Maître de Giac

Enlumineur français du XVe siècle
Maître de Giac
Période d'activité
Vers -Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Influencé par
Œuvres principales

Le Maître de Giac désigne par convention un enlumineur actif à Troyes, Paris et Angers entre 1400 et 1440. Il doit son nom à un livre d'heures qu'il a peint pour Jeanne du Peschin, dame de Giac. Sa main a été identifiée au sein d'une quarantaine de manuscrits. Influencé par le Maître de Boucicaut, il est considéré comme le précurseur, voire le maître du Maître de Rohan avec lequel il a longtemps été confondu.

Éléments biographiques modifier

 
La Visitation, miniature des Heures de Giac, Musée royal de l'Ontario.

L'historienne de l'art Inès Villela-Petit propose pour la première fois en 2010 d'isoler sa main au sein de l'atelier du Maître de Rohan, parmi les manuscrits les plus anciens attribués à ce dernier. Elle lui donne son nom de convention d'après un livre d'heures, sa première œuvre majeure, peint pour Jeanne du Peschin la femme de Jean de Giac. Cet artiste commence son activité à Troyes en Champagne pour la clientèle locale d'après l'usage des livres d'heures qu'il réalise. Il pourrait aussi avoir été actif en Auvergne et en Avignon. Il se déplace à Paris dans les années 1415-1420 où il collabore avec plusieurs artistes locaux parmi lesquels l'atelier du Maître de Bedford et surtout le Maître du Boèce. Avec ce dernier, il enlumine une série de manuscrits des Chroniques de Froissart, sous la houlette, au moins en partie, du libraire Pierre de Liffol. Il subit aussi l'influence du Maître de Boucicaut et de son collaborateur, le Maître de la Mazarine. Il achève sa carrière dans les années 1430 probablement au service de Yolande d'Aragon, alors installée en Anjou et collabore alors avec le Maître de Rohan dont il pourrait être le père[1],[2].

Éléments stylistiques modifier

Le style du maître se caractérise par son élégance et la richesse de ses décorations. Il tente maladroitement de représenter des effets de perspective grâce à ses architectures et ses meubles, mais l'effet est annulé par le mauvais rendu des sols. Ses personnages possèdent des corps allongés, aux épaules étroites et tombantes et sont vêtus de drapés fluides. Leurs visages sont faits d'un menton et de lèvres épais, d'un nez marqué, aux yeux brillant, tombant et de gros sourcils. Ses couleurs préférées sont le bleu et le rouge opaques et les verts et volets transparents. L'analyse des dessins sous-jacents révèle de nombreux changements entre le modèle dessiné et la peinture finale, ce qui montre un artiste qui expérimente et fait preuve d'originalité vis-à-vis des modèles[3].

Principales œuvres attribuées modifier

 
La Reddition de Bruges (1382), miniature des Chroniques de Froissart. Fr.2664.
 
Miniatures du mois d'octobre, Les Grandes Heures de Rohan, f.14v.

Une quarantaine de manuscrits lui sont attribués au total dont pour moitié des livres d'heures, qui étaient attribués auparavant au Maître de Rohan.

Le dessin d'un modèle de vitrail représentant la Crucifixion et provenant de l'hôtel-Dieu de Provins lui est également attribué (actuellement Musée de Cluny, CL23814)[14],[15].

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • Inès Villela-Petit, « Le Maître de Boèce et le Maître de Giac, enlumineurs de la guerre », Art de l'enluminure, no 31,‎ 2009-2010, p. 24-45 (lire en ligne)
  • Inès Villela-Petit, « Les Heures de Jeanne du Peschin, dame de Giac. Aux origines du Maître de Rohan », Art de l'enluminure, n° 34, septembre-, p. 2-24
  • (en) Stella Panayotova, « The Rohan Masters: Collaboration and Experimentation in the Hours of Isabella Stuart », dans Colum Hourihane, Manuscripta Illuminata: Approaches to Understanding Medieval and Renaissance Manuscripts, Princeton, Princeton University Press and Penn State University Press, (ISBN 978-0-9837537-3-5, lire en ligne), p. 14-46

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références modifier

  1. Villela-Petit 2009-2010
  2. Panayotova 2014, p. 16-17
  3. Panayotova 2014, p. 15-16
  4. Notice Calames
  5. Notice de la BL
  6. Notice du Getty
  7. Notice de la BNF
  8. Notice de la BNF
  9. Notice de la BNF
  10. Notice de la Morgan
  11. Description du ms sur le site de la bibliothèque de Besançon
  12. Notice de la BNF
  13. Notice de la Houghton Library
  14. Notice de la base Images d'Art - RMNGP
  15. Mathieu Deldicque, Maxence Hermant, Séverine Lepape et Sophie Lagabrielle (dir.), Les arts en France sous Charles VII (1422-1461), Paris, GrandPalaisRmn, , 304 p. (ISBN 9782711880195), p. 129 (cat.71)