Luigi Felice Rossi

compositeur italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rossi.
Ne doit pas être confondu avec Luigi Rossi.
Luigi Felice Rossi
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
TurinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Maître
Genre artistique

Luigi Felice Rossi (né le à Brandizzo et mort le à Turin) est un compositeur italien, professeur de musique, musicologue et théoricien de la musique.

BiographieModifier

Luigi Felice Rossi a commencé sa formation musicale à Bologne, en étudiant la composition avec Stanislao Mattei. Il entre ensuite au Conservatoire de Naples, où il a suivi des cours en compagnie de Vincenzo Bellini et a été l'élève de Pietro Raimondi et Niccolò Zingarelli. En 1842, il se rend à Paris où il est devenu le protégé des théoriciens de la musique Adrien de La Fage et Guillaume Louis Wilhelm. À partir de ce moment, sa carrière a été principalement axée sur le travail en tant que théoricien, musicologue et pédagogue.

ŒuvresModifier

Il a composé principalement de la musique instrumentale et sacrée, dont des messes solennelles, un Requiem, l’oratorio Les sept paroles, un Te Deum, un Magnificat, et divers psaumes et motets. Il a écrit un opéra, Gli avventurieri (Les Aventuriers), dont la première à Turin en 1835 a connu le succès. Toutefois, lorsque l'opéra a été monté plus tard à La Scala, il a été ridiculisé par les critiques milanais[1].

Il a collaboré à l’Enciclopèdia popolare et au Gran Dizionario della lingua italiana de Tomasco. Il a traduit en italien le Cours de contrepoint et fugue de Luigi Cherubini, le Traité de composition d’Anton Reicha, et les Études de contrepoint de Ludwig van Beethoven.

Il a mis en musique un hymne de Giuseppe Bertoldi (Inno al Re, o La Coccarda), dédié à Charles-Albert de Sardaigne.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • AA.VV., Enciclopedia della musica, Milan, Rizzoli, 1972, volume V, p. 271.