Ouvrir le menu principal
Une ancienne magnanerie en Luberon
Magnanerie - coupe schématique

Une magnanerie (terme venant de l'occitan magnan, qui désigne le bombyx du mûrier) est un lieu d'exploitation de sériciculture, c'est-à-dire l'élevage du ver à soie.

L'exploitant d'une magnanerie est appelé un magnanier ou plus couramment magnan. Dans une exploitation agricole, on peut aussi rencontrer la dénomination magnanière pour le bâtiment destiné à la sériciculture. Les femmes employées dans une magnanerie sont appelées magnanarelles ou magnarelles.

Des magnanarelles apparaissent dans l’opéra Mireille (1864) de Charles Gounod, d’après l’œuvre de Frédéric Mistral.

Il existe un « Lycée des Magnanarelles », un lycée technique situé aux Arcs (Var, PACA).

Les magnaneries se développent en France à la fin du XVIe siècle grâce à Olivier de Serres qui lance sa ferme modèle en Ardèche, le Domaine du Pradel. Il introduira la culture du mûrier pour la matière première, et obtiendra à la fin du siècle d'Henri IV un développement à grande échelle de cette culture avec la plantation de 4 millions de mûriers en Ardèche, Dauphiné et Cévennes.

Magnanerie du Château des Roure

Les magnaneries sont situés principalement dans les départements de l'Ardèche, du Gard, du Vaucluse et de la Lozère, la soie est ensuite exportée sur la région lyonnaise.

L'élevage du ver à soie pour la production du fil de soie ne se fait plus en france. Cependant, aujourd'hui encore, on peut découvrir ce savoir-faire dans certains musées tels qu'au château des Roure en Ardèche.

Sur les autres projets Wikimedia :