Luis Rogelio Rodríguez-Comendador

personnalité politique espagnole

Luis Rogelio Rodríguez-Comendador
Illustration.
Luis Rogelio Rodríguez-Comendador, en 2013.
Fonctions
Sénateur aux Cortes Generales
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection
Circonscription Almería
Législature XIVe
Groupe politique Populaire

(7 ans, 3 mois et 12 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Almería
Législature Xe, XIe et XIIe
Groupe politique Populaire
Maire d'Almería

(12 ans, 5 mois et 14 jours)
Coalition PP-GIAL (2003-11)
PP (2011-15)
Prédécesseur Santiago Martínez Cabrejas
Successeur Ramón Fernández-Pacheco
Président de la députation provinciale d'Almería

(8 ans et 4 jours)
Coalition PP
Prédécesseur Tomás Azorín
Successeur José Añez
Biographie
Nom de naissance Luis Rogelio Rodríguez-
Comendador Pérez
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique PP
Diplômé de Université de Grenade
Profession Avocat

Luis Rogelio Rodríguez-Comendador
Maires d'Almería

Luis Rogelio Rodríguez-Comendador Pérez, né le à Madrid, est un homme politique espagnol membre du Parti populaire (PP). Il est maire d'Almería de à .

BiographieModifier

Formation et vie professionnelleModifier

Né à Madrid, il déménage à Almería, en Andalousie, en 1975. Il entre ensuite à l'université de Grenade où il étudie le droit. Il devient avocat à l'issue de son cursus.

Il adhère à l'Alliance populaire en 1980. Il exerce diverses fonctions au sein des Nouvelles générations (NNGG) et du parti, renommé Parti populaire, dans la province d'Almería.

Président de la députation provincialeModifier

À l'occasion des élections municipales du , il se fait élire conseiller municipal d'Almería, figurant en cinquième position sur la liste de Fernando Cabezón. Quatre ans plus tard, il est investi en deuxième place de la liste de Juan Megino, qui remporte la majorité absolue au conseil municipal.

Il est également élu à la députation provinciale, où le PP remporte une majorité relative. Bien que la gauche y soit majoritaire, il en est élu président le après que la Gauche unie (IU) a décidé de s'abstenir lors du vote d'investiture. Il succède au socialiste Tomás Azorín, en fonction depuis huit ans et met fin à 12 années de pouvoir socialiste. Il est confirmé à la majorité absolue, le PP disposant de 14 députés sur 27, et se trouve être le seul président de députation andalouse issu du centre droit[1]. À compter de 1996, il préside le PP dans la province.

Député au Parlement d'AndalousieModifier

Il est élu député d'Almería au Parlement d'Andalousie au cours des élections autonomiques du 12 mars 2000. Pour ce premier mandat, il exerce la présidence de la commission de suivi et de contrôle du financement des partis politiques[2].

Maire d'AlmeríaModifier

Au cours de l'été 2002, il est choisi pour être tête de liste aux élections municipales du à Almería, au détriment de l'ancien maire Juan Megino[3]. Le jour du scrutin, la liste qu'il mène remporte 31 461 voix, soit 38,91 % des suffrages exprimés et 11 conseillers municipaux sur 27[4]. Obtenant l'appui des 5 élus du Groupe indépendant pour Almería, fondé par Megino, il est élu maire de la ville par 16 voix contre 10 au socialiste Martin Soler et 1 à l'écosocialiste Diego Cervantes ; il abandonne à cette occasion la présidence de la députation provinciale[5].

Moins d'un an plus tard, il est réélu député autonomique lors des élections du 14 mars 2004. Pour ce second mandat, il est simplement membre de la commission de la Culture[6]. Pour résoudre la crise au sein de la fédération provinciale du PP, il annonce sa démission de la présidence le [7]. Lors du Xe congrès, qui se tient le suivant, il est pourtant désigné deuxième vice-président de la commission exécutive, tandis que ses partisans renforcent leur présence dans l'organe de direction[8].

Il améliore son résultat en sièges au cours des élections municipales du , ratant de peu la majorité absolue. La liste conservatrice totalise effectivement 32 725 voix, ce qui lui accorde 46,16 % des exprimés et 13 élus sur 27[9]. Bien que le GIAL n'ait plus que 2 élus, il nécessite leurs voix pour être reconduit, et leur cède donc des délégations de l'Urbanisme, et de l'Assainissement et de l'Environnement, ainsi que la présidence des sociétés publiques locales disposant des plus gros postes d'investissement[10]. Il entame son deuxième mandat le , avec de nombreuses promesses dans le domaine des infrastructures[11].

Il ne sollicite pas le renouvellement de son mandat parlementaire en 2008 mais intègre la liste du PP pour les élections générales sur une sixième et dernière position non-éligible. Il choisit de se représenter aux élections municipales du . Il écrase alors ses concurrents, puisque sa liste récolte 44 785 suffrages, soit 59,89 % des voix exprimées ; cela lui accorde 18 conseillers municipaux, une très large majorité absolue[12]. Six mois plus tard, aux élections générales anticipées du 20 novembre 2011, il se présente pour l'un des quatre postes de sénateur de la province, se classant premier avec un total de 171 988 voix[13]. Au Sénat, il est premier vice-président de la commission de la Défense et membre de la commission de la Justice[14].

Le passage définitif au SénatModifier

Il perd sa majorité absolue aux élections municipales du , totalisant 40,9 % des voix et 13 membres des 27 du conseil municipal[15]. Il est réinvesti de manière inattendue le par 13 voix contre 11 au socialiste Juan Carlos Pérez Navas, après que Ciudadanos a renoncé au dernier moment à soutenir ce dernier[16]. Il annonce sa démission dès le suivant afin, selon ses explications, de se concentrer sur sa campagne électorale et son travail au Sénat[17]. Son premier adjoint Ramón Fernández-Pacheco, âgé de 31 ans, prend sa succession le , élu par 13 voix contre 11 et 3 abstentions[18].

Aux élections sénatoriales du , il est réélu à la chambre haute avec 114 394 voix, réalisant le meilleur score de la circonscription[19]. Pour ce nouveau mandat, il est de nouveau membre de la commission de la Justice et premier vice-président de la commission de la Défense[20].

Notes et référencesModifier

  1. (es) « La Diputación de Almería se constituye como la única gobernada por el PP en Andalucía », El País, le
  2. (es) « Rodríguez-Comendador Pérez, Luis Rogelio », fiche biographique de la VIe législature, site du Parlement d'Andalousie
  3. (es) « Megino planta cara por la candidatura del PP a la alcaldía de Almería », El País, le
  4. (es) « Municipales / Mayo 2003 – Almería », site du ministère de l'Intérieur
  5. (es) « El alcalde de Almería cederá la Diputación al 'brazo derecho' de Enciso », El País, le
  6. (es) « Rodríguez-Comendador Pérez, Luis Rogelio », fiche biographique de la VIIe législature, site du Parlement d'Andalousie
  7. (es) « El presidente del PP de Almería dimite por sorpresa para aplacar al sector de Juan Enciso », El País, le
  8. (es) « La dirección del Partido Popular en Almería apuesta por el continuismo en su nueva ejecutiva », El País, le
  9. (es) « Municipales / Mayo 2007 – Almería », site du ministère de l'Intérieur
  10. (es) « El PP cede las áreas más inversoras a los dos ediles del Gial para conservar la alcaldía de Almería », El País, le
  11. (es) « Megino da el bastón de mando a Comendador », El País, le
  12. (es) « Municipales / Mayo 2011 – Almería », site du ministère de l'Intérieur
  13. (es) « Acuerdo de 7 de diciembre de 2011, de la Junta Electoral Central, por el que se publica el resumen de los resultados de las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 1329/2011, de 26 de septiembre, y celebradas el 20 de noviembre de 2011, conforme a las actas de escrutinio general y de proclamación de electos remitidas por las correspondientes Juntas Electorales Provinciales y por las Juntas Electorales de Ceuta y de Melilla. », Bulletin officiel de l'État du
  14. (es) « Rodríguez-Comendador Pérez, Luis Rogelio », fiche biographique de la Xe législature, site du Sénat
  15. (es) « Municipales / Mayo 2015 – Almería », site du ministère de l'Intérieur
  16. (es) « AV.-Luis Rogelio Rodríguez-Comendador (PP) proclamado nuevo alcalde de Almería con mayoría simple », 20 minutos, le
  17. (es) « Rodríguez-Comendador (PP) deja este jueves la Alcaldía de Almería en su cuarto mandato para concurrir al Senado », 20 minutos, le
  18. (es) « Fernández-Pacheco, investido nuevo alcalde de Almería », El Mundo, le
  19. (es) « Resolución de 26 de enero de 2016, de la Presidencia de la Junta Electoral Central, por la que se publica el resumen de los resultados de las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 977/2015, de 26 de octubre, y celebradas el 20 de diciembre de 2015, conforme a las actas de escrutinio general y de proclamación de electos remitidas por las correspondientes Juntas Electorales Provinciales y por las Juntas Electorales de Ceuta y de Melilla. », Bulletin officiel de l'État, le
  20. (es) « Rodríguez-Comendador Pérez, Luis Rogelio », fiche biographique de la XIe législature, site du Sénat

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Fiche sur le site du Sénat : Xe, XIe, XIIe, XIVe législatures.