Ouvrir le menu principal

Maître de Jeanne de Laval

enlumineur français du XVe siècle
Ne doit pas être confondu avec Maître de Jeanne de France.
Maître de Jeanne de Laval
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Influencé par

Le Maître de Jeanne de Laval est un maître anonyme enlumineur actif à Angers entre 1430 et 1480. Il doit son nom à un psautier manuscrit commandé pour Jeanne de Laval, épouse de René d'Anjou.

Éléments biographiques et stylistiquesModifier

 
Ascension dans le psautier de Jeanne de Laval, BM Poitiers.

Son nom de convention a été forgé par l'historien de l'art allemand Eberhard König[1], à partir du psautier qu'il a exécuté pour Jeanne de Laval, seconde femme de René d'Anjou. Actif à Angers, il a réalisé dans un premier temps des livres d'heures commerciaux puis des décorations pour des ouvrages plus précieux à destinations de plusieurs membres de la cour de René d'Anjou. Selon König, il serait actif dès les années 1430 en collaborant à la décoration de la Bible moralisée de Philippe le Hardi mais cette dernière intervention est contestée par François Avril, pour qui l'artiste ne commence sa carrière qu'à partir des années 1450[2].

Il a subi l'influence de peintres comme Barthélemy d'Eyck, peintre officiel du roi René (dont il reprend les visages épais par exemple), du Maître de Jouvenel et du Maître de Rohan, eux aussi actifs à Angers, et enfin de Jean Fouquet, qui a participé à un livre d'heures à l'usage de cette même ville. Le maître de Jeanne de Laval a sans doute eu accès à des modèles du peintre tourangeau car plusieurs de ses miniatures montrent une influence du livre d'heures d'Étienne Chevalier. La reprise de ces modèles et particulièrement des compositions est souvent servile ou maladroite. Il contribue à son tour à influencer d'autres enlumineurs tels que Robinet Testard[2],[3].

Principaux Manuscrits attribuésModifier

 
Frontispice de l'aveu de Jean de Sainte-Maure, Archives nationales.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Marc-Édouard Gautier (dir.), Splendeur de l'enluminure. Le roi René et les livres, Ville d'Angers / Actes Sud, , 416 p. (ISBN 978-2-7427-8611-4), p. 252 et 351
  • (de) Eberhard König, Buchmalerei um 1450. Der Jouvenel-Maler, der Maler des Genfer Boccaccio und die Anfänge Jean Fouquets, Berlin, Mann, (ISBN 3-7861-1311-4)
  • François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, BNF/Flammarion, , 439 p. (ISBN 978-2080121769), p. 126-127
  • François Avril (dir.), Jean Fouquet, peintre et enlumineur du XVe siècle, catalogue de l'exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France / Hazan, , 432 p. (ISBN 2-7177-2257-2), p. 408-410

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. König 1982
  2. a et b Avril 2003
  3. Avril et Reynaud 1993
  4. Notice du ms sur le site de la Morgan Library
  5. Notice du ms. sur cn-telma
  6. reproduction des miniatures sur le site lectura.fr
  7. reproduction du manuscrit sur le site de la BM de Poitiers
  8. reproduction de miniatures sur le site de la NYPL
  9. Notice du ms sur le site de la Morgan Library
  10. Notice no 05774, base Archim, ministère français de la Culture
  11. Notice du Ms sur le site de la Méjanes