Mafalda de Savoie

Mafalda de Savoie
Description de cette image, également commentée ci-après
Mafalda de Savoie et Philippe de Hesse-Cassel à leur mariage en 1925 à Racconigi.

Titre

Épouse du prétendant
au trône de Hesse-Cassel


(4 ans, 2 mois et 30 jours)

Prédécesseur Marguerite de Prusse
Successeur Tatiana de Sayn-Wittgenstein-Berlebourg
Biographie
Titulature Princesse de Savoie
Landgravine de Hesse-Cassel
Nom de naissance Mafalda Maria Elisabetta Anna Romana di Savoia
Naissance
Rome, Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Décès (à 41 ans)
Buchenwald, Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Père Victor-Emmanuel III d'Italie
Mère Hélène de Monténégro
Conjoint Philippe de Hesse-Cassel
Enfants Maurice de Hesse-Cassel,
Henri de Hesse-Cassel
Othon de Hesse-Cassel
Élisabeth de Hesse-Cassel

Mafalda de Savoie (en italien : Mafalda di Savoia et en allemand : Mafalda von Savoyen), princesse d'Italie, née à Rome le [1] et morte au camp de Buchenwald le , est la fille du roi Victor-Emmanuel III d'Italie et d'Hélène de Monténégro. Épouse du landgrave Philippe de Hesse-Cassel, c'est une princesse italo-allemande, actrice du rapprochement entre l'Italie fasciste et le Troisième Reich.

FamilleModifier

L'union d'une princesse catholique avec un prince protestant déplaisant au pape Pie XI, le mariage est célébré le , non pas à Rome mais au château de Racconigi dans le Piémont, près de Turin, ancienne capitale des Savoie. La princesse épouse Philippe de Hesse-Cassel (1896-1980), avec qui elle a quatre enfants :

BiographieModifier

 
Mafalda de Savoie, photo prise entre 1910 et 1915 environ, Bibliothèque du Congrès.

Son mari, le landgrave Philippe de Hesse-Cassel (1896-1980), est un membre éminent du parti nazi[2], ainsi que son frère Christophe de Hesse-Cassel marié à la princesse Sophie de Grèce et du Danemark, sœur du Prince Philip duc d'Édimbourg. Le mariage de la princesse Mafalda a été un mariage d'amour qui a suscité le désaccord du Vatican, les Hesse étant protestants, il fut donc célébré à Turin et non à Rome. Par la suite, la proximité avec la famille royale d'Italie a été instrumentalisée par Hitler dans son désir de rapprochement avec l'Italie fasciste. Cependant, à la chute du régime fasciste, Hitler accuse la princesse Mafalda d'avoir fait partie d'un complot pour faire chuter le Duce et d'avoir assassiné le roi de Bulgarie, son parent, par la même occasion[3].

Début , la princesse Mafalda s'est effectivement déplacée en Bulgarie pour rendre visite à son beau-frère, le roi Boris III, alors hésitant sur sa politique pro-allemande : c'est au cours de ce séjour qu'il est mort. Mise au courant de la capitulation de l'Italie, de la captivité de son mari en Bavière et du placement de ses enfants, cachés par le Vatican, le , elle reçoit un appel téléphonique de Karl Hass de la kommandantur qui l’informe qu’un message important au sujet de son mari l’attend à l'ambassade allemande. Arrivée sur place, elle est aussitôt arrêtée et transportée à Munich pour un interrogatoire musclé, conduite à Berlin et finalement internée au camp de concentration de Buchenwald.

Le , Buchenwald est bombardé par les Américains et plus de quatre cents déportés sont tués. Mafalda est blessée grièvement au cou et à un bras, qui s'infecte, elle est alors amputée. Elle saigne abondamment pendant son opération et meurt, inconsciente, dans la nuit du 26 au . La famille n'a été avisée de sa mort que fin 1944 et son décès n'a été confirmé par les alliés qu'en 1945.

En 1997, le gouvernement italien honore la princesse Mafalda en plaçant son effigie sur un timbre. Un téléfilm italien en 2 parties lui est consacré en 2005.

 
Buchenwald, le - Ph. Jules Rouard.

La princesse Mafalda repose dans le petit cimetière du château de Kronberg im Taunus, résidence de la famille de Hesse, dans la région de Francfort-sur-le-Main.

HommagesModifier

Commune d'ItalieModifier

En l'honneur de Mafalda de Savoie, l'Italie a baptisé Mafalda une commune de la province de Campobasso.

CinémaModifier

BibliographieModifier

  • (it) Renato Barneschi, Frau von Weber : Vita e morte di Mafalda di Savoia a Buchenwald, Milan, Rusconi Libri, .
  • (es) Ovidio Lagos, Principessa Mafalda : Historia de dos tragedias, Buenos Aires, El Ateneo, .
  • (en) Jonathan Petropoulos, Royals and the Reich : The Princes von Hessen in Nazi Germany, Oxford University Press, , 524 p. (ISBN 978-0-19-533927-7, lire en ligne).
  • (it) Cristina Siccardi, Mafalda di Savoia : Dalla reggia al lager di Buchenwald, Milan, Paoline Editoriale Libri, .

Liens internesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Naissance d'une princesse italienne », Le Mémorial des Pyrénées, , p. 2. Article accessible sur Gallica.
  2. Cf. Jonathan Petropoulos, Royals and the Reich : the Princes von Hessen in Nazi germany, Oxford university Press, New-York, 2006 ?
  3. Cf. Petropoulos, op.cit.