Maître des Prélats bourguignons

enlumineur bourguignon du XVe siècle
Maître des Prélats bourguignons
Période d'activité
Activités
Enlumineur, peintreVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mécènes

Le Maître des Prélats bourguignons est un maître anonyme enlumineur actif en Bourgogne entre 1470 et 1490. Il doit son nom à plusieurs commandes que lui ont passé des évêques et abbés bourguignons.

Éléments biographiques et stylistiquesModifier

 
Crucifixion du missel de Richard Chambellan, BNF Lat.879, f.105v.

Nicole Reynaud a isolé son style à partir de quatre manuscrits liturgiques dont il a réalisé les enluminures commandés par quatre évêques ou abbé bourguignon ou d'origine bourguignonne : un missel pour Ferry de Clugny, évêque de Tournai et chanoine d'Autun, un pontifical pour Antoine de Chalon, évêque d'Autun, un bréviaire pour Jean III d'Amboise, évêque de Langres, et un missel pour Richard Chambellan, abbé de Saint-Étienne de Dijon. Ces commanditaires, ainsi que l'usage de plusieurs de ses livres d'heures concourent à localiser en Bourgogne. Il pourrait aussi avoir réalisé des peintures murales dans la chapelle dorée de la cathédrale d'Autun. Son style reste très éloigné de l'enluminure flamande de l'époque. Ses personnages sont figés et rectilignes, ses coloris sombres et souvent réhaussés d'or. Ses compositions sont statiques et l'enlumineur s'intéresse peu à la narration ou à la dramaturgie. Cependant son style est adapté aux images de dévotions comme les crucifixions[1],[2].

Plusieurs motifs du peintre se retrouvent dans les peintures de Josse Lieferinxe, un artiste originaire du Hainaut installé à Avignon. On sait qu'il a travaillé dans l'atelier de Jean Changenet, un artiste originaire de Langres et issu d'une grande famille d'artistes bourguignons. Il pourrait avoir quitté la Bourgogne après la mort de Charles le Téméraire en 1477. Selon Nicole Reynaud, le Maître des Prélats bourguignons pourrait être un membre de sa famille – son frère Pierre ? – resté en Bourgogne[1].

Œuvres attribuées au MaîtreModifier

Quatorze manuscrits lui sont attribués à l'origine par Nicole Reynaud. D'autres ont été attribués depuis.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Nicole Reynaud, « Un peintre français de la fin du XVe siècle : le Maître des prélats bourguignons », dans Nicole Reynaud et Albert Châtelet, Études d'art français offertes à Charles Sterling, Presses universitaires de France, , p. 151-163
  • (en) Colum Hourihane (dir.), The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, t. 3, (ISBN 9780195395365, lire en ligne), p. 248
  • Dominique Didier, « Le Maître des Prélats bourguignons », Bulletin monumental, t. 134, no 4,‎ , p. 349-350 (lire en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier