Lutz Bacher

artiste américaine
Lutz Bacher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Lutz Bacher (née le [1],[2] et morte le à New York[3]) est une artiste américaine qui travaille sous pseudonyme[4].

In Memory of My Feelings, Lutz Bacher, 1990, Cartel

BiographieModifier

Sa carrière débute dans les années 1970 à Berkeley en Californie. Elle fut considérée un personnage « culte » — reconnue pour sa présence « mythique mais mystérieuse » sur la scène artistique californienne[5]. En 2014, elle vit et travaille à New York[6].

À partir des années 2010, Lutz Bacher gagne en reconnaissance mainstream ; son travail est désormais présenté dans les galeries new-yorkaises[7],[8],[9],[10].

Elle meurt en 2019[11].

ThèmesModifier

Le travail de Lutz est défini comme « éclectique »[5], « brut, indéfini »[4], et « troublant »[9]. Elle travaille avec des médias variés, dont la vidéo, la photographie et d’autres techniques mixtes[8]. Ses œuvres s’inspirent de la culture populaire, de souvenirs personnels, d’objets trouvés, tout en s’intéressant à des questions d’identité exprimées par la sexualité et le corps humain[10],[12].

ExpositionsModifier

Le travail de Lutz Bacher est présenté dans de nombreuses expositions internationales, monographiques et collectives. Ses œuvres sont exposées dans des musées et galeries à San Francisco, dont le Berkeley Art Museum[12] et le Ratio 3 gallery[13], ainsi qu'à New York.

En 2008, une exposition lui est dédiée au Musée d'art Contemporain de Saint-Louis. L'année suivante, ses œuvres multimédias sont rassemblées pour une exposition rétrospective, « MY SECRET LIFE » au MoMA PS1 à New York[14].

En 2013, le travail de Lutz Bacher est mis en avant dans trois expositions européennes : à Portikus (Francfort), à l’Institute of Contemporary Arts (Londres) et à la Kunsthalle de Zürich. Trois éditions d’artiste furent publiées à la suite de ces expositions afin de présenter son corpus[10].

En 2016, elle expose à la Sécession de Vienne[15] ; en 2014, au Aspen Art Museum[16] dans le Colorado et au Musée national du Danemark[17] à Copenhague.

En 2018, The silence of the sea, en référence à une nouvelle de Vercors inaugure Lafayette Anticipations, lieu artistique à Paris conçu par Rem Koolhas[18].

CollectionsModifier

Les œuvres de Lutz Bacher paraissent dans les collections suivantes[19] :

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Lutz Bacher » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Holland Cotter, « Lutz Bacher, Conceptual Artist Who Hid Much About Herself, Dies at 75 », sur The New York Times, (consulté le )
  2. « Disparition de l'artiste américaine Lutz Bacher », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le )
  3. (en-US) « Lutz Bacher, the Elusive Conceptual Artist Who Never Revealed Her Real Name, Face, or Age, Has Died », sur artnet News, (consulté le )
  4. a et b (en-US) Martha Schwendener, « Lutz Bacher Gets Damaged », The Village Voice, New York,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b (en-US) Caoimhín Mac Giolla Léith, « Peculiar Galaxies », Frieze Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en-US) Andrew Berardini, « Lutz Bacher », Art in America,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b (en-US) Martin Herbert, « Ten exhibitions on in November 2013 you won’t want to miss », Art Review,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. a et b (en-US) Miranda Sawyer, « Frieze Art Fair 2013 – review », The Observer,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. a b et c (en) « Lutz Bacher: Black Beauty », sur www.ica.art (consulté le ).
  10. (en-US) « Lutz Bacher (1943–2019) », sur www.artforum.com (consulté le )
  11. a et b « Lutz Bacher / MATRIX 155 », Exhibition brochure, sur Exhibition brochure, Berkeley Art Museum (consulté le ).
  12. (en-US) Liz Wing, « Lutz Bacher: ODO », The Brooklyn Rail,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Lutz Bacher at P.S.1, New York », sur Artabase (consulté le ).
  14. Exposition à la Sécession de Vienne.
  15. Exposition au Aspen Art Museum.
  16. Exposition au Musée National du Danemark.
  17. « Lafayette Anticipations : autant en emporte Lutz Bacher », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Lutz Bacher CV », sur Greene Naftali.

Liens externesModifier