Méry-sur-Seine

commune française du département de l'Aube

Méry-sur-Seine
Méry-sur-Seine
Ancienne vue du village.
Blason de Méry-sur-Seine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes Seine et Aube
(siège)
Maire
Mandat
Carmen Labille
2020-2026
Code postal 10170
Code commune 10233
Démographie
Gentilé Mérycien
Population
municipale
1 522 hab. (2018 en augmentation de 3,96 % par rapport à 2013)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 41″ nord, 3° 53′ 25″ est
Superficie 12,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Troyes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Creney-près-Troyes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Méry-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Méry-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méry-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méry-sur-Seine
Liens
Site web mery-sur-seine.fr

Méry-sur-Seine est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

GéographieModifier

Au nord-ouest du département de l'Aube, entre la route Troyes-Paris et Anglure, sur la route de Sézanne, dans une dépression de la plaine champenoise, Méry-sur-Seine est essentiellement construite sur la rive droite du fleuve Seine, à 82 mètres d'altitude. Le bourg de Méry-sur-Seine est bordé, au nord, par le canal de la Haute-Seine qui reliait initialement la rivière Aube, près de Marcilly-sur-Seine, au cœur de la ville de Troyes. Dans Méry-sur-Seine, la rivière Seine reçoit la petite rivière du Moulin.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Méry-sur-Seine est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Troyes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (67,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,2 %), forêts (21,9 %), zones agricoles hétérogènes (12,6 %), zones urbanisées (8,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,7 %), eaux continentales[Note 3] (2,6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

En 451, possiblement à Méry, mais plus probablement au lieu-dit de Moirey, un site localisé au sein de la commune de Dierrey-Saint-Julien, le général romain, Aetius, Théodoric Ier le roi des Wisigoths et Mérovée, le roi des Francs s'unirent pour combattre et vaincre Attila[8],[9]. Après la levée du siège d'Orléans, Attila fait retraite sur la Seine et la Marne. Les deux armées se rencontrent une nouvelle fois au passage du fleuve à Méry ou plus de 30 000 hommes restèrent sur le champ de bataille. Attila put néanmoins passer la Seine et pris position aux Champs Catalauniques[10].

Elle fait partie de la province de Champagne.

Le , pendant la campagne de France, eut lieu la bataille de Méry-sur-Seine entre les armées de l'Empire commandées par le général Antoine Gruyer et les troupes russes. Le général Joseph Boyer de Rebeval s'y distingua par sa bravoure.

ChampignyModifier

Ancien hameau qui appartenait au fief de Méry et se trouve tant territoire Méry que de Saint-Oulph ; les habitants des deux communautés avaient un droit d'usage sur dix arpents de terres.

Hôtel-DieuModifier

Il en existait une en 1220 sans pouvoir dire si c'est le même qui est cité comme étant fondé par les habitants en 1323 et existant toujours en 1775. Il possédait un moulin à Beauregard, l'étang de Bury, une ferme à Viâpre et une à Jouy.

Bailliage royalModifier

Méry était le siège d'un bailliage, les officiers étaient à la nomination du chapitre de la Sainte-Chapelle de Vincennes. Les sièges de Pouan et Bessy en dépendaient. Il avait un bailli de robe longue, un lieutenant, un greffier, un procureur et un avocat du roi.

PrieuréModifier

Sous le vocable de l'Assomption-de-la-Vierge, il est en la chapelle castrale dès 1104 par don de Philippe de Pons à l'abbaye de Molesme. La chapelle est transférée hors les murs vers 1128, puis brûlée lors de la guerre de Cent Ans. Reconstruite, elle fut vendue comme bien national et démolie avec son cimetière en 1800.

Prieurs :

  • 1177 : Gaucher,
  • 1260 : André,
  • 1317 : Jean le Vilain,

...

  • 1747 - 1753 : Jean l'Empereur aussi de Péas,
  • 1755 - 1778 : Philippe Pierre Bourdon,
  • 1780 - 1787 : l'abbé de Bonneval.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[11],[12]
Période Identité Étiquette Qualité
5 mai 1953   Maurice Parez Radical - Rad.ind. Ingénieur TPE
18 mars 1959   Maurice Parez Radical - Rad.ind. Ingénieur TPE
4 juin 1963   Georges Flizot    
28 mars 1965   Georges Flizot    
26 mars 1971   Jean Monet    
20 mars 1977   Jean Monet    
19 mars 1983   Jean Colas    
17 mars 1989   Jean Flizot    
30 novembre 1993   René Marie SE Ancien officier de l'armée de l'air
16 juin 1995   René Marie SE Ancien officier de l'armée de l'air
23 mars 2001   René Marie SE Ancien officier de l'armée de l'air
21 mars 2008   René Marie SE Ancien officier de l'armée de l'air
30 mars 2014 décembre 2015 Serge Legras SE  
décembre 2015 mars 2020 Stéphanie Besnard SE Assistante RH
15 mars 2020 En cours Carmen Labille [13] SE Directrice d'exploitation retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

CMJModifier

Depuis l'année 2017 la commune de Méry-sur-Seine accueille le conseil municipal jeune qui s'occupe de projets tels que des soirées ados, des soirées jeux, mais également de quelques projets au sujet du collège et de l'école élémentaire avec l'aide de la directrice "Enfance et Jeunesse". L'année 2020 est la deuxième année de ce projet avec des mandats de 2 ans. Il y a aussi bien des CM2 que des 5ème pour penser aux projets. Ils font le bonheur des petits et des grands.

JumelageModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 1 522 habitants[Note 4], en augmentation de 3,96 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1651 1941 3661 1231 3621 3161 3281 3691 347
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3171 4151 4451 4501 3561 3281 3321 3721 342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2761 2911 2221 0199961 0081 0179701 085
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1351 1091 1741 2541 3021 3261 3941 4621 520
2018 - - - - - - - -
1 522--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • le eut lieu la bataille de Méry-sur-Seine entre les armées de l'Empire commandées par le général Antoine Gruyer, blessé au combat, et les troupes russes.
  • Sur la place Croala est érigée une statue offerte par l'Etat, célébrant les victoires de l'Armée Révolutionnaire à Valmy et à Jemappes (1792).
  • L'église paroissiale de l'Assomption de la Vierge a été sous le vocable de Saint-Robert au XIIIe siècle. L'église est du XIIe siècle, grandement remaniée au XVIe siècle et possède comme mobilier :
    • la dalle funéraire d'Anne Corrard[19] morte en 1553 ;
    • Une Vierge de pitié[20] ;
    • Une éducation de Marie[21] ;
    • quatre chapiteaux historiés[22] morte en 1553.
    • Le clocher est surmonté de la statue de Jeanne d'Arc.
    • L'école maternelle place du
    • L'école élémentaire rue Delaître
    • Le collège Pierre Labonde rue du général Pierre Labonde

Personnalités liées à la communeModifier

  • Huon de Méry, trouvère du XIIIe siècle, originaire de Méry-sur-Seine.
  • François d'Amboise, seigneur de Mery-sur-Seine au XVIIe siècle. Il restaura le château de Mery tombé en ruine pendant les guerres de Religion.
  • Antoine Maitrejean, opticien, né en 1650 à Méry-sur-Seine.
  • Louis-Pierre, Edme et Jean-Baptiste Croala, fils de Pierre Croala et Marie Maitrejean[23]. Ces trois enfants de Méry s'engagèrent dans l'armée de la République ; l'aîné est gendarme à résidence, les deux jumeaux s'engagèrent en germinal an II, passant par l'Armée de la Moselle, firent partie des insurgés du 1er prairial an III de Paris qui tuèrent le député Féraud et furent guillotinés. Une statue de R-C Carillon leur fut élevée en 1908 sur la place Croala.
  • Claude Thomas Guerrapain, militaire, conseiller du Roi, né le à Méry-sur-Seine et mort le à Saint-Martin-ès-Vignes.
  • Adolphe Pinard, gynécologue-obstétricien, né à Méry-sur-Seine en 1844 et enterré dans la même ville en 1934.
  • Raymond Decary, scientifique français, né en 1891 à Méry-sur-Seine et mort en 1973 à Paris.
  • Paul Auguste Hariot, fils du pharmacien de Méry, Louis Hariot, il devint lui-même pharmacien et membre du Muséum national d'histoire naturelle.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Isabelle Crété-Protin, « La christianisation de l'Antiquité tardive », dans Isabelle Crété-Protin, Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle., Presses Universitaires de France, coll. « Septentrion », , 446 p. (lire en ligne), p. 168.
  9. Henri d'Arbois de Jubainville, « Encore un mot sur la bataille de Mauriacus. », Bibliothèque de l'école des chartes, École nationale des chartes, t. 31,‎ , p. 211 à 216 (DOI 10.3406/bec.1870.446323, lire en ligne, consulté le 24 mai 2017).
  10. Histoire du département de la Marne par P. Chevallier
  11. Hariot, Recherches...Méry-sur-Seine...Arcis-sur-Aube, 1863, p319.
  12. Vivre à Méry : Bulletin municipal d’informations Janvier 2014,
  13. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21598566
  14. « Partnergemeinden » Site web de la commune de Bischoffen, consulté le 26 mars 2017.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « dalle funéraire », notice no IM10011994, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « groupe sculpte », notice no PM10001210, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « statue », notice no PM10001209, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « chapiteaux », notice no IM10011993, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Louis Morin, Les trois frères Croala...Volontaires sous la Première République, Arcis-sur-Aube, 1909.

Liens externesModifier