Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Métouia

ville tunisienne

Métouia, également orthographiée Méthouia ou El Métouia (المـطـويّـة), est une ville adossée à une oasis côtière du sud de la Tunisie située à quelques kilomètres au nord de Gabès.

Métouia
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Gabès
Délégation(s) Métouia
Maire Mohamed Lamine Chamekh[1]
Code postal 6010
Démographie
Gentilé Métouien (Mtawa)
Population 9 946 hab. (2004[2])
Géographie
Coordonnées 33° 58′ nord, 10° 00′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Métouia

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Métouia

Sa population est de 9 946 en 2004[2]. En été, elle s'accroît pour atteindre près de 50 000 habitants du fait du retour estival des habitants vivant à l'étranger.

Administrativement, elle est le siège d'une municipalité de 9 946 habitants et d'une délégation rattachée au gouvernorat de Gabès. Son économie est basée principalement sur l'exploitation agricole de l'oasis, sur l'industrie (zone industrielle de Métouia-El Aouinet) et sur le tourisme.

Elle abrite deux équipes de football : le club local de l'Union sportive métouienne et la Jeunesse sportive métouienne qui évolue à Tunis.

Sommaire

GéographieModifier

Située à douze kilomètres de Gabès, Métouia possède une grande palmeraie (270 hectares environ[3]) et une plage à une dizaine de kilomètres de son centre. Outre la baignade, cette plage est aussi utilisée pour la pêche (essentiellement celle de la palourde commune[4], du poulpe et de diverses espèces de poissons) et contribue ainsi à la forte productivité du golfe de Gabès. La ville est desservie par la RN1.

HistoireModifier

La ville semble être habitée dès l'Antiquité romaine comme l'atteste la présence de vestiges romains[5].

C'est autour d'une source d'eau que des tribus se sont installées au fil des siècles. D'après l'œuvre de Victor Guérin, Voyage archéologique dans la régence de Tunis (1862), Métouia compte 500 habitants en 1862 ; il décrit le village de la façon suivante : « Ils cultivent des jardins très fertiles, divisés par de petits murs de séparation en terre battue et arrosés par d'innombrables rigoles. L'arbre qui y domine est le palmier. Cet ensemble de jardins et cette forêt de dattiers constituent une oasis plus importante que la précédente (Oudref) »[6].

Au cours du XXe siècle, les habitants de Métouia se sont particulièrement distingués dans les luttes syndicale, au sein de l'Union générale tunisienne du travail, et anticoloniale[7],[8]. Habib Bourguiba s'y est réfugié durant cette période[9]. Historiquement, beaucoup se sont établis dans le quartier de Tronja à Tunis, ainsi qu'à Lyon où ils forment une véritable diaspora, avec une riche vie associative maintenant le lien avec le village d'origine[10].

JumelageModifier

PersonnalitésModifier

RéférencesModifier

  1. Décret du 25 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°47, 28 juin 2011, pp. 1064-1069
  2. a et b « Recensement de 2004 », sur ins.nat.tn
  3. Abdessatar Hatira, Lotfi Baccar, Mohamed Grira et Tahar Gallali, « Analyse de sensibilité du système oasien et mesures de sauvegarde de l’oasis de Métouia (Tunisie) », Revue des sciences de l'eau, vol. 20, no 1,‎ , p. 59-69 (lire en ligne)
  4. « Diagnostic initial des sites de pêche artisanale du Maroc et de Tunisie », CopeMed II – ArtFiMed Technical Documents, no 4,‎ (lire en ligne [PDF])
  5. (ar) Béchir Tijani Reguigui, « Y a-t-il eu une civilisation romaine dans la région ? », sur mtawa.com (consulté le 5 février 2017)
  6. « Culture », sur mtawa.com
  7. Répression et résistance, septembre 1934 : synthèse des rapports des contrôleurs civils établie par la Résidence générale sur les événements survenus en septembre-octobre 1934, Tunis, Maison tunisienne de l'édition, , 439 p. (lire en ligne), p. 16
  8. Abdesslem Ben Hamida, « La ville, lieu de transition entre solidarité d’origine et solidarité syndicale : les cas de Tunis et de Sfax à l’époque coloniale », Cahiers de la Méditerranée, no 63,‎ , p. 69-77 (ISSN 1773-0201, lire en ligne)
  9. « Wassila Bourguiba », sur leaders.com.tn, (consulté le 5 février 2017)
  10. Soufiane Ben Farhat, Les témoins de la mémoire : rencontres avec des Tunisiens d'exception, Tunis, Cérès, , 422 p. (ISBN 9789973196880, lire en ligne), p. 82
  11. Hella Habib, « Des constituants de tous bords se confessent », sur fr.allafrica.com, (consulté le 5 février 2017)
  12. « Sami Trabelsi : « Ben Hatira veut jouer pour la Tunisie » », sur foot.orange.tn,
  13. « Bhour Al Ichk au Festival international de Gabès », sur tunivisions.net,
  14. « Adel Sellimi », sur scservices.com.tn (consulté le 5 février 2017)