Ouvrir le menu principal

Mémantine
Memantine.svg Memantine-3d-sticks.png
Identification
Nom UICPA 3,5-diméthyl-tricyclo[3.3.1.13,7]décyl amine
Synonymes

3,5-diméthyladamantane-1-amine

No CAS 19982-08-2
No ECHA 100.217.937
Code ATC N06DX01
DrugBank APRD00221
PubChem 4054
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C12H21N  [Isomères]
Masse molaire[1] 179,3018 ± 0,0113 g/mol
C 80,38 %, H 11,81 %, N 7,81 %,
Propriétés physiques
fusion 258 °C[2]
Écotoxicologie
LogP 3,28[2]
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité ~100 %
Métabolisme Hépatique (< 10 %)
Demi-vie d’élim. 60–100 heures
Excrétion

Rénale

Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Orale
Grossesse B2 (Australie), B (États-Unis)

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La mémantine est une substance active médicamenteuse proposée dans le traitement de la maladie d'Alzheimer qui agit par blocage des récepteurs NMDA.

Sommaire

Origine et commercialisationModifier

La mémantine a été synthétisée et protégée par Eli Lilly and Co en 1968 (comme cité dans l'index Merck) et a été développée par Merz Pharma en collaboration avec Neurobiological Technologies, Inc. puis donnée sous licence aux laboratoires Forest pour les États-Unis et Lundbeck pour d'autres marchés européens et internationaux choisis. La mémantine est commercialisée sous les marques Axura et Akatinol par Merz, Namenda par Forest, Ebixa et Abixa par Lundbeck et Memox par Unipharm.[réf. nécessaire]

Usage cliniqueModifier

Depuis 2016, la mémantine, comme d'autres médicaments de ce type, ne sont pas recommandés en France pour des soins à des personnes atteintes de troubles cognitifs type Alzheimer[3].

Bien que la mémantine ait été approuvée pour le traitement des formes modérées à sévères de la maladie d'Alzheimer[4], son usage a été recommandé contre l'avis du National Institute for Clinical Excellence du Royaume-Uni[5] qui estime que le coût élevé de ce traitement ne vaut pas les bénéfices médicaux observés chez la plupart des patients.

La mémantine a été associée à une décroissance modérée des détériorations cliniques liées à la maladie d'Alzheimer[6]. Une revue systématique d'essais contrôlés randomisés montre que la mémantine a un effet positif modeste sur la cognition, l'humeur, le comportement et la capacité à assumer les activités de la vie quotidienne dans les formes modérées à sévères de la maladie d'Alzheimer mais un effet inconnu pour les formes légères à modérées de la maladie[7].

La vitamine D, une neurohormone stéroïdienne qui exerce une activité neuroprotectrice en participant à la régulation des flux calciques et du système antioxydant, a démontré une efficacité remarquable en synergie avec la mémantine. En effet, dans une étude clinique menée par l'université d'Angers, la mémantine et la vitamine D isolément n'ont guère amélioré l'état de patients atteints de la maladie d'Alzheimer mais ont permis des améliorations cognitives significatives en six mois lorsque prises conjointement[8],[9].

La mémantine a aussi été testée contre la dépendance aux opioïdes, le lupus érythémateux disséminé, la dépression nerveuse, les troubles obsessionnels compulsifs, le jeu pathologique, le trouble du déficit de l'attention(ADHD)[10], le glaucome, les acouphènes, les neuropathies[11], les troubles envahissants du développement, l'encéphalopathie HIV(en:AIDS dementia complex)[12], le nystagmus pathologique[13] et la sclérose en plaques[14]. Elle ne semble pas être efficace dans le syndrome de Down à l'âge adulte[15].

mémantine
Noms commerciaux
  • Axura (Suisse)
  • Ebixa (Belgique, Canada, France, Suisse)
Laboratoire 3DDD, Actavis, Apotex, Arrow, Biogaran, Cristers, Eurogenerics (EG), Evolugen, Generic Medical Partners Inc., HCS BVBA, Lek, Lundbeck, Meliapharm Inc., Mepha Pharma, Merz Pharma, Mylan, Ranbaxy, Riva, Sandoz, Teva, Zentiva, Zydus
Sels chlorhydrate
Forme comprimés sécables, dosés à 5, 10, 15 et 20 mg, solution buvable dosée à 5 mg/pression
Administration per os
Classe Psychoanaleptiques, autres médicaments contre la démence, ATC code N06DX01

Effets indésirablesModifier

La mémantine est généralement bien tolérée[7]. Les effets indésirables communs incluent confusion, vertiges, somnolence, céphalées, insomnie, agitation ou hallucinations. Des effets indésirables moins communs incluent vomissements, anxiété, hypertonie, cystite et libido envahissante[6],[16]. D'un autre côté, il a été reporté que la mémantine aurait induit une détérioration neurologique réversible pour des cas de sclérose en plaques, ce qui a entraîné l'arrêt d'un essai clinique en cours[14].

PharmacologieModifier

Glutamatergique (récepteur NMDA)Modifier

Un dysfonctionnement de la neurotransmission glutamatergique se manifestant par une excitotoxicité neuronale est suspecté d'être dans l'étiologie de la maladie d'Alzheimer. Cibler le système glutamatergique, spécialement les récepteurs NMDA, offre une nouvelle approche de traitement par rapport à l'efficacité limitée des médicaments ciblant le système cholinergique[17].

La mémantine est un antagoniste non compétitif du récepteur NMDA, de faible affinité et voltage dépendant [18],[19]. En se liant aux récepteurs NMDA avec plus d'affinité que les ions Mg2+, la mémantine serait capable d'inhiber l'influx prolongé d'ions Ca2+ qui est à la base de l'excitotoxicité neuronale. Cependant, la faible affinité et la cinétique rapide de retrait de la mémantine au niveau du canal des récepteurs NMDA préservent la fonction physiologique des récepteurs, qui peuvent être activés par les concentrations relativement hautes de glutamate relâché à la suite de la dépolarisation des neurones présynaptiques[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26]. L'interaction de la mémantine avec les récepteurs NMDA joue un rôle majeur dans l'amélioration symptomatique que cette molécule thérapeutique a sur la maladie d'Alzheimer. De plus, il n'y a pas de preuves[27] que la capacité de la mémantine à protéger contre l'excitotoxicité via le récepteur NMDA ait un effet sur le développement de la maladie d'Alzheimer, bien que cela ait été suggéré pour les modèles animaux[21].

Sérotoninergique (récepteur 5-HT3)Modifier

La mémantine agit comme un antagoniste non compétitif du récepteur 5HT3 avec une affinité similaire à celle qu'elle a pour le récepteur NMDA[28]. L'importance clinique de cette activité sérotonergique dans le traitement de la maladie d'Alzheimer est inconnue.

Cholinergique (récepteur nicotinique et cholinergique)Modifier

La mémantine agit comme un antagoniste non compétitif sur différents récepteurs neuronaux, récepteur nicotinique et récepteur cholinergique (nAChR) avec une affinité possiblement similaire à celle pour les récepteurs NMDA et 5-HT3. Il est difficile de le vérifier avec précision à cause des réponses rapides de désensibilisation des récepteurs nAChR dans ces expériences[29],[30],[25]. Il a été montré que le nombre de récepteurs nicotiniques est réduit dans la maladie d'Alzheimer, même en l'absence d'une décroissance générale du nombre de neurones. Les agonistes du récepteur nicotinique sont donc vus comme une cible intéressante pour des médicaments anti-Alzheimer[31].

Dopaminergique (récepteur D2)Modifier

L'action de la mémantine a une composante dopaminergique[32].

Notes et référencesModifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) « Memantine », sur ChemIDplus, consulté le 3 septembre 2009
  3. « Haute Autorité de Santé - Médicaments Alzheimer – Intérêt médical insuffisant », sur www.has-sante.fr (consulté le 27 août 2017)
  4. (en) Mount C, Downton C « Alzheimer disease: progress or profit? » Nat. Med. 2006,12(7):780–4. DOI:10.1038/nm0706-780
  5. Évaluations par cet institut, NICE, du donépézil, de la galantamine, de la rivastigmine (review) et de la mémantine dans le traitement de la maladie d'Alzheimer : TA111
  6. a et b (en) Rossi S, editor. Australian Medicines Handbook 2006, Adelaide, Australian Medicines Handbook, 2006.
  7. a et b (en) Areosa SA, Sherriff F, McShane R. « Memantine for dementia » Cochrane Database Syst Rev 2005, 3:CD003154. DOI:10.1002/14651858.CD003154.pub4
  8. (en) Annweiler C, Fantino B, Parot-Schinkel E, Thiery S, Gautier J, Beauchet O, « Alzheimer's disease--input of vitamin D with mEmantine assay (AD-IDEA trial): study protocol for a randomized controlled trial », Trials, no 12,‎ , p. 230. (PMID 22014101, PMCID PMC3212921, DOI 10.1186/1745-6215-12-230, lire en ligne [html]) modifier
  9. (en) Annweiler C, Herrmann FR, Fantino B, Brugg B, Beauchet O, « Effectiveness of the combination of memantine plus vitamin D on cognition in patients with Alzheimer disease: a pre-post pilot study », Cogn Behav Neurol, vol. 25, no 3,‎ , p. 121-7. (PMID 22960436, DOI 10.1097/WNN.0b013e31826df647) modifier
  10. « Open-Label Pilot Study of Namenda in Adult Subjects With ADHD and ADHD NOS » [1]
  11. (en) « New drugs to prevent or treat diabetic polyneuropathy », Dan Ziegler.
  12. (en) Schifitto G, Navia BA, Yiannoutsos CT et al. « Memantine and HIV-associated cognitive impairment: a neuropsychological and proton magnetic resonance spectroscopy study », AIDS. 2007;21(14):1877–1886. DOI:10.1097/QAD.0b013e32813384e8
  13. (en) Corbett J, « Memantine/Gabapentin for the treatment of congenital nystagmus », Curr Neurol Neurosci Rep. 2007;7(5):395–396. DOI:10.1007/s11910-007-0061-z
  14. a et b (en) Villoslada P, Arrondo G, Sepulcre J, Alegre M, Artieda J, « Memantine induces reversible neurologic impairment in patients with MS » Neurology 2008. DOI:10.1212/01.wnl.0000342388.73185.80
  15. (en) Hanney M, Prasher V, Williams N et al. « Memantine for dementia in adults older than 40 years with Down's syndrome (MEADOWS): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial » Lancet 2012;379(9815):528-36. DOI:10.1016/S0140-6736(11)61676-0
  16. (en) British National Formulary, Joint Formulary Committee, éd. BMA and the Royal Pharmaceutical Society of Great Britain, Londres, 2004, 47e  éd. (ISBN 0-85369-584-9)
  17. (en) Cacabelos R, Takeda M, Winblad B. « The glutamatergic system and neurodegeneration in dementia: preventive strategies in Alzheimer's disease » Int J Geriatr Psychiatry 1999;14(1):3–47. DOI:10.1002/(SICI)1099-1166(199901)14:1<3::AID-GPS897>3.0.CO;2-7
  18. (en) Rogawski MA et Wenk GL, « The neuropharmacological basis for the use of memantine in the treatment of Alzheimer's disease », CNS Drug Rev. 2003;9(3):275–308.
  19. (en) Robinson DM, Keating GM, « Memantine: a review of its use in Alzheimer's disease » Drugs. 2006;66(11):1515–34. DOI:10.2165/00003495-200666110-00015
  20. (en) Rogawski MA, « Low affinity channel blocking (uncompetitive) NMDA receptor antagonists as therapeutic agents—toward an understanding of their favorable tolerability » Amino Acids. 2000;19(1):133–49. DOI:10.1007/s007260070042
  21. a et b (en) Parsons CG, Stöffler A, Danysz W, « Memantine: a NMDA receptor antagonist that improves memory by restoration of homeostasis in the glutamatergic system—too little activation is bad, too much is even worse » Neuropharmacology 2007;53(6):699–723. DOI:10.1016/j.neuropharm.2007.07.013
  22. (en) Chen HS, Pellegrini JW, Aggarwal SK et al. « Open-channel block of N-methyl-D-aspartate (NMDA) responses by memantine: therapeutic advantage against NMDA receptor-mediated neurotoxicity » J Neurosci. 1992;12(11):4427–36. [2]
  23. (en) Chen HS, Lipton SA, « Mechanism of memantine block of NMDA-activated channels in rat retinal ganglion cells: uncompetitive antagonism » J Physiol. (Lond.) 1997;499(Pt 1):27–46. [3]
  24. (en) Lipton SA, « Paradigm shift in neuroprotection by NMDA receptor blockade: memantine and beyond » Nat. Rev. Drug Discov. 2006;5(2):160–70. DOI:10.1038/nrd1958
  25. a et b (en) Chen HS, Lipton SA, « The chemical biology of clinically tolerated NMDA receptor antagonists » J Neurochem. 2006;97(6):1611–26. DOI:10.1111/j.1471-4159.2006.03991.x
  26. (en) Lipton SA, « Pathologically activated therapeutics for neuroprotection » Nat. Rev. Neurosci. 2007;8(10):803–8. DOI:10.1038/nrn2229
  27. Du moins jusqu'en 2009.
  28. (en) Rammes G, Rupprecht R, Ferrari U, Zieglgänsberger W, Parsons CG. « The N-methyl-D-aspartate receptor channel blockers memantine, MRZ 2/579 and other amino-alkyl-cyclohexanes antagonise 5-HT(3) receptor currents in cultured HEK-293 and N1E-115 cell systems in a non-competitive manner » Neurosci Lett. 2001, 306(1-2):81–84. DOI:10.1016/S0304-3940(01)01872-9, [4]
  29. (en) Buisson B, Bertrand D, « Open-channel blockers at the human alpha4beta2 neuronal nicotinic acetylcholine receptor » Mol Pharmacol. 1998;53(3):555–563. [5]
  30. (en) Aracava Y, Pereira EF, Maelicke A, Albuquerque EX, « Memantine blocks alpha7* nicotinic acetylcholine receptors more potently than n-methyl-D-aspartate receptors in rat hippocampal neurons » J. Pharmacol. Exp. Ther. 2005;312(3):1195–1205. DOI:10.1124/jpet.104.077172
  31. (en) Gotti C, Clementi F, « Neuronal nicotinic receptors: from structure to pathology » Prog Neurobiol. 2004;74(6):363–396. DOI:10.1016/j.pneurobio.2004.09.006
  32. (en) Seeman P, Caruso C, Lasaga M, « Memantine agonist action at dopamine D2High receptors » Synapse 2008;62(2):149–153. DOI:10.1002/syn.20472

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Lipton SA « The molecular basis of memantine action in Alzheimer's disease and other neurologic disorders: low-affinity, uncompetitive antagonism » Current Alzheimer research 2005;2(2), p. 155–165. DOI:10.2174/1567205053585846

Liens externesModifier