Ouvrir le menu principal

Méridien de Greenwich

référence de longitude
Ne doit pas être confondu avec Le Méridien de Greenwich.
Emplacement du méridien de Greenwich (ligne rouge verticale) sur un planisphère

Le méridien de Greenwich est le méridien qui sert de référence internationale de longitude, d'où son nom de « méridien origine ». Néanmoins, c'est le méridien de référence de l'IERS (IRM = « International Reference Meridian ») situé à une centaine de mètres qui sert, par exemple, de référence pour le système de géolocalisation GPS, le système géodésique WGS 84, pour toutes les cartes marines de l'organisation hydrographique internationale depuis 1983[1] et, également, pour la navigation aérienne par l'organisation de l'aviation civile internationale depuis 1989[2].

Sommaire

DescriptionModifier

Le méridien de Greenwich est un premier méridien, c’est-à-dire un méridien où la longitude est définie comme égale à 0°. Il passe à travers l'Observatoire royal de Greenwich, à Greenwich (banlieue de Londres), au Royaume-Uni. Il rencontre le continent européen à Villers-sur-mer où un musée, le Paléospace l'Odyssée en propose l'interprétation. Avec le 180e méridien qui lui est directement opposé, il définit les hémisphères est et ouest.

À la différence des parallèles qui sont définis par l'axe de rotation de la Terre, le choix du méridien de Greenwich comme premier méridien est arbitraire et d'autres méridiens furent utilisés au cours de l'histoire (comme le méridien de Paris, par exemple). Le méridien de Greenwich fut adopté comme standard international en octobre 1884 à la conférence internationale du méridien de Washington. En contrepartie de l'adoption du méridien de Greenwich, les Britanniques se sont engagés à adopter le système métrique[3], adhérant à la Convention du Mètre la même année.

Greenwich l'emporta pour deux raisons principales. D'une part, les deux tiers de la flotte mondiale (dont la marine américaine) utilisaient déjà le méridien de Greenwich. D'autre part, le système de fuseaux horaires, basés sur le méridien de Greenwich, adopté aux États-Unis par les compagnies ferroviaires l'année précédente était jugé parfaitement satisfaisant. En effet, l'adoption d'un méridien d'origine n'a pas pour seul but d'unifier les coordonnées géographiques. Elle vise surtout à organiser les références temporelles.

Le système géodésique mondial actuel, dit WGS 84, utilise le méridien de référence de l'IERS, avec une longitude 0° située 102,5 m à l'est du méridien de Greenwich[4]. La raison de ce décalage tient au fait que les scientifiques de l'époque[Note 1],[5] n'ont pas pris en considération dans leurs calculs la déviation de la verticale causée par les distorsions locales de la gravité[6]. Le télescope pointé vers l'espace n'était donc pas parfaitement perpendiculaire au moment du calcul des coordonnées du méridien. L'erreur avait été pointée par un satellite dès 1984, mais le méridien n'a jamais été officiellement déplacé[7].

HistoireModifier

Au XIVe siècle, Nicolas Oresme, évêque de Lisieux et conseiller du roi de France Charles V, affirmait déjà qu'il faudrait une ligne de démarcation qui déterminerait quand commence le jour.[8]

Le choix du méridien de Greenwich comme point de référence pour la longitude étant complètement arbitraire différents méridiens ont été utilisés par le passé :

Zones traverséesModifier

 
Matérialisation du méridien à l'observatoire de Greenwich

Depuis le pôle Nord jusqu'au pôle Sud, le méridien de Greenwich traverse les régions et pays suivants :

NotesModifier

  1. John Flamsteed en 1675, Edmund Halley en 1725, James Bradley en 1742 puis George Biddell Airy en 1851

RéférencesModifier

  1. (en) [PDF] « A manual on the technical aspects of the United Nations Convention on the Law of the Sea », Organisation hydrographique internationale, .
  2. (en) [PDF] « WGS 84 Implementation Manual », Organisation de l'aviation civile internationale, .
  3. Launay, Mickaël., Le grand roman des maths : de la préhistoire à nos jours, Flammarion (ISBN 2081378760, OCLC 963940556, lire en ligne)
  4. History of the Prime Meridian -Past and Present [1]
  5. (en) The Greenwich Meridian, « The Greenwich Meridian before the Airy Transit Circle », sur thegreenwichmeridian.org (consulté le 18 octobre 2018).
  6. Greenwich Royal Observatory: How the Prime Meridian line is actually 100 metres away from where it was believed to be
  7. Le méridien de Greenwich n'est pas à la bonne place !
  8. Jacques Heers, Le Moyen Âge: une imposture, Paris, Perrin, , p. 101

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier