M41 (amas ouvert)

amas ouvert de la constellation du Grand Chien

M41
Image illustrative de l’article M41 (amas ouvert)
L'amas ouvert M41 (NGC 2287)
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Grand Chien[1]
Ascension droite (α) 06h 45m 59,9s[2]
Déclinaison (δ) −20° 45′ 15″
Magnitude apparente (V) 4,5[3]
Dimensions apparentes (V) 39[3]

Localisation dans la constellation : Grand Chien

(Voir situation dans la constellation : Grand Chien)
Canis Major IAU.svg
Astrométrie
Distance environ 693 pc (∼2 260 a.l.) [4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas ouvert
Classe II3m[3]
Galaxie hôte Voie lactée
Dimensions 25,6 al[5]
Âge 243 M a [4]
Découverte
Découvreur(s) Aristote[6]
Date 325 av. J.-C.[6]
Désignation(s) NGC 2287
M 41
OCL 597
ESO 557-SC14[3]
Liste des amas ouverts

M 41 (NGC 2287) est un amas ouvert[4],[2] situé dans la constellation du Grand Chien. Il a été découvert par le philosophe grec Aristote en 325 av. J.-C..

DécouverteModifier

L'organisation SEDS cite sur son site WEB des sources qui indiquent que cet amas stellaire était connu d'Aristote dès 325 av. J.-C.[7], mais Giovanni Battista Hodierna est le premier à l'avoir catalogué avant 1654. Cependant, les travaux d'Hodierna étaient tombés dans l'oubli jusqu'à partir de sa redécouverte le 16 février 1702 par John Flamsteed. Il fut retrouvé indépendamment par Guillaume Le Gentil en 1749. Finalement Charles Messier l'inclut dans son catalogue d'objets diffus le 16 janvier 1765[6]. John Herschel inséra M41 dans son catalogue "GENERAL CATALOGUE" sous le numéro GC1454 en 1860[8].

CaractéristiquesModifier

M 41 est à environ 693 pc (∼2 260 a.l.) du système solaire[4] et il s'éloigne de nous à une vitesse de 23,3 km/s[9]. Les dernières estimations donnent un âge de 243 millions d'années[4]. La taille apparente de l'amas est de 39 minutes d'arc, ce qui, compte tenu de la distance, donne une taille réelle maximale d'environ 25,6 années-lumière.
L'amas renferme un peu moins de 100 étoiles dont plusieurs géantes rouges. L'étoile la plus brillante est une géante de type spectral K3, avec une magnitude apparente de +6,9[10]. M41 renferme également des naines blanches[11],[12].
Selon la classification des amas ouverts de Robert Trumpler, cet amas renferme entre 50 et 100 étoiles (lettre m) dont la concentration est moyenne (II) et dont les magnitudes se répartissent sur un grand intervalle (le chiffre 3).

ObservationModifier

 
M41 est à 4° au sud de Sirius.

M41 est relativement facile à trouver sur la sphère céleste, puisque situé presque exactement à 4 degrés au sud de Sirius, la plus brillante étoile du ciel nocturne.
L'amas est observable aux latitudes moyennes de l'hémisphère nord de septembre, le matin, à avril, le soir, en passant par décembre et janvier, une grande partie de la nuit. On peut le voir en février aussi. Aux latitudes moyennes de l'hémisphère sud, on peut le voir toute l'année, quoique avec plus de difficulté aux alentours du solstice d'hiver austral.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 8 février 2018)
  2. a et b (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2287 (consulté le 8 février 2018)
  3. a b c et d (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 8 février 2018)
  4. a b c d et e (en) « WEBDA page for open cluster NGC 2287, A site Devoted to Stellar Clusters in the Galaxy and the Magellanic Clouds » (consulté le 8 février 2018)
  5. On obtient la taille d'un objet par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  6. a b et c « Messier 41 » (consulté le 9 février 2018)
  7. (en) « M41 possibly recorded by Aristotle » (consulté le 9 février 2018)
  8. (en) « Messier Objects: Guide to the Bright Galaxies, Nebulae and Clusters Listed in the Messier Catalogue » (consulté le 12 janvier 2019)
  9. (en) « M 41, Open (galactic) Cluster sur Simbad » (consulté le 9 février 2018)
  10. (en) « The Casual Sky Observer's Guide, Messier 41 » (consulté le 9 février 2018)
  11. D. Koester et D. Reimers, « Spectroscopic identification of white dwarfs in galactic clusters. I NGC 2287 and NGC 2422 », Astronomy and Astrophysics, vol. 98 LB-11,‎ (lire en ligne)
  12. P.D. Dobbie, A. Day-Jones, K.A. Williams et al., « Further investigation of white dwarfs in the open clusters NGC2287 and NGC3532 », Monthly notices of the Royal Astronomical Society,‎ , p. 14 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2012.21090.x, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

      •  NGC 2279  •  NGC 2280  •  NGC 2281  •  NGC 2282  •  NGC 2283  •  NGC 2284  •  NGC 2285  •  NGC 2286  •  NGC 2287  •  NGC 2288  •  NGC 2289  •  NGC 2290  •  NGC 2291  •  NGC 2292  •  NGC 2293  •  NGC 2294  •  NGC 2295