Maella

commune espagnole

Maella
Blason de Maella
Héraldique
Drapeau de Maella
Drapeau
Maella
Vue générale
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de l'Aragon Aragon
Province Saragosse
Comarque Bajo Aragón-Caspe
Code postal 50710
Démographie
Population 2 008 hab. ()
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 07′ 19″ nord, 0° 08′ 20″ est
Altitude 121 m
Superficie 17 488 ha = 174,88 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Maella
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Maella

Maella est une commune d’Espagne, dans la province de Saragosse, communauté autonome d'Aragon comarque de Bajo Aragón-Caspe.

HistoireModifier

L'origine du toponyme Maella vient du terme catalan "Mà d'ella" qui signifie en espagnol "Main d'elle". Selon la légende, le Seigneur du château a demandé la main d'une jeune fille, celle-ci refusa son offre de mariage car elle était fiancée à une autre. En représailles, le Seigneur a emprisonné et torturé le fiancé de la jeune femme. Essayant d'intercéder pour son fiancé, la jeune femme a «littéralement» donné sa main au Seigneur local, en l'amputant et la lui envoyant sur un plateau d'argent. La main apparaît dans le blason de la ville, dans son quartier général central.

La légende remonte au XVe siècle, lorsque Alfonso V accorda la domination de Maella à son secrétaire Francisco de Ariño. Cette seigneurie passa plus tard à Manuel de Ariño, fils du précédent, et c'est alors que, en raison des mauvais traitements reçus, les Maellanos se rebellèrent et assiègent le château où vivait l'épouse du tyran, Francisquina de Santa Pau. Cela s'est passé en 1439.

Auparavant, Maella avait été reconquise aux musulmans par Alfonso II en 1168. Le château de la ville date de cette époque. Ce monarque accorda à Maella la Charte de Puebla treize ans plus tard, la ville dépendait alors de la commission Calatrava d'Alcañiz. À l'été 1404, Martín I el Humano a tenu des tribunaux à Maella, sur le terrain de l'église paroissiale. Des années plus tard, en 1423, les Cortes furent de nouveau convoquées à Maella.

Après l'achat de la villa par Alfonso V et les vicissitudes survenant avec Don Manuel de Ariño, la domination de Maella passa au comte Gastón de Foix, en 1452, et resta entre les mains de la même famille jusqu'en 1507, date à laquelle elle fut vendue a Miguel Pérez de Almazán.

Pendant la guerre de succession, Maella a combattu aux côtés du futur monarque Felipe V, qui a décerné à la ville le titre de "Fidelísima" et lui a accordé le droit d'incorporer la Fleur-de-Lis dans son bouclier. Au XIXe siècle, dans le cadre de la première guerre carliste, la bataille de Maella (octobre 1838) eut lieu dans la ville, où le général Pardiñas fut tué par les carlistes.

Économie

Maella est un territoire éminemment agricole. La pêche se distingue, avec l'appellation d'origine de la pêche de Calanda, La culture des oliviers, avec l'appellation d'origine de l'huile de Bajo Aragon, des céréales, des amandes et des vignes.


PatrimoineModifier

  • La Tour de l'Horloge, l'un des rares exemples de tours civiles d'Aragon, présente un intérêt particulier à Maella. Construit en deux étapes, le premier - environ 20 m de long - est de style roman des XIe-XIIe siècles, et le second - environ 28 m de long - est mudéjar. L'étape romane corrobore la théorie selon laquelle autrefois c'était une forteresse protectrice de l'accès à la vieille ville, protégée par des chevaliers de l'ordre de Calatrava.
  • Le château de Maella, malgré son état délabré, se dresse comme une masse impressionnante de pierre au sommet d'une colline coupée à l'est par le lit de la rivière Matarraña. Sur sa face nord, il a encore des murs solides, avec cinq cubes semi-cylindriques attachés à eux.
  • Deux églises notables sont situées dans la zone urbaine. L'église paroissiale de San Esteban, d'origine romane, se compose d'une nef à abside semi-circulaire couverte d'une voûte nervurée pointue sur des arcs festonnés; il a un clocher à trois creux. Celui de Santa María, construit au XIVe siècle, a été cédé en 1610 à l'ordre franciscain.
  • Il ne faut pas oublier de mentionner l'ermitage de Santa Bárbara, dont la construction a commencé en 1759 grâce à l'aide et l'aumône des habitants de Maella. À la périphérie de la ville, en route vers Fabara, se trouve le monastère trappiste de Santa Susana, actuellement en ruines.
  • Enfin, il convient de noter que la maison natale de l'artiste de Malaga Pablo Gargallo a été restaurée. Entre autres, quatre de ses œuvres étroitement liées à sa première scène sont exposées, accompagnées d'œuvres de divers auteurs qui ont exposé dans la maison-musée.

JumelageModifier

Maella est jumelée avec la ville française de Vivonne.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier