Ouvrir le menu principal

En rhétorique, on nomme métaplasme toute modification phonétique ou morphologique qui altère l'intégrité d'un mot par addition, suppression, substitution ou permutation (les quatre opérations fondamentales décrites par le Groupe µ) d'unités (phonétiques ou morphologiques).

Les métaplasmes sont décrits en détail dans les articles qui leur sont consacrés.

HistoireModifier

Le grammairien latin Consentius a écrit Sur les barbarismes et les métaplasmes, ouvrage daté du Ve siècle, dont des fragments ont été compilés par Heinrich Keil.

Métaplasmes par additionModifier

Métaplasmes par suppressionModifier

  • syncope (et hyphérèse) : suppression d'une syllabe complète ;
  • apocope (et élision) : suppression d'un ou plusieurs phonèmes à la fin du mot ;
  • aphérèse (et élision inverse) : suppression d'un ou plusieurs phonèmes au début du mot.
  • déglutination : forme d'aphérèse reposant sur une mauvaise coupe du mot, compris comme s'il était précédé d'un article (ex. : en anglais, an apron, à partir de napperon ou en français, des lecteurs, à partir d'électeurs)

Toutes ces suppressions sont des amuïssements.

Métaplasmes par fusionModifier

Quand deux voyelles sont en hiatus, leur fusion est une synalèphe par :

Métaplasmes par déplacement ou permutationModifier

BibliographieModifier

  • (la) Heinrich Keil, Grammatici latini, .
  • Groupe µ, Rhétorique générale, Ière partie, ch. II,p. 50-66. Seuil points, 1982

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :