Lycée Dupuy-de-Lôme

établissement français d'enseignement secondaire et supérieur

Lycée Dupuy-de-Lôme
Image illustrative de l’article Lycée Dupuy-de-Lôme
Généralités
Création 1822
Pays Drapeau de la France France
Académie Académie de Rennes
Campus Oui
Coordonnées 47° 44′ 50″ nord, 3° 22′ 11″ ouest
Adresse 4, rue Jean Le Coutaller
56100 Lorient
Site internet http://www.dupuydelome-lorient.fr/
Cadre éducatif
Proviseur Jean-Pierre L'Hôtellier
Niveau Bac+2
Formation Lycée général (S, ES, L, STMG et SMS)
CPGE scientifiques, économiques
Nbre d'options 6
Options MPSI, MP, PCSI, PC, PSI, ECS
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, italien, russe et chinois
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Lorient
(Voir situation sur carte : Lorient)
Point carte.svg

Le lycée Dupuy-de-Lôme est un établissement français d'enseignement secondaire et supérieur, situé au 4, rue Jean Le Coutaller à Lorient. C'est le plus ancien établissement secondaire de Lorient. Institution municipale en 1822, collège municipal en 1823, il ouvre en 1824 une classe préparatoire au concours d'entrée au Collège royal de la Marine. Il va dès lors former un grand nombre de futurs amiraux et vice-amiraux. Collège royal en 1833, collège d'Aumale en 1842, lycée impérial en 1863, lycée de Lorient en 1870, il prend son nom actuel en 1922.

Il accueille à la rentrée 2014 près de 2 000 élèves, dont un tiers suivent une filière post-bac (classes préparatoires, BTS et DCG).

HistoriqueModifier

XIXe siècleModifier

Au début du XIXe siècle, Lorient ne possède pas d'établissement secondaire. La création des lycées en France date de la loi du 2 floréal an X (). Cette loi prévoit un lycée par arrondissement de cour d'appel. Le , le maire de Lorient, Casimir Eugène Audren de Kerdrel, décide d'ouvrir dans les locaux de la mairie[1] une institution où l’on enseigne les langues anciennes, les mathématiques, le français, la langue anglaise, le dessin, l'écriture, la tenue des livres. La direction de l'établissement est confiée à Louis-Antoine Dufilhol. Reçu troisième à Polytechnique, licencié ès lettres et ès sciences, il a enseigné les mathématiques au collège royal de Rennes pendant cinq ans, puis a obtenu la qualité de docteur en médecine en 1820 à la faculté de Paris[2].

Le , l'institution de Lorient est transformée en collège, dont Dufilhol est le principal[3]. Le , le collège occupe des locaux construits entre les rues Petite Porte, de Tourville et Concorde[3]. Cette année-là, est créée une classe préparatoire au concours d'entrée au Collège royal de la Marine (la future École navale), à Angoulême[1].

Le collège de Lorient compte 197 élèves à la rentrée de 1826[4], et 200 en 1827[5]. Louis Dufihol quitte « son » collège en 1830[6]. Il devient proviseur à Nantes, puis à Rennes, recteur d'académie en Corse, puis à Rennes en 1839[7].

Des préparations à l'École navale et à l'École de Saint-Cyr sont ouvertes en 1831[5]. En 1833, le collège municipal de Lorient devient collège royal[1]. Il compte 242 élèves en 1834 et 293 en 1839[5]. En 1842, il prend le nom de collège d'Aumale[8]. Changement évoqué depuis 1852, il devient lycée impérial le [9]. En 1868, l’établissement comprend un lycée classique, une école préparatoire aux écoles de l'État, des cours d'enseignement secondaire spécial (enseignement industriel et commercial), une classe primaire préparatoire pour les enfants de 5 à 10 ans[9]. En 1870, il devient lycée de Lorient[1].

Le , une délibération du conseil municipal de Lorient émet le vœu que le lycée prenne la dénomination de lycée Dupuy-de-Lôme, en hommage à l’un de ses anciens élèves, Henri Dupuy de Lôme (1816-1885), fameux ingénieur militaire du génie maritime et homme politique. Le , le ministre de l'Instruction publique (gouvernement Waldeck-Rousseau) y oppose un avis défavorable, compte tenu que Dupuy de Lôme en tant que député a siégé avec le groupe bonapartiste et toujours voté contre les ministres républicains.

XXe siècleModifier

Le , le conseil municipal, quelques jours après le centenaire de la naissance de Dupuy de Lôme, émet le même vœu qu'en 1899. Par décret du , « le lycée de garçons de Lorient prend le nom de Dupuy-de-Lôme[10] ». Entre 1850 et 1925, « les trois quarts[11] » des amiraux et vice-amiraux français sont d'anciens élèves de l'établissement.

Lors de la Première Guerre mondiale, 144 élèves et professeurs de l'établissement meurent au combat ou sont portés disparus[12].

En janvier et février 1943, la ville de Lorient est rasée par les bombardements alliés[13]. Le lycée est délocalisé, en même temps que le collège de jeunes filles, à l'hôtel de La Pomme d'or, à Guémené-sur-Scorff, à 40 km de là[14]. L'établissement devient donc le premier lycée mixte de France, mais un lycée qui n'a plus ni matériel ni fournitures ni manuels. Cette situation de précarité crée un fort sentiment de solidarité entre élèves, et aussi entre élèves et enseignants[11]. En 1945, garçons et filles reviennent à Lorient. Ils ont pour locaux scolaires des baraques de bois qu'ils croient provisoires. Ce n'est qu'en 1954 que les premiers bâtiments du lycée actuel s'élèvent[1], sur un terrain de neuf hectares, en plein centre ville[11].

En 1956[11], Dupuy-de-Lôme est sans doute le premier lycée de France à songer à un rapprochement entre élèves allemands et français[15]. Les deux initiateurs en sont le professeur Jules Potier et le docteur Joachim Schwalbe, du Gymnasium Aue de Wuppertal (devenu le Carl-Fuhlrott-Gymnasium (de)). Les deux hommes, qui se sont connus dans un camp de prisonniers, échangent leurs postes durant le premier trimestre de l'année 1957-1958. Des élèves allemands viennent à Lorient au troisième trimestre. L'échange perdure, et fête son cinquantenaire en 2007[15].

En 2004, cinq bâtiments du lycée sont détruits pour être reconstruits selon les normes applicables aux établissements scolaires[11]. Le lycée accueille à la rentrée 2014 près de 2 000 élèves, dont un tiers suivent une filière post-bac : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme de comptabilité et de gestion (DCG), classe préparatoire aux grandes écoles (CPGÉ)[16].

Classement du lycéeModifier

En 2015, le lycée se classe 18e sur 21 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1410e au niveau national[17]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[18].

EnseignementModifier

SecondaireModifier

Classe de secondeModifier

En plus de l'enseignement commun, la classe de seconde propose (sans que le choix de ces enseignements conditionne une pré-orientation pour la classe de première) :

  • deux enseignements d'exploration obligatoires :
    • un enseignement d'économie obligatoire : connaissance du monde économique, social et de l'entreprise,
    • un enseignement au choix :
      • méthodes et pratiques scientifiques,
      • littérature et société,
      • LV 3 : italien, russe ou chinois,
      • latin ou grec ancien,
      • arts visuels,
      • informatique et création numérique ;
  • une option facultative :
    • LV 3 : italien, russe ou chinois,
    • latin,
    • grec ancien,
    • section européenne anglais,
    • arts visuels[19].

BaccalauréatModifier

Le lycée Dupuy-de-Lôme prépare aux baccalauréats :

Enseignements spécifiquesModifier

Le lycée offre un enseignement d'exploration, « Méthodes et pratiques scientifiques » — voie possible vers un bac ES –, avec deux possibilités de travail :

  • travail pluridisciplinaire associant des professeurs de mathématiques, SVT et sciences physiques ;
  • travail en physique et chimie.

Dupuy-de-Lôme offre en terminale L, ES et S une option permettant de se préparer aux concours des instituts d'études politiques (IEP).

Enfin, des sections sportives permettent de mener de front études et pratique sportive : karaté, voile ou planche à voile[21].

LanguesModifier

Classes préparatoires aux grandes écolesModifier

Les classes préparatoires aux grandes écoles sont des formations du premier cycle de l'enseignement supérieur implantées dans les lycées.

Classes préparatoires scientifiquesModifier

Plusieurs classes préparatoires existent[22] :

  • Deux classes de première année (dites de Mathématiques Supérieures ou Math Sup) : MPSI et PCSI.
  • Trois classes de deuxième année (Mathématiques Spéciales ou Math Spé) : MP, PC et PSI.

Classes préparatoires économiques et commercialesModifier

Deux classes préparatoires (EC) existent, avec option scientifique (ECS)[23] :

  • Une classe de première année : ECS1
  • Une classe de deuxième année : ECS2

Classement des classes préparatoiresModifier

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECS [24] 0 / 22 élèves 0 % 0 % 95eex-æquo
sur 95
=
MP / MP* [25] 1 / 26 élèves 4 % 2 % 50e
sur 114
  64
PC / PC* [26] 1 / 24 élèves 4 % 2 % 43eex-æquo
sur 110
  7
PSI / PSI* [27] 2 / 28 élèves 7 % 2 % 52eex-æquo
sur 120
  68
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. Par exemple, en filières
ECE et ECS, ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP qui ont été retenues; en filières scientifiques, c'est un
panier de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui a été retenu selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

BTS et DCGModifier

Formations assurées :

Personnalités liéesModifier

EnseignantsModifier

ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j « Dupuy-de-Lôme : près de 200 ans d'histoire », sur letelegramme.fr, 14 février 2015 (consulté le 10 novembre 2015).
  2. Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 10
  3. a et b Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 15
  4. Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 17
  5. a b et c Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 19
  6. Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 18
  7. A. Rebillon, « L’Université et l’Église à Rennes au temps de Louis-Philippe », sur persee.fr, Annales de Bretagne, 1945, vol. 52, no 52-1, p. 119, note 2.
  8. « 1840-1859 », sur archives.lorient.fr (consulté le 10 novembre 2015).
  9. a et b Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 40
  10. Les cahiers du Faouëdic n° 11, p. 51
  11. a b c d et e « Histoire du lycée Dupuy-de-Lôme de Lorient », sur trombi.com (consulté le 10 novembre 2015).
  12. « Lorient. Dupuy-de-Lôme a payé un lourd tribut lors de la Grande Guerre », dans Ouest-France, le 9 novembre 2018, consulté sur www.ouest-france.fr le 9 novembre 2018
  13. « 1940-1949 », sur archives.lorient.fr (consulté le 10 novembre 2015).
  14. Pierre Madiot, « La pomme d’or - Le lycée de Lorient à Guéméné (1943-1945) », sur cahiers-pedagogiques.com, 12 octobre 2000 (consulté le 10 novembre 2015).
  15. a et b « 50 ans de jumelage lycéen avec Wuppertal », sur lorient.maville.com, 13 avril 2007 (consulté le 10 novembre 2015).
  16. « Le lycée Dupuy-de-Lôme prêt pour la rentrée », sur ouest-france.fr, 27 août 2014.
  17. « Classement département et national du lycée », sur L'Express, (consulté le 1er mai 2015)
  18. « Méthodologie du classement 2015 des lycées français », sur L'Express, (consulté le 1er mai 2015)
  19. « La classe de seconde », sur dupuydelome-lorient.fr (consulté le 13 novembre 2015).
  20. a b c d e f et g Fiche sur le Lycée Dupuy-de-Lôme dans l'annuaire de l'Académie de Rennes
  21. « Enseignements spécifiques », sur dupuydelome-lorient.fr (consulté le 13 novembre 2015).
  22. Rubrique CPGE du site officiel
  23. Site CPGE du Lycée Dupuy-de-Lôme
  24. Classement 2015 des prépas ECS
  25. Classement 2015 des prépas MP
  26. Classement 2015 des prépas PC
  27. Classement 2015 des prépas PSI
  28. Martine François, « Desdevises du Dézert Georges, dit Jean Lalouette », sur cths.fr, 6 janvier 2011 (consulté le 12 novembre 2015).
  29. Institut de France, « Brunschvicg Léon », sur cths.fr, 25 février 2013 (consulté le 12 novembre 2015).
  30. « Alain et Mortagne-au-Perche », sur alainmortagne.fr (consulté le 12 novembre 2015).
  31. Émile Thellier, « Notice sur la vie et l'œuvre de Charles Maurain », sur academie-sciences.fr, p. 712 (consulté le 13 novembre 2015).
  32. « Édouard, Jean, Marie Labes », sur assemblee-nationale.fr, extrait du Dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (consulté le 12 novembre 2015).
  33. « Louis L'Hévéder », sur assemblee-nationale.fr, extrait du Dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (consulté le 12 novembre 2015).
  34. « Biographie-chronologie », sur fondsricoeur.fr, 2013 (consulté le 13 novembre 2015).
  35. a et b « André Stanguennec », sur societenantaisedephilosophie.com, 2015 (consulté le 12 novembre 2015).
  36. Grégory Schneider, « Christian Gourcuff, le mythe du contrôle lorientais », sur liberation.fr, 30 mars 2014 (consulté le 12 novembre 2015).
  37. « Jules Simon », sur institut-de-france.fr, p. 2 (consulté le 11 novembre 2015).
  38. a et b Jean Boissel (1920-2000), Gobineau, biographie : mythes et réalité, coll. « Histoire des idées », Paris, Berg International, 1993, p. 51.
  39. Marc Nadaux, « Joseph-Arthur de Gobineau », sur 19e.org, 2004 (consulté le 12 novembre 2015).
  40. « La peinture en partage », sur lespetitsmaitres.com (consulté le 11 novembre 2015).
  41. « Jean Pégot, Jeune couple, au Faouët », sur letelegramme.fr, 27 juillet 2015 (consulté le 11 novembre 2015).
  42. « Pierre Fatou », sur bibmath.net (consulté le 10 novembre 2015).
  43. « Les fusées du commandant Le Prieur », sur annuairedelaplongee.wordpress.com, 21 mars 2014 (consulté le 12 novembre 2015).
  44. Yves-Marie Evanno, « Joseph Le Brix, pionnier de l'aviation française », sur enenvor.fr (consulté le 11 novembre 2015).
  45. Isabelle Nivet, « Pierre Quidu. Peindre Lorient dans les années 50 », sur letelegramme.fr, 20 février 2010 (consulté le 11 novembre 2015).
  46. « Les petits secrets de Michel Lucas, nouveau patron du Crédit mutuel », sur capital.fr, 5 janvier 2011 (consulté le 11 novembre 2015).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

  • Alain (Émile Chartier), « L'accord pour la vie », Le Nouvelliste du Morbihan, 4 août 1895. Discours de distribution des prix au lycée de Lorient en 1895.
  • Victor Le Roch (préf. M. Hervé, proviseur du lycée Dupuy-de-Lôme, 1990), Les platanes du vieux bahut : Histoire du lycée de Lorient de 1822 à 1939, Université du temps libre du pays de Lorient, coll. « Les cahiers du Faouëdic / n° 11 », (1re éd. décembre 1990, réédition modifiée du cahier n° 1), 126 p. (ISSN 1168-0156)
  • Robert Le Roy, Le lycée Dupuy-de-Lôme pendant la guerre 1939-1945, Université du temps libre du pays de Lorient, coll. « Les cahiers du Faouëdic / n° 12 », , 98 p. (ISSN 1168-0156)
  • André Daniel, Jean Tréhin, La Pomme d'or : le collège de filles de Lorient et le lycée Dupuy-de-Lôme à Guémené-sur-Scorff, janvier 1943-juillet 1945, Spézet, Keltia Graphic, 2001.
  • Maïwenn Raynaudon-Kerzerho, « Lorient : Ils nous racontent leurs années lycée », Bretons, no 91,‎ , p. 44-50 (ISSN 1775-8246)
  • Philippe Nineven, Lycée Dupuy-de-Lôme : histoire et témoignages de 1822 à 1970, Lorient, Association des anciens du lycée Dupuy-de-Lôme et du collège de jeunes filles de Lorient, 2015.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier