Médaille d'or de la valeur militaire

Médaille d'or de la valeur militaire
Médaille d'or de la valeur militaire Médaille d'or de la valeur militaire
Décernée par Drapeau de l'Italie Italie
Type Décoration militaire
Éligibilité officiers subalternes et soldats
Décerné pour Actes de bravoure exceptionnels en temps de guerre
Chiffres
Date de création
Importance

Ruban de la médaille

La médaille d'or de la valeur militaire (italien : Medaglia d'oro al valor militare ou MOVM) est une médaille italienne créée le par le roi Victor-Amédée III de Sardaigne attribuée pour les actes de bravoure exceptionnels accomplis en temps de guerre par des officiers subalternes et aux simples soldats qui s'étaient distingués au combat.

Ces médailles sont tombées en désuétude pendant la période de domination napoléonienne. Elles ont été rétablies le par Victor-Emmanuel Ier de Sardaigne, qui ne les a toutefois supprimées que quelques mois plus tard, le , pour les remplacer par l'ordre militaire de Savoie (Ordine militare di Savoia), aujourd'hui connu sous le nom d'ordre militaire d'Italie.

Cependant, en 1833, Charles-Albert de Sardaigne, reconnaissant que l'ordre militaire était trop exclusif en ce sens qu'il ne pouvait être décerné qu'à des personnes de haut rang, a rétabli le les médailles de valeur (d'or et d'argent) en tant que récompenses pour les actes nobles accomplis par les soldats en temps de guerre comme en temps de paix[1].

Selon le décret royal n° 753 du , le nombre de fois qu'une personne pouvait recevoir une médaille pour bravoure (en argent et en or) était limité à trois, après quoi une promotion était prévue. Cette limite a été supprimée par le décret royal n° 975 du [2].

Pendant la Première Guerre mondiale, la médaille a été décernée à des militaires, des unités au-dessus du niveau de la compagnie et des civils pour leur courage exceptionnel face à l'ennemi.

Pour les actes accomplis par des personnes pendant la Première Guerre mondiale, la médaille d'or a été décernée quelque 368 fois, ainsi que 37 fois à des unités militaires, et une fois au Soldat inconnu. Seuls quatre des prix individuels ont été décernés à des étrangers, dont le tsar Nicolas II de Russie. Les trois autres ont été décernées pour des actes de bravoure au cours desquels le récipiendaire a été tué au combat ou est mort de ses blessures (les Français John O'Byrne et Roland Morillot, et l'Américain Coleman deWitt)[3]. La médaille d'or de la vaillance militaire a été l'une des médailles les plus parcimonieuses de la Première Guerre mondiale, accordée moins souvent que la croix de Victoria britannique qui a été décernée 628 fois[4].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la médaille a été décernée aux soldats de l'Armée royale italienne ; après la réorganisation de ces forces à la suite de l'Armistice avec l'Italie en 1943, elle a été décernée aux membres des forces italiennes co-belligérantes soutenues par les Alliés. La République sociale italienne affiliée à l'Axe a créé un autre dessin de la médaille, avec un Glaïeul remplaçant les armes de la Savoie, pour les membres de l'Esercito Nazionale Repubblicano de 1943 à 1945. Cette version de la médaille n'a pas été reconnue par le gouvernement italien de l'après-guerre[5].

Avec la proclamation de la République le , les armoiries de la Maison de Savoie ont été remplacées par l'emblème de la République italienne[6].

La médaille d'or de la Valeur militaire est toujours décernée par l'État italien et, avec les médailles d'argent et de bronze de la Valeur militaire ainsi que la croix de guerre de la Valeur militaire (qui ne peut être décernée qu'en temps de guerre), elle a été créée par le décret royal du , dans laquelle le but de ces médailles est défini comme étant de « distinguer et honorer publiquement les auteurs d'actes militaires héroïques, même accomplis en temps de paix, à condition que l'exploitation soit étroitement liée aux buts pour lesquels les Forces armées sont constituées, quelle que soit la condition ou la qualité de l'auteur[7]. »

Récipiendaires notablesModifier

Le premier récipiendaire a été Domenico Millelire[8]de la Marine royale sarde le et le dernier récipiendaire a été en 2014 le caporal-major Andrea Adorno[9] du 4e régiment de parachutistes Alpini pour les opérations de combat à Bala Murghab, en Afghanistan en 2010.

IndividuelsModifier

Unités militairesModifier

La première unité militaire à recevoir une médaille d'or a été le régiment de dragons de Sa Majesté (Reggimento Dragoni di Sua Maestà) le pour la conduite de l'unité pendant la bataille de Mondovi. Bien qu'à l'époque la médaille ait été exclusivement décernée pour bravoure personnelle, le roi Victor Amadeus III de Sardaigne a ordonné que l'étendard du régiment soit décoré de deux médailles pour avoir sauvé son armée de l'attaque de Napoléon. Jusqu'en 1859, lorsque les règles d'attribution de la médaille d'or ont été étendues aux villes et aux unités militaires, seule la brigade "Cuneo" s'est vu décerner une médaille d'or spéciale de la valeur militaire par le roi Charles-Félix de Sardaigne pour avoir réprimé la révolution de 1821. La première unité à recevoir la médaille d'or après 1859 fut le 3e régiment impérial français de zouaves[10] pour sa conduite dans la bataille de Palestro. La dernière unité à avoir reçu la médaille d'or a été la Brigade juive en 2017 pour le service de la brigade pendant la campagne d'Italie de la Seconde Guerre mondiale[11].

La liste suivante ne contient que les unités militaires qui ont reçu deux fois la Médaille d'or de la valeur militaire. Au total, 112 médailles d'or ont été décernées à des unités de l'armée italienne : 105 à des régiments et 7 à des bataillons.

La 4º Reggimento alpini affiche actuellement deux médailles d'or de la valeur militaire sur son drapeau, mais les deux médailles ont été décernées au bataillon alpin du régiment Aoste, et au bataillon de skieurs alpins Monte Cervino.

Régions et villesModifier

La première entité géographique à recevoir une médaille d'or de la valeur militaire a été la ville de Vicence en 1866 pour sa résistance de cinq jours aux assauts autrichiens pendant la première guerre d'indépendance italienne. Vicence est également la seule ville à avoir reçu la médaille deux fois

la deuxième fois pour sa participation au mouvement de résistance italien pendant la deuxième guerre mondiale.

La dernière ville à avoir reçu cette médaille est Varzi, pour la création et la défense de la République partisane de l'Alto Tortonese entre septembre et .

Exemples :

La liste complète des régions, provinces et villes qui ont été récompensées pour leur bravoure se trouve sur le site Wikipédia italien: it:Città decorate al val militare per la guerra di liberazione.

Université de PadoueModifier

L'université de Padoue est le seul établissement d'enseignement à avoir reçu une médaille d'or de la valeur militaire. L'université l'a reçue le pour sa furieuse résistance à l'occupation allemande en 1943-1945[12].

Voir égalementModifier

RéférencesModifier

  1. Précédant trois paragraphes adaptés et traduits du site web de Istituto del nastro azzurro fra combattenti decorati al valor militare, Federazione provinciale di Pescara"'" http://www.istitutonastroazzurro.it/ordinemilitaresavoia.html
  2. Ce paragraphe est une traduction du paragraphe trois de la section Cenni storici dans l'article italien de Wikipedia it:Valor militare".
  3. Le site de la présidence italienne : La liste de tous les bénéficiaires peut être obtenue à l'adresse suivante http://www.quirinale.it/elementi/onorificenze.aspx en allant à "onorificenza" (sous "Maschera di recerca"), en sélectionnant "Medaglia d'oro al valor militare" et en appuyant sur "avvia". Voir aussi "Au 1er centenaire de l'institution de la médaille de la Valeur militaire" édition 1933 du Bureau historique de l'armée
  4. P E Abbott & J M A Tamplin., British Gallantry Awards., 293. Nimrod Dix & Co, London, 1981. (ISBN 0-902633-74-0)
  5. « Archived copy » (consulté le )
  6. Paragraphe précédent traduit et adapté de « Archived copy » (consulté le ) qui décrit le livre Le medaglie d'oro al valor militare : volume primo, Rome, [Gruppo Medaglie d'Oro al Valor Militare d'Italia], 1965, 804 p. ; 22 cm
  7. (it) « le Onorificenze - Medaglia e Croce di Guerra al Valor Militare », Quirinale.it (consulté le )
  8. « Millelire Domenico », Presidenza della Repubblica (consulté le )
  9. « Adorno Andrea », Presidenza della Repubblica (consulté le )
  10. « 3° Reggimento Zuavi », Presidenza della Repubblica (consulté le )
  11. « Brigata Ebraica », Presidenza della Repubblica (consulté le )
  12. « Università di Padova », Presidenza della Repubblica (consulté le )