Ouvrir le menu principal

Luiz Eduardo de Oliveira

auteur de bande dessinée
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léo et Oliveira.
Luiz Eduardo de Oliveira
LEO mollat2013.jpg
Biographie
Naissance
Pseudonyme
LeoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Luiz Eduardo de Oliveira, connu sous le pseudonyme de Leo (correspondant à ses initiales), est un auteur de bande dessinée brésilien de langue française né à Rio de Janeiro (Brésil) le .

Sommaire

BiographieModifier

La jeunesseModifier

Luiz Eduardo de Oliveira voit le jour le à Rio de Janeiro au Brésil. Passionné de dessin, il entre à l’université et suit des études d’ingénieur. Son diplôme acquis, il se tourne vers le militantisme au sein de la gauche en 1968.

La fuiteModifier

En 1971, il fuit le Brésil à cause de la dictature militaire. Réfugié au Chili, il doit à nouveau fuir un an plus tard, pour l'Argentine cette fois, à la suite du coup d'État qui renverse le président Salvador Allende au profit de Augusto Pinochet. Il retourne finalement au Brésil en 1974, de manière clandestine.

La carrière de dessinateurModifier

Dessinateur de publicité à São Paulo, il émigre en France en 1981 pour faire de la bande dessinée. Cependant, l'industrie de la bande dessinée franco-belge traverse à l'époque une des pires crises de son histoire, ce qui le force à se replier vers la publicité. Il publie toutefois quelques planches dans le magazine L'Écho des savanes en 1982 et Pilote en 1985.

En 1986, il entame grâce à Jean-Claude Forest une collaboration fructueuse avec plusieurs publications pour la jeunesse du groupe Bayard Presse. Il dessine des histoires vraies pour le périodique Okapi. Pour Astrapi, il réalise son premier album, Gandhi, le pèlerin de la paix (scénario de Benoit Marchon), qui retrace la vie du Mahatma.

En 1988, le scénariste Rodolphe propose à Léo de dessiner ses histoires, ce qu'il accepte. Ceci débouchera sur une collaboration pérenne, puisqu'encore d'actualité en 2013, après huit volumes publiés dans la série Trent et cinq dans la série Kenya dont la suite, Namibia, et Amazonie en cours d'élaboration.

En 1993, il parvient à réaliser un vieux projet : être le scénariste, dessinateur et coloriste de sa propre série. C'est le début des Mondes d'Aldébaran. Après avoir publié cinq volumes d'Aldébaran en 2000, il lance Bételgeuse qui est nommé en 2004 pour le Prix de la série au festival d'Angoulême. Suit un nouveau cycle, Antarès, de 2007 à 2015, et une série parallèle Survivants (anomalies quantiques), à partir de 2011, qui converge avec la trame principale en 2018 avec la sortie de Retour sur Aldébaran.

En 2007, Icar, qui n'est autre que Francard, dessinateur de Fatum (1996) et Anamorphose (2005), demande à Leo de lui écrire un scénario. Cette collaboration donnera Terres lointaines, une histoire de science-fiction qui elle aussi se passe sur une planète colonisée.

Son artModifier

Le dessin de Léo consiste en des traits simples. Pas de fioritures ou de détails, il est proche de la ligne claire.

Spécialisé dans la science-fiction, Leo se distingue par l'utilisation de vastes scènes à la ligne épurée ; il fait souvent intervenir des créatures étranges, détaillées par exemple dans le bestiaire des Mondes d'Aldébaran.

PrixModifier

PublicationsModifier

Republication en intégralesModifier


Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier