Ouvrir le menu principal
Ludwig Boslet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
TrèvesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

Ludwig Boslet (né le à Biedershausen – mort le à Trèves) est un compositeur et organiste allemand.

Sommaire

BiographieModifier

Boslet a grandi avec ses parents Jacob Boslet et Barbara Buchheit dans le village de Biedershausen près de Landstuhl. Après avoir terminé l'école primaire, il a fréquenté l'école préparatoire à Blieskastel, puis le collège de formation des enseignants à Spire, pour devenir professeur. À l'âge de 20 ans, il a occupé son premier emploi, d'abord dans le village de Neunkirchen am Potzberg où il ne se plaisait pas, puis à Deidesheim. À propos de la chapelle à Neunkirchen, Boslet a écrit dans ses mémoires : « De l'orgue il n'y avait que l'emplacement; l'orgue lui-même était absent. Par hasard ... j'avais entendu à 18 ans jouer à Mayence le célèbre virtuose de l'orgue Friedrich Lux. J'ai eu le désir d'arriver à jouer de cette manière. Par conséquent... m'étant rapidement décidé, je suis allé voir le professeur de musique Jakob Heinrich Lützel (de) à Zweibrücken. Sans m'avoir entendu, il m'a dit : «Vous voulez entrer dans une Académie de musique, je viens dans quelques jours à Stuttgart et je sais que les professeurs y ont une grande réputation dans toute l'Europe; je vous enverrai les statuts de l'Académie de Musique ». Grâce à l'appui de Lützel, Boslet a commencé avec le professeur Immanuel Faisst (en) à Stuttgart. Mais un an plus tard, l'étudiant organiste doit s'arrêter et retourner travailler à l'école parce que ses ressources financières étaient épuisées. Sa nouvelle place le conduit à Königsbach an der Weinstraße.

En 1881 il est venu pour une audition à Ludwigshafen, où le mélomane Albert von Jäger (de) (1814-1884), ancien directeur des chemins de fer du Palatinat, l'a entendu. Ce dernier très impressionné par le talent de Boslet, avec l'aide d'amis riches, a assemblé en 14 jours assez d'argent pour que Boslet poursuive ses études avec Faißt pendant quatre semestres et a ensuite été en mesure de passer trois semestres auprès de Josef Rheinberger à Munich. Là, il a passé son examen d'État en 1885, puis il a travaillé quatorze ans comme organiste de concert, chef de chœur et professeur à Ludwigshafen, où il a pu acquérir une bonne réputation. Il refusa une invitation venue de Paris de la part de l'organiste virtuose Alexandre Guilmant, ainsi que des offres parvenues de Lucerne, de Londres et des États-Unis, parce qu'il se sentait trop attaché à son pays, là où il avait son gagne-pain. Mais en 1899, Boslet a changé de décision, et a rejoint la ville frontière de Saint-Ingbert et l'église de Saint-Joseph. Dans ses mémoires, nous lisons: « Si j'y avais trouvé de meilleures conditions, je serais resté à Ludwigshafen ».

À Saint-Ingbert avait joué pendant 40 ans Franz Woll, le frère du poète Karl Woll, en occupant le poste d'organiste à Saint-Joseph. Le 17 octobre 1897, Boslet a donné un concert d'orgue. À Saint-Joseph, se trouvait l'orgue de facture romantique de H. Voit & Söhne, qui avec 36 jeux était alors le plus grand orgue sur le territoire actuel de la Sarre. La place, qui exigeait les mêmes tâches qu'à Ludwigshafen, était selon ce qu'il rapporte, « bien rémunérée » et, contrairement à son intention initiale, elle n'a pas été une place de transition : il y est resté pendant dix ans. À cette époque, la chorale de l'église a été agrandie considérablement.

En 1909, Boslet est allé à la cathédrale de Trèves, où deux ans plus tard, le , il a succédé à Jodocus Kehrer (1855-1937), qui avait pris la retraite à cause de son âge. Il y avait là un orgue de Weigle qui avait été terminé en 1908. En plus de son activité d'organiste, Bosletl a travaillé à l'école de musique de l'église fondée par Gustav Erlemann en 1903. Il y a enseigné l'orgue, le piano, le chant et la théorie de la musique. Il a poursuivi ces activités jusqu'à sa retraite en 1937.

Ses œuvres avaient reçu de son vivant un accueil réservé.

ŒuvresModifier

Opus[1] Nom Tonalité Année Éditeur CD Remarques, autres informations
1 Thema mit Variationen sol mineur 1890 Berlin: Verlag Hymnophon, avant Eisoldt und Rohkrämer oui
2 Fest-Fantasie und Elegische Fuge ut majeur Trèves: Musikverlag Hans Kessler oui
3 Sonate nº 1 sol mineur 1890 Brême: Schweers Studienwerk aus der Zeit Rheinbergers
4 Motet pour chœur mixte « Wie lieblich sind deine Wohnungen, o Herr » Berlin: Verlag M. Leuckart, plus tard Eisoldt und Rohkrämer
5 Naturfreiheit (Ludwig Uhland) pour chœur mixte Berlin: Verlag M. Leuckart, plus tard Eisoldt und Rohkrämer
6 Sonate nº 2 ré mineur 1892 Berlin: Eisoldt oui
7 Große Fantasie für Orgel mi majeur Berlin: Verlag Julius Schneider, ab 1912: Trier wie op. 2 oui
8 Festliches Nachspiel zum « Ite missa est » und Thema mit Variationen « Caro mio ben » d'après Tomaso Giordano Verlag Julius Schneider, Berlin
9 Religiöses Stimmungsbild la dièse majeur Hildesheimer, Speyer
10 Sonate nº 3 ut mineur 1895 Leipzig: Otto Junne oui
11 Charakterstück für Klavier 1898 Berlin: Verlag Hymnophon
12 Introduktion und Tripelfuge ut mineur 1900 Regensburg: Feuchtinger & Gleichauf publié ainsi qu'un accompagnement d'orgue au choral-Te Deum dans la revue "The Organ". Plus tard inclus dans l'op. 22 sous le nº 9
13 Große Festfantasie für Orgel ut majeur 1893 Zittau-Zürich: Verlag Loebel oui « Am 13. Mai 1894 auf der großen Orgel im Dom zu Speyer öffentlich gespielt » (Ludwig Boslet). Dédié au maître de chapelle Joseph Niedhammer. Fugenthema: Sanctus a. d. 3. Choralmesse In festis duplicibus (Medicaea). Composé à Ludwigshafen (Angaben Boslets).
14 Ariosa und Fugato la dièse majeur 1898 Leipzig: Verlag Robert Forberg
15 Orgelsonate nº 4 si bémol mineur oui dédiée à l'organiste de la cathédrale de Genève Otto Barblan
16 Vor- und Nachspiel zum Gebrauch bei dem katholischen Gottesdienste avant 1898 Leipzig: Verlag Robert Forberg
17 Präludium und Ciacona la mineur Berlin: Eisold
18a Vorspiel Moderato con moto ré majeur Regensburg: Feuchtinger & Gleichauf in: « 100 größere und kleinere Originalkompositionen für die Orgel zum kirchlichen Gebrauch und zum Studium gesammelt und herausgegeben von Joh. Diebold »
18b Nachspiel Maestoso ut majeur Regensburg: Feuchtinger & Gleichauf in: « 100 größere und kleinere Originalkompositionen für die Orgel zum kirchlichen Gebrauch und zum Studium gesammelt und herausgegeben von Joh. Diebold »
18c Fantasie und Doppelfuge in, Moderato mi bémol mineur/mi bémol majeur Regensburg: Feuchtinger & Gleichauf in: « 100 größere und kleinere Originalkompositionen für die Orgel zum kirchlichen Gebrauch und zum Studium gesammelt und herausgegeben von Joh. Diebold »
19 « Veni creator » et « Pange lingua » pour chœur mixte à 4 voix a capella
22 12 Große Orgelstücke I-II avant 1925 Regensburg: Gleichauf I Präludium und Doppelfuge en ré majeur, Fantasie zu einem alten Kirchenlied en sol majeur, Festpräludium en si bémol majeur, Fantasie en la dièse mineur/la dièse majeur, Einleitung und Doppelfuge en si mineur, Festpräludium en ré majeur; II Einleitung und Fuge en la mineur, Nachspiel (Kanon) fa majeur, Introduktion und Tripelfuge en la mineur (Nacdhspiel), Präludium en sol majeur, Festpräludium en fa majeur, Adagio (freier Kanon) en sol mineur
23 Praeludium (Quasi Fantaise) et Fuga mi mineur 1903 J. Rieter-Biedermann, Leipzig oui dédié à Wilhelm Carl Julius Hoyerman.
24 Praeludium und Fuge mi mineur Leipzig: Otto Junne
25 Drei Tonstücke für Orgel nº 5 fa majeur 1903 J. Rieter-Biedermann, Leipzig oui Festpräludium, Recitativ, Finale; Manuskript: University of Rochster
26 Interludium und Postludium 1906 Leipzig: Otto Junne dans le premier des trois volumes de « Orgelstücke moderner Meister »
27 Phantasie für die Orgel 1906 Verlag Schwann, Düsseldorf in: « routinierter Konzertorganist »
30 Orgelsonate nº 5 ré majeur 1908 Schweers & Haake, Bremen oui
31 Fantasie « Ecce sacerdos » pour chœur mixte à 6 voix et orgue 1912 Verlag Schwann, Düsseldorf paru dans Alphonse Moortgat: « Orgelmuziek »
32 Missa solemnis pour chœur mixte à 7 voix et orgue 1912 Verlag A. Böhm, Augsburg "Sr. Kgl. Hoheit Dem Prinzregenten Luitpold v. Bayern unterthänigst gew."
33 Toccata, Introduction und Fuge 1913 Verlag A. Böhm, Augsburg oui dédié à Marie-François-Xavier Mathias professeur d'université et organiste à Strasbourg
34 Fünf Festpräludien avant 1927 Verlag A. Böhm, Augsburg
35 Orgelsonate nº 6 ut mineur 1914 J. Rieter-Biedermann, Leipzig oui dédié au professeur de l'Académie de Munich Ludwig Felix Maier
36 Sieben neue Festpräludien avant 1927 Verlag A. Böhm, Augsburg
37 Einleitung und Fuge si bémol majeur cor 1927 Verlag A. Böhm, Augsburg
38 Zwei Weihnachtsstücke ut majeur Verlag A. Böhm, Augsburg oui Weihnachtsidyll en sol majeur, Pastorale en sol majeur
41 Fünf Hymnen für das Fronleichnamsfest pour chœur mixte à 4 voix et Orchestre
45 Introduction und Fuge zu « Maria zu lieben » pour Orgue 1932 M. Hoffmann, Kronach
46 Zwei Fantasien über Choralmelodien und ein Thema von Palestrina Publié par la Bibliothèque de la cathédrale de Trèves. Dédié à l'organiste Dr. Paul Schuh
47 Fantasie über ein Thema von Palestrina a. d. « Missa brevis » Publié par la Bibliothèque de la cathédrale de Trèves. Aus dem Nachlass Paul Schuh

BibliographieModifier

  • Gustav Bereths: Beiträge zur Geschichte der Trierer Dommusik, B. Schott's Söhne, Mainz 1974, S 51ff. u. 114-118
  • Ludwig Boslet: Autobiographie, Manuskript im Bistumsarchiv Trier, Abt. 91, Akte Nr. 114
  • Wilhelm Jakob Jung: Musikgeschichte der Stadt Ludwigshafen am Rhein vom Jahre 1850-1918, herausg. von Siegfried Fauck, Ludwigshafen 1968
  • Wilhelm Rau: Die pfälzischen Tonkünstler der Gegenwart – Ludwig Boselt, in: Pfälzisches Museum, Jg. 17 (1900), S. 170ff

RéférencesModifier