Ouvrir le menu principal

Maison d'Émile Zola

musée français
Maison d'Émile Zola
Médan - Maison d'Émile Zola01.jpg
Présentation
Type
Propriétaires
Statut patrimonial
Localisation
Adresse
Les Grands PrésVoir et modifier les données sur Wikidata
Médan, Yvelines
Flag of France.svg France
Coordonnées

La maison d'Émile Zola est une demeure de la commune de Médan, dans le département français des Yvelines, que l'écrivain Émile Zola acheta en 1878 et agrandit par la suite. Elle est située 26, rue Pasteur[1].

Elle est fermée depuis le 3 octobre 2011 pour travaux et réouvrira en 2020[2].

La maison de MédanModifier

Émile Zola acheta la maison en 1878 grâce aux gains de son roman l’Assommoir, publié en 1877, le septième volume de la série Les Rougon-Macquart. La maison a été agrandie à son idée avec la construction des tours Germinal et Nana. Il conservera la demeure pendant 24 ans, jusqu'à sa mort en 1902. De 1878 à 1902, Médan sera la résidence principale de Zola, il y passe huit mois de l’année, retournant à Paris l'hiver. Mais Zola sera propriétaire uniquement de sa maison de Médan et louera ses résidences à Aix et Paris.

En 1905 Alexandrine Zola fait donation de la propriété à l'Assistance Publique en vue d'y réaliser un établissement hospitalier de convalescence[3].

En 1888 il tombe amoureux de Jeanne Rozerot, la lingère de sa maison de Médan[4]. Il aura deux enfants de Jeanne et jusqu'à sa mort Zola vivra une double vie. Il installera sa deuxième famille à Paris puis à Cheverchemont sur la commune de Triel-sur-Seine et ensuite à Verneuil-sur-Seine à proximité immédiate de Médan. À la mort de Zola, sa femme Alexandrine Zola fit reconnaître les deux enfants naturels qu'il avait eus avec Jeanne Rozerot[5].

Zola semble énormément apprécier cette demeure (proximité de sa maîtresse et de Paris); c'est pourquoi il y écrit huit de ses romans dont Germinal, Nana, La Bête humaine en 1890 et Au Bonheur des Dames.

Le groupe de MédanModifier

 
Émile Zola, photographié par Nadar.

Les Soirées de Médan est un recueil collectif de six nouvelles, publié le 15 avril 1880 chez G. Charpentier éditeur, Paris, réunissant Émile Zola, Guy de Maupassant, J.-K. Huysmans, Henry Céard, Léon Hennique et Paul Alexis[6].

Selon Hennique (dans la préface de l'édition du cinquantenaire – publiée chez Fasquelle en 1930 – des Soirées de Médan), l'idée et le nom même du recueil auraient germé au cours d'un repas hivernal dans l'appartement parisien de Zola, ce jour-là entouré de Hennique, Guy de Maupassant, Huysmans, Céard et Alexis, lorsqu'Émile Zola, après l'évocation de divers souvenirs respectifs des six amis relatifs à la guerre de 1870, émit l'idée d'écrire un volume de nouvelles à six mains, tandis que Céard lançait immédiatement la proposition du titre, sans doute en souvenir de bons moments passés, à la belle saison, dans la propriété de Médan. Toutefois, dès 1908, Céard, dans un article coécrit par Jean de Caldain sur Huysmans, donnait une version sensiblement différente, affirme que l'initiative du recueil commun émanerait en réalité de Hennique, qui aurait proposé de placer cette publication « sous le patronage » de Zola, en raison de sa plus grande notoriété.

Les six écrivains furent alors périodiquement qualifiés de « groupe de Médan », ce qui faisait implicitement référence à d'autres dîners littéraires antérieurs, tels le « dîner Flaubert » (également appelé « dîner des Cinq »), qui regroupa régulièrement, de 1874 à 1880, Gustave Flaubert, Ivan Tourgueniev, Edmond de Goncourt, Alphonse Daudet et Émile Zola.

Le « groupe de Médan » commença ses réunions dès 1876 et compta même un temps un septième « membre », Octave Mirbeau, que son éloignement de Paris, en 1877, après sa nomination comme sous-préfet de Saint-Girons (Ariège), freina dans de probables collaborations futures.

Le muséeModifier

Le musée Émile Zola a été inauguré dans la maison de Médan en 1984. Tous les premiers dimanche d'octobre un pèlerinage est organisé par la Société littéraire des amis d'Émile Zola.

En 1982/1983, la maison de Médan servit d'école de personnels de santé (ambulanciers).

Pour approfondirModifier