laisser son empreinte au Royaume de Jérusalem.

Histoire de la familleModifier

 
Expansion de l'empire angevin au XIIe siècle

En 1068, Geoffroy III cède le Gâtinais au roi Philippe Ier qui le fait entrer dans le domaine royal français.

Une Maison issue de deux branchesModifier

On peut faire remonter la généalogie de la maison aux Rorgonides, famille de la noblesse franque mérovingienne, issue de Rorgon Ier qui vécut à la cour de l'empereur Charlemagne. Au Xe siècle un de ses descendants obtient la vicomté de Châteaudun, et fonde ainsi la branche de Châteaudun et du Perche.

Le second mariage Béatrice de Mâcon avec Hugues du Perche, permet à ce dernier, cadet de la Maison de Châteaudun et du Perche, d'obtenir le Gâtinais. En effet à la fin du Xe siècle, Béatrice de Mâcon est veuve de Geoffroi Ier, Comte du Gâtinais. Leur fils Aubry le Tors meurt sans héritier. Après la mort de Geoffroi, Béatrice épousa Hugues du Perche, duquel elle eut Geoffroi II, qui devient Comte du Gâtinais. Celui-ci épousa Ermengarde, fille de Foulques III le Noir, Comte d'Anjou. De leur union naquirent Geoffroi III (Comte du Gâtinais et d'Anjou) et Foulques IV, Comte d'Anjou.

L'union de leur fils Geoffroy II avec la princesse Ermengarde la dernière des Ingelgeriens. Héritière de cette noblesse franque, la lignée des Ingelgériens s'éteignit agnatiquement, avec la mort de son frère Geoffroy II Martel en 1060. Ceci permit de former l'embryon de ce qui deviendra l'Empire angevin au XIIe siècle.

 
 
 
 
 
Rorgonides
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maison
de Vexin
 
Hugues IerFulcois
du Perche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy Ier
de Gâtinais
 
Béatrice
de Mâcon
 
Hugues
du Perche
Geoffroy Ier
Maison de
Châteaudun
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy II
Ferréol
 
Ermengarde
d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy III
le Barbu
(1040-1097)
Foulques IV
(1043-1109)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Erembourg
du Maine
 
Foulques V  
(1092-1143)
 
Mélisende
de Jérusalem
Geoffroy IV
(c.1070-1106)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy V
le Bel
(1113-1151)
 
Élie II
(1115-1151)
 
Baudouin III  
(1131-1162)
Agnès de
Courtenay
 
Amaury Ier  
(1136-1174)
 
Marie Comnène
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maison
Plantagenêt
 
Guillaume
de Montferrat
 
Sibylle  
(1159-1190)
 
Guy de
Lusignan
 
Baudouin IV  
le Lépreux
(1161-1185)
 
Isabelle Ire  
(1172-1205)
 
 

N.b. : en gras les comtes d'Anjou