Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

La métensomatose (en grec ancien μετενσωματοσις) est une doctrine selon laquelle le corps se réincarnerait dans un autre corps. Le mot métensomatose signifie « déplacement du corps ».

La métensomatose est une variante de la réincarnation[1]. Elle serait cependant physique et non psychique (comme dans métempsychose), c'est-à-dire qu'elle transmettrait au nouveau corps des éléments de l'ancien.

La métensomatose désigne le passage d'un corps à un autre, et non d'une âme qui va d'un corps à un autre. Le bouddhisme croit plutôt à la métensomatose qu'à la métempsychose, puisque c'est une religion où l'âme n'existe pas, et où le moi n'est qu'illusion de l'identité individuelle qui « s'éteint » dans la vacuité ; cela dit, des éléments psychiques transmigrent, comme on pourrait le voir dans certains caractères (physiques ou psychiques) venus des parents jusqu'aux enfants, dans le phénomène lamaïste des tulku, appelés improprement « réincarnations » d'un lama. Les écrits bouddhiques utilisent en fait un concept sensiblement différent de celui de réincarnation : punarbhava, qu'on traduit par « re-naissance ».

Voir aussiModifier

RéférencesModifier