Mélicerte

personnage de la mythologie grecque

Mélicerte
Dieu de la mythologie grecque
Palémon chevauchant un dauphin, mosaïque greco-romaine, Ve siècle av. J.-C., Musée d'archéologie, Antakya
Palémon chevauchant un dauphin, mosaïque greco-romaine, Ve siècle av. J.-C., Musée d'archéologie, Antakya
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Palémon
Nom grec ancien Μελικέρτης (Melikertês)
Fonction principale Protecteur des marins
Fonction secondaire Dieu des ports
Lieu d'origine Grèce
Équivalent(s) par syncrétisme Portunus
Monture dauphin
Culte
Temple(s) Palaemonium à Corinthe
Lieu principal de célébration Corinthe, Ténédos
Date de célébration Jeux Isthmiques
Famille
Père Athamas
Mère Ino
Fratrie Léarque

Dans la mythologie grecque, Mélicerte (en grec ancien Μελικέρτης / Melikértês) est le fils du roi de Béotie et de Thessalie Athamas et d'Ino[1], elle-même fille de Cadmos, fondateur de la célèbre cité de Thèbes. Il a un frère, Léarque. Divinisé, il est devenu Palémon, dieu secourant les marins des tempêtes. Il est également connu dans la mythologie romaine, sous le nom de Portunus.

MytheModifier

 
Ino et Mélicerte, statue de Pierre Granier

Dionysos, encore enfant, fut confié par Hermès à Ino, mère de Mélicerte, afin d'être soustrait à la jalousie d'Héra. Elle l'éleva ainsi pendant plusieurs années. Mais la colérique Héra, réputée pour sa rancune tenace, frappa de folie Ino et son mari Athamas. Ainsi, Athamas, prenant son fils Léarque pour un cerf, le pourchassa et le tua. Pour lui échapper, Ino se précipita, quant à elle, dans la mer avec Mélicerte, entre Mégare et Corinthe.

Zeus demanda à Poséidon de les changer en divinités marines. Dès lors, Ino fut appelée Leucothée. Quant à son fils, Mélicerte, son corps fut porté (par un dauphin ou par le seul mouvement des vagues) jusque sur la côte de Corinthe, où on le déifia sous le nom de Palémon (Παλαίμων / Palaímôn, le lutteur). Un autel fut élevé sur le rivage à l'endroit où Sisyphe avait trouvé son cadavre et, suivant l'ordre des Néréides, il institua les Jeux isthmiques en l'honneur du nouveau dieu.

Il avait sur l'isthme un temple, le Palaemonium, où il était honoré en commun avec Poséidon et avec sa mère Leucothée comme divinités protectrices des marins que lui et sa mère secouraient lors des tempêtes. La crypte de cet édifice renfermait le tombeau prétendu de Palémon qui punissait, dit-on, les parjures[2],[3].

À Ténédos, on lui sacrifiait des enfants[4].

Quelques traditions identifient ou assimilent également le dieu-marin Mélicerte avec Glaucos[2].

ReprésentationsModifier

Mélicerte était généralement représenté sous les traits d'un jeune enfant porté par un dauphin ou des divinités marines.

SourcesModifier

RéférencesModifier