Ouvrir le menu principal

Mélisse officinale

espèce de plantes
(Redirigé depuis Mélisse)
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mélisse (prénom).

Melissa officinalis

La mélisse officinale (Melissa officinalis L.) est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées. Son nom vient du grec μελισσόφυλλον, melissophullon, qui signifie « feuille à abeilles » ou « herbe aux abeilles[1] ».

On l'appelle aussi « mélisse citronnelle » ou simplement « citronnelle », à ne pas confondre avec la citronnelle (Cymbopogon citratus) utilisée en cuisine asiatique.

Sommaire

DistributionModifier

Plante originaire de l'Est du bassin méditerranéen[2], la mélisse officinale s'est répandue dans toute l'Europe dès l'Antiquité. Les Romains l'introduisirent en Grande-Bretagne.

DescriptionModifier

 
Feuilles
 
Planche botanique de Melissa officinalis

Plante vivace haute de 30 à 80 cm, à tiges dressées à section carrée. La mélisse a des petites feuilles ovales gaufrées et dentelées qui exhalent un parfum doux et citronné quand on les froisse.

Cette plante aromatique a un feuillage vert vif et une odeur citronnée.

Les fleurs blanches ont une corolle longue de 12 mm, à deux lèvres. Le calice est en forme de cloche.

La mélisse officinale, ou mélisse citronnelle, est cultivée dans les jardins depuis des temps très anciens. Originaire d'Europe, elle a été introduite en Amérique du Nord. Les tiges et les feuilles sont encore utilisées comme tonique et stimulant léger. Le goût est astringent et l'arôme léger. L'huile essentielle est obtenue par distillation de ses feuilles fraîches récoltées avant la floraison, 70 constituants y ont été identifiés, dont géranial et néral[3]. L'eau de mélisse a des propriétés antispasmodiques. La mélisse peut aussi être consommée sous forme de tisanes.

On confond parfois la mélisse avec une espèce d'herbe à chats, la cataire, dont l'odeur est différente.

CultureModifier

C'est une plante vivace facile qui pousse très bien au soleil comme à l'ombre et aime les sols plutôt frais. Elle a sa place dans les jardins de curés et dans les jardins médiévaux. Il en existe plusieurs cultivars, par exemple :

  • 'Aurea' , feuillage doré en début de saison puis taché de doré et devenant vert à la fin
  • 'Citronella' , parfum de citronnelle
  • 'Lemonella' , parfum plus citronné
  • 'Lime' , parfum de limette
  • 'Quedlinburger Niederliegende' , à plus forte teneur en huiles essentielles
  • 'Variegata' , feuilles tachées de jaune en début et fin de saison, entièrement verte entre deux
  • 'Altissima', haute et ramifiée, avec une odeur fétide et des fragrances d'orange

La mélisse est cultivée pour les industries alimentaires[4] et l'herboristerie.

UtilisationModifier

Plante mellifèreModifier

Cette plante est naturellement mellifère et produit un nectar que les abeilles récoltent pour le transformer en miel. Elle entre également dans la recette de certains attire-essaim.

Autrefois en Corse, et probablement ailleurs, certains apiculteurs se contentaient de la cueillir au bord des fossés et de frotter l'intérieur d'une ruche avec la plante fraîche juste au moment de la capture de l'essaim, pour inciter celui-ci à adopter son nouveau logis.

Usage thérapeutiqueModifier

Elle était très appréciée au XIXe siècle pour ses propriétés digestives et infusée elle offre une tisane apaisante. De plus elle renferme une essence qui est un tonique nerveux. Celui-ci était fabriqué avec les feuilles de mélisse fraîches un alcoolat appelé eau de mélisse ou Eau des Carmes.

Les polyphénols de la mélisse sont antiviraux : contre l'herpès qui produit des vésicules blanchâtres, une infusion appliquée régulièrement sur les lésions aiderait à éliminer les éruptions en quelques jours et à réduire la fréquence d'apparition[5]. La mélisse a des vertus antispasmodiques[6] et aide à la digestion[7].

Usage en herboristerieModifier

La mélisse est le plus souvent utilisée pour ses vertus calmantes et relaxantes. De fait, elle régule l'influx nerveux, ce qui a une action bénéfique sur la tachycardie ; elle réduit aussi les spasmes de l'estomac et du côlon ; elle a également des propriétés antifongiques). En infusion, la mélisse a un effet légèrement sédatif et favorise de plus la sudation ; c'est pourquoi elle est recommandée dans des cas d'insomnie ou par forte chaleur chez le nourrisson et les personnes âgées. Il lui est parfois attribué, à tort, des propriétés répulsives sur les insectes (moustiques), par confusion avec la véritable citronnelle.

Son huile essentielle est composée de citral, de citronellol, d'eugénol, de géraniol, de flavonoïdes, de polyphénols et de triterpénoïde.

Préparer une infusion : plonger deux belles branches de mélisse (50-100 g) dans un litre d'eau froide et porter à ébullition ; retirer du feu, laisser infuser 10 minutes puis filtrer. À boire tiède ou frais.

Usage culinaireModifier

En cuisine, la mélisse donne une saveur fraîche aux viandes, volailles, poissons, salades de fruits et de légumes, aux soupes et aux puddings. Elle est utilisée en Espagne pour aromatiser le lait. Elle entre dans la composition de certaines liqueurs comme la Bénédictine.

Elle entre dans la recette des cornichons du Spreewald, spécialité du Brandebourg qui fait l'objet d'une indication géographique protégée.

HistoireModifier

L'usage de la mélisse officinale s'est répandu en France à partir du XVIIe siècle. C'est l'époque où les Carmes ont mis au point la fameuse eau de mélisse, qui soulageait les dames de la cour du Roi-Soleil sujettes à des malaises nerveux. Même le cardinal de Richelieu gardait à portée de main son flacon pour soigner ses migraines.

SymboliqueModifier

PrénomModifier

Article détaillé : Mélisse (prénom).
  • Mélisse est aussi un prénom révolutionnaire mais assez rare. Il est attribué pour la première fois en 1982 (trois fois), puis depuis une quinzaine de fois par an. Il se fête le 25 mai (6 prairial)[8]. Voir aussi Mélissa.

Calendrier républicainModifier

GalerieModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Lieutaghi, Jardin des savoirs, jardin d'histoire, Marseille, Alpes de Lumière, , 148 p. (ISBN 2-906162-18-3), p. 103
  2. Konrad Lauber, Gerhart Wagner, Flora Helvetica, Flore illustrée de Suisse, Berne, Stuttgart, Vienne, Haupt, , 1631 p. (ISBN 978-3-258-07206-7), p. 894
  3. Max Rombi, 100 plantes médicinales, composition, mode d'action et intérêt thérapeutique, Nice, Editions Romart, , 298 p., p. 183-184
  4. Axtell, B. L., Minor oil crops, Food and Agriculture Organization of the United Nations, (ISBN 9251031282 et 9789251031285, OCLC 26187175, lire en ligne)
  5. Encyclopédie des plantes médicinales - identification, préparations, soins, éditions Larousse, Hong Kong 2002, p. 115
  6. (en) Racz-Kotilla, Racz Jozsa, « Activity of some species belonging to labiatae on the central nervous system of mice », Herba hungarica, vol. 19, no 1,‎ , p. 49-53.
  7. (en) Kennedy DO, Scholey AB, Tildesley NT, Perry EK, Wesnes KA, « Modulation of mood and cognitive performance following acute administration of Melissa officinalis (lemon balm) », Pharmacol Biochem Behav, vol. 72, no 4,‎ , p. 953.
  8. Marie-Odile Mergnac, Les prénoms du calendrier révolutionnaire, Paris : Archives et culture, 2006, (ISBN 2-35077-003-6), p. 49.
  9. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 27.