Lycée royal Guillaume de Berlin

ancien gymnasium situé à Berlin
Lycée royal Guillaume de Berlin
Berlin Wilhelm-Gymnasium 1866 (IZ 46-133).jpg
Lycée royal Guillaume de Berlin, 1866
Cadre
Type
Pays
Coordonnées

Le lycée royal Guillaume est un lycée de Berlin de 1858 à 1924.

Ruines du tribunal populaire (ancien lycée Guillaume)

HistoireModifier

L'école est située au 15 Bellevuestraße dans l'actuel quartier de Tiergarten et se développe à partir du lycée royal ouvert le 17 mai 1858 devant la porte de Potsdam.

Le 21 mars 1861, le roi et futur empereur allemand Guillaume Ier prend en charge le patronage, accorde à l'établissement les droits d'un lycée royal et lui donne le nom de lycée Guillaume. Le premier baccalauréat est passé à la Saint-Michel 1863. Au vu de la forte croissance démographique dans ce quartier habité par des hauts fonctionnaires, des officiers et des commerçants aisés (Geheimratsviertel), une nouvelle construction et une extension s'imposent. Le , la première pierre d'un nouveau bâtiment scolaire est posée en présence du roi Guillaume Ier, et à Pâques 1865, certaines parties du bâtiment sont déjà occupées. L'architecte est le conseiller en bâtiment Adolf Lohse (de) (1807–1867), le bâtiment avant est conçu par Hubert Göbbels (de). Des extensions structurelles sont également réalisées ultérieurement, comme la construction d'un gymnase et d'un immeuble d'habitation pour le directeur en 1870/1871. Le bâtiment principal est situé à l'intérieur d'un long terrain s'étendant de la Bellevuestraße 15, et situé à proximité de l'hôtel Esplanade (Bellevuestraße 17-18a). Parfois, il y a un accès depuis la Viktoriastraße.

Le 26 mai 1881, des diplômés du lycée fondent la Landsmannschaft Guilelmia (de) à Berlin.

Le lycée connaît une forte affluence et atteint dans les années précédant le tournant du siècle son plus grand nombre d'élèves avec près de 1 000 élèves issus principalement de familles protestantes et juives. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que le nombre d'élèves diminue légèrement, malgré l'augmentation continue de la population berlinoise, car d'autres lycées sont ouverts à proximité immédiate.

Au début de la République de Weimar, l'adjonction « royale » est perdue. Par décret du ministère de la Culture de décembre 1923, la fermeture du lycée Guillaume est ordonnée à Pâques 1924. Les classes du primaire inférieur et supérieur peuvent être poursuivies par des cours gratuits dispensés par des professeurs retraités du lycée français. Les classes restantes sont regroupées avec celles du lycée français[1].

Dès 1921, la propriété est passée en possession du Trésor du Reich et des modifications structurelles sont apportées pour l'utilisation ultérieure du bâtiment de l'école par le Conseil économique provisoire du Reich (de). En 1926, le gymnase est démoli et l'ancienne résidence du directeur est transformée en villa de service. En 1935, le Tribunal populaire s'installe. Lors du raid aérien intensif du 3 février 1945 de l'USAAF, le bâtiment est touché ; le président du Tribunal populaire, Roland Freisler, y perd la vie. Les ruines sont démolies dans les années 1950.

Aujourd'hui, le Sony-Center occupe la majeure partie de la propriété allongée. La nouvelle Potsdamer Straße longe la partie sud.

DirecteursModifier

  • Recteur fondateur : Julius Krause (mort en 1860)
  • 1863–1904 : Otto Kübler (de) (1827–1912), chef d'orchestre par intérim depuis 1860
  • 1904-1908 : Gottlieb Leuchtenberger (de) (1839-1914)
  • 1908–1922: (1923–1929: lycée prince-Henri de Schöneberg) Gustav Sorof (1863–1935)

Professeurs notablesModifier

Étudiants notablesModifier

BibliographieModifier

  • Helmut Bräutigam, Gabriele Silbereisen: Volksgerichtshof, ehemals Königliches Wilhelms-Gymnasium, Bellevuestraße 15. In: Helmut Engel (de), Stefi Jersch-Wenzel, Wilhelm Treue (Hrsg.): Geschichtslandschaft Berlin. Orte und Ereignisse, Band 2: Tiergarten, Teil 1: Vom Brandenburger Tor zum Zoo, Berlin 1989, p. 220–229.
  • Emil Schmiele: Das Königliche Wilhelms-Gymnasium in den Jahren 1858 bis 1908, Festschrift zum 17. Mai 1908, Berlin 1908.
  • Zum Gedächtnis Otto Küblers. Rede, gehalten bei der Gedächtnisfeier am 22. März 1912 von Professor Dr. [Gustav] Sorof, Direktor, Berlin 1913 (= Beilage zum Jahresbericht des Königlichen Wilhelms-Gymnasiums in Berlin) – enthält auch Informationen zur Gründungsphase des Gymnasiums.
  • Das höhere Schulwesen in Preussen. Historisch-statistische Darstellung, begonnen von Ludwig Wiese. Vierter Band umfassend die Zeit von 1874–1901, im Auftrage des Ministers der Geistlichen, Unterrichts- und Medizinal-Angelegenheiten hrsg. v. Bernhard Irmer. Berlin 1902, S. 207 (mit Hinweisen auf die zeitgenössische Literatur).

SourcesModifier

  • Jahresberichte bzw. sog. Programme des Königlichen Wilhelms-Gymnasiums in Berlin, Berlin 1.1860/61(1861)–5.1864/65(1865) (Digitalisat); 6.1865/66(1866)–1914/15(1915) – hier sind neben den Schulnachrichten auch wissenschaftliche Aufsätze enthalten (später ohne Jahrgangszählung).
  • Archivunterlagen Hans-Thorald Michaelis (de)

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Programme des cours du Collège français (Staatliches Reform-Gymnasium). Rapport historique et statistique de l’année scolaire 1924–1925. Annexe: Bericht über die Klassen Ober- und Unterprima des aufgelösten Wilhelms-Gymnasiums, Berlin 1925, p. 18–20.
  2. Zum Gedächtnis Otto Küblers. Rede, gehalten bei der Gedächtnisfeier am 22. März 1912 von Professor Dr. [Gustav] Sorof, Direktor, Berlin 1913, S. 10.