Ouvrir le menu principal

La Mésè (ἡ Μέση) , appelée également Régia (ἡ Ῥηγία) sous Constantin Ier mais le nom tomba rapidement en désuétude, était la principale artère de Constantinople, aujourd'hui Divan Yolu (autrefois orthographiée Divan-Iolou-sou, rue du Conseil), et qu'on appelait rue du Divan.

La Mésè était appelée ainsi (de l'adjectif μέσος, c'est-à-dire situé au milieu), soit parce qu'elle traversait le centre de la ville, soit parce qu'elle était bordée de portiques des deux côtés[1]. Ces portiques avaient deux étages. L'étage supérieur, réservé à la circulation, était dallé de marbre. Au niveau de la rue étaient établies des boutiques.

La Mésè était utilisée pour les processions, tant à l'époque byzantine que durant l'ère ottomane. Commençant à la Porte d’Andrinople, elle court sur la crête des deux versants de la ville[2], mène à la basilique Sainte-Sophie, puis oblique vers le nord-ouest pour aboutir à l'entrée du palais de Topkapi. On y voit les ruines des Carceres de l'hippodrome de Constantinople[3].

BibliographieModifier

  • Raymond Janin, Constantinople byzantine : développement urbain et répertoire topographique, Archives de l'Orient chrétien, , 2e éd.
  • Rodolphe Guilland, Études de topographie de Constantinople byzantine, Tomes I & II, Berlin, Akademie-Verlag, .

RéférencesModifier