Ouvrir le menu principal

Mœurs-Verdey

commune française du département de la Marne

Mœurs-Verdey
Mœurs-Verdey
Église de Mœurs
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Sézanne-Brie et Champagne
Intercommunalité Communauté de communes de Sézanne-Sud Ouest Marnais
Maire
Mandat
Claude Pouzier
2014-2020
Code postal 51120
Code commune 51369
Démographie
Population
municipale
319 hab. (2016 en diminution de 3,04 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 41″ nord, 3° 40′ 44″ est
Altitude Min. 161 m
Max. 213 m
Superficie 13,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Mœurs-Verdey

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Mœurs-Verdey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mœurs-Verdey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mœurs-Verdey

Mœurs-Verdey est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

HistoireModifier

L'histoire du village de Moeurs est racontée dans l'ouvrage "Moeurs, canton de Sézanne", écrit par l'abbé Néret en 1902. Quant à Verdey, la seigneurie est possédée dès la fin du XIIIe siècle par l'abbaye de Montier-la-Celle jusqu'à la Révolution.

La commune de Verdey dispose d'un moulin à eau sur le Grand-Morin. En 1838, il abrite les activités de surfaçage de verres optiques minéraux de Louis-Jean-Baptiste Berthiot (°1807+1857) et de son beau-père Pierre-Alexis Bourot (°1796+1851), deux provinciaux devenus opticiens à Paris. Dès l'été de cette année-là, le maire demande au préfet de la Marne de faire cesser cette activité en raison de la pollution de la rivière incommodant les chevaux. La fabrication sera déplacée en 1846 au moulin Saint-Hubert, à l'entrée Ouest de Sézanne, et y prospérera jusqu'à nos jours (BB-GR SAS). Pour autant, des opticiens demeurent au village jusqu'en 1855.

L'église Saint-Martin de Mœurs romane du XIIe siècle et sa chapelle du XVIe siècle, devient un centre d'intérêt culturel après la découverte d'une fresque du XVIe siècle de 7 m par 3 m[1] en 2012 et sa restauration. D'autres peintures murales ornent ici et là les murs de l'église(fleurs de lys, St Nicolas et les enfants dans le saloir, etc.) Elle est inscrite au titre des monuments historique le 6 juin 2014. Celle ci renferme également un autel originel en pierre et de curieuses têtes grimaçantes (mascarons) sur le bout des blochets de la charpente à l'intérieur du chœur (ayant pour but de repousser le mal). Des esquisses d'architecture sont également gravés sur les murs de la nef.

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

La commune a adhéré, le à la communauté de communes des Coteaux Sézannais[2],[3].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1875 après 1879 Brochot[4]    
2001 En cours
(au 4 juillet 2014)
M. Claude Pouzier   Réélu pour le mandat 2014-2020[5],[6]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 319 habitants[Note 1], en diminution de 3,04 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180149145162158163198219216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
214228186195197180200182168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
155152161165149132147135128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
114137130173235279273318321
2016 - - - - - - - -
319--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. reportage de FR3 Champagne.
  2. « Arrêté préfectoral du 15 mai 2013 portant extension de périmètre de la Communauté de communes des Coteaux Sézannais aux communes de Linthes, de Mœurs-Verdey et de Mondement-Montgivroux », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 bis,‎ , p. 8-9 (lire en ligne [PDF]).
  3. Guillaume Tallon, « Trois nouveaux villages dans la communauté de communes », L'Union,‎ (lire en ligne).
  4. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  5. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  6. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Guillaume Tallon, « L'église renferme une peinture d'exception », L'Union,‎ (lire en ligne)
  12. L'Union du 31 juillet 2014 page 20.