Un madrier est une pièce de charpenterie disposée horizontalement et destinée à assurer la solidité d'un ouvrage. Sa taille se situe entre la poutre et le tasseau.

Des madriers sur un chantier.
Madriers sur un chantier
Chemin de madriers au Mont-Dore.

Histoire et dimensionsModifier

 
Madriers posés sur une voie ferrée pour permettre le transport par camion de tabliers de pont.

Le madrier est le successeur du rondin. Il apparaît au XIVe siècle[1] et a évolué avec la machinisation de l'industrie du bois[2].

La première édition du Dictionnaire de l'Académie française de 1694 donne la définition d'une sorte d'ais fort épais : « Il faut des madriers pour faire la plate-forme d'une batterie de canon. On ne passa pas le fossé de la place assiégée, faute de madriers pour faire une galerie. » Une planche épaisse et robuste donc, sciée dans un bois solide (la sixième édition du même dictionnaire indique le chêne), scié ou équarri. Joseph Morisot, en 1814, donne la définition d'une pièce de bois méplat, de deux à six pouces d'épaisseur sur dix à dix-huit pouces de largeur ; on s'en sert pour faire des planchers de pont, pour couvrir des pilotis et au fond des tranchées dans les terrains de mauvaise consistance pour asseoir les fondations des murs; on s'en sert aussi, au moyen d'étrésillons, pour soutenir les terres dans les fouilles[3].

Les dimensions transversales dépassent un certain minimum qui varie d'un pays à l'autre. Les normes françaises indiquent entre 75 et 105 millimètres et d'une largeur entre 205 et 225 millimètres[4].

UtilisationModifier

Généralement façonné dans du bois solide comme le chêne vert, l'orme, l’épicéa, il est utilisé pour les gros travaux de menuiserie et de construction, et autrefois pour recouvrir des plateformes, le pont des bateaux ou les voies de circulation.

ÉtymologieModifier

Dérivé du latin materia, le mot espagnol madera, signifie « planche » planche[Quoi ?]. En anglais, thick board[5], baulk[6] ou « madrier » ; en allemand eine Bohle[7] ou ein dickes Brett.

TriviaModifier

Dans le domaine de la plomberie, le madrier désigne une longue table de chêne sur laquelle on pose le moule à tuyaux.

Notes et référencesModifier

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « madrier » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. Pascal Farcy, Construire sa maison en bois. Toutes les techniques de construction, Éditions Eyrolles, , 156 p. (ISBN 9782212162813), p. 113.
  3. Joseph Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment. Vocabulaire des arts et métiers en ce qui concerne les constructions (charpenterie), Carilian, (lire en ligne).
  4. « Norme française, NF B50-002 : bois, vocabulaire », sur boutique.afnor.org (consulté le ).
  5. voir Technologisches Wörterbuch in deutscher, französischer und englischer Sprache: Bd. Deutsch-englisch-französisch, 3e éd., 1877, vol. 1 von Technologisches Wörterbuch in deutscher, französischer und englischer Sprache, K. Wilhelm Unverzagt, C. Rumpf, Oskar Mothes, Ed Ernst Althans, Kreidel, 1877.
  6. « Madrier », Office québécois de la langue française, (consulté le ).
  7. Karl Ernst August Sachs, Césaire Vilatte et Bernhard Schmitz, Sachs-Villatte encyklopädisches französisch-deutsches und deutsch-französisches Wörterbuch, Langenscheidtsche Verlagsbuchhandlung, 1856, p. 296.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier