Ouvrir le menu principal
Maciste en enfer
Description de cette image, également commentée ci-après
Hélène Chanel et Kirk Morris dans une scène du film

Réalisation Riccardo Freda
Scénario Oreste Biancoli
Piero Pierotti
Acteurs principaux
Sociétés de production Panda films (Rome) et Comptoir français du film (Paris)
Pays d’origine Drapeau de la France France / Drapeau de l'Italie Italie
Genre Péplum
Durée 83 minutes
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Maciste en enfer (Maciste all’inferno) est un péplum italien de Riccardo Freda, sorti en 1962.

SynopsisModifier

Loch Lake est un village écossais où, en 1523, comme il est énoncé dans l'acte du jugement, le juge Parris a condamné au bûcher Martha Gunt, vieille sorcière qu’il avait désirée en vain lorsqu’elle était jeune et belle. En mourant, la magicienne maudit le juge et tous ses descendants, ainsi que tous ceux qui ont assisté à son supplice. Un siècle environ s’est écoulé; très loin de Loch Lake, une jeune femme nommée Martha Gunt décide d’acheter le château qui domine le village maudit, pour y passer sa lune de miel. Inévitablement, lorsque la jeune Martha arrive à Loch Lake, les plus exaltés croient à une réincarnation de la sorcière. Arrachée par la populace des bras de son époux, elle est conduite au bûcher.

C’est ici qu’intervient Maciste, un berger fort et généreux, qui sauve la jeune femme de la mort, mais non de la justice. En effet, elle doit subir un procès, et comme au contact de sa main, la Bible apparaît entourée d’un anneau de feu, on la croit vraiment sorcière et on la condamne à mourir comme son homonyme; pour vaincre cette malédiction, Maciste descend aux Enfers, où il doit surmonter une longue série d’obstacles dont la sorcière elle-même. Celle-ci après avoir usé de plusieurs maléfices pour piéger Maciste finira par être émue par son courage et sa pureté d'âme et lui demandera d'être l'instrument de sa rédemption. Cet acte sauvera Matha Gunt du bûcher et délivrera le village de sa malédiction.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Version française réalisée aux studios CTM Gennevilliers (Léon et Max Kikoine, dialogues français de Louis Sauvat, directeur artistique : Daniel Gilbert, ingénieur du son : Jacques Bompunt.

Autour du filmModifier

  • Les scènes de l’enfer ont été tournées dans les grottes de Castellana à Bari.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Corinne Vuillaume (coordination), Sorciers et sorcières au cinéma, Paris, L'Harmattan, 2010.

Liens externesModifier