Mafia Trece

Mafia Trece
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Hip-hop français
Instruments Voix
Années actives 19961999
Labels Sony
Composition du groupe
Anciens membres Écho du Sud, Cochise, A. Speak (Aurélien Sorin), Moovens, Awax, Vas Keypa, G-Wild, Yannick, Don J.O., Silf, DJ Effa, OG Kim, BG Lolo

La Mafia Trece est un collectif de hip-hop français originaire de Paris, Bagneux et Ivry-sur-Seine. Ce collectif était composé des groupes Écho du Sud, Moovens' et Southcide 13. On[Qui ?] attribue à ce groupe le développement d'un rap dit théâtral, rap conscient dont les engagements sont illustrés au travers de mises en scène (références à des films, des moments vécus ou imaginés)[réf. nécessaire].

BiographieModifier

Le collectif est formé en 1996[1]. Les membres sont originaires du 13e arrondissement de Paris (trece signifiant « treize » en espagnol), de Bagneux dans les Hauts-de-Seine et d'Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne[2]. Il regroupe des rappeurs du milieu musical indépendant incluant Moovens’, son groupe Écho du Sud, et les rappeurs Diam’s (Je plaide pour ma rue[3] et Rencontre du 13e type), Yannick et Leeroy du Saïan Supa Crew[4]. Les membres sont originaires de différents endroits incluant notamment le Togo, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, la France, l'Algérie, le Viêt-Nam et la Roumanie[4]. Il s'imprègne de culture asiatique comme en témoignent notamment les titres À la recherche du mic perdu et La Fureur du dragon. Le film Usual Suspects a également eu une influence non négligeable dans plusieurs morceaux (La Loi du silence, Les 3 frères ou encore Rencontre du 13e type). Ils se font connaître avec Le Mauvais Chemin, morceau à texte sur la réalité de la banlieue au quotidien.

En 1997, la Mafia Trece publie son premier album, Cosa nostra[4], avec la participation de nombreux rappeurs de renom comme Oxmo Puccino, Diam's ou encore Pit Baccardi. Laurent Bouneau, à cette période directeur des programmes de Skyrock fait passer leur morceau À la recherche du mic perdu[4]. À l'aide des nombreuses programmations radio, l'album est certifié disque d'or le 29 juin 1999[5],[4],[1]. Ce qui en fait l'un des premiers groupes indépendant à obtenir cette précieuse récompense. « C’est la première fois que des mecs de quartier arrivent aussi haut en ayant tout auto-produit », explique BG Lolo, membre de Southcide 13[1]. Le groupe sort Cosa nostra 2 la même année et le succès est encore au rendez-vous. En 1998, la Mafia Trece signe avec Sony et publie d'abord un EP du nom Lever de rideau écoulé à 60 000 exemplaires, puis un album, L'Envers du décor, vendu à 80 000 exemplaires[1].

Le groupe se sépare en 1999 et chacun des membres se consacre à une carrière en solo[1]. Yannick s'adonne à un style de rap assez différent de celui de la Mafia Trece. Des groupes fondateurs du collectif ont sorti des albums : Moovens' et Écho du Sud publient plusieurs albums depuis 2002 sous le label Quinte-Flush. Cochise (Serge Money), lui, reprend des études et est devenu avocat[4].

MembresModifier

En 1999, le collectif se composait de :

  • Écho du Sud
  • Cochise
  • A. Speak, (Aurélien Sorin)
  • Moovens
  • Awax,
  • Vas Keypa, alias Vas
  • G-Wild,
  • Yannick
  • OGK (Southcide 13)
  • BGL (Southcide 13)
  • Don J.O. alias Joe
  • DJ Effa (DJ et producteur du groupe ; DJ Effa et Don J.O sont en fait la même personne)

DiscographieModifier

  • 1997 : M13 (maxi)
  • 1997 : Cosa nostra(disque d or)
  • 1997 : Cosa nostra part.2 (maxi)
  • 1999 : Lever de rideau (EP 8 titres)
  • 1999 : L'Envers du décor

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « DOSSIER I Le 13e, quartier rap », sur le13dumois.fr (consulté le 24 mai 2016).
  2. « Serge Money, du rap de Mafia Trece aux prétoires des tribunaux », sur Europe 1, (consulté le 24 mai 2016).
  3. « Maître Money, rappeur au disque d'or, devenu avocat », sur Le Parisien, (consulté le 24 mai 2016).
  4. a b c d e et f « Serge Money, le rappeur aux 100.000 disques vendus devenu cador du barreau », sur StreetPress, (consulté le 24 mai 2016).
  5. « Les certifications », sur SNEP (consulté le 26 février 2020)