Ouvrir le menu principal

Ludovic Chammartin
Image illustrative de l’article Ludovic Chammartin
Ludovic Chammartin lors du Tournoi Grand Chelem de Paris en 2011
Contexte général
Sport pratiqué Judo
Période active 2006-2016
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance (34 ans)
Lieu de naissance Fribourg
Taille 1,68 m (5 6)
Poids 60 kg (132 lb)
Entraîneur Yoshiyuki Hirano
Gilles Spaggiari
Ran Grünenfelder
Palmarès
Jeux olympiques - - -
Coupe du monde 1 0 6
Championnats d'Europe 0 1 1
Championnats de Suisse 4 2 1
Dernière mise à jour : 14 février 2018

Ludovic Chamartin, né le à Fribourg, est un judoka suisse combattant dans la catégorie des moins de 60 kg. Après plusieurs podiums en Coupe du monde de judo et une participation aux Jeux olympiques en 2012, il devient, en 2013, vice-champion d'Europe. Deux ans plus tard, il remporte une médaille de bronze aux Jeux européens, puis prend part à ses deuxièmes Jeux olympiques en 2016, avant de mettre un terme à sa carrière.

BiographieModifier

Découverte du judo, puis du niveau internationalModifier

Né le à Fribourg d'une mère mauricienne et d'un père suisse[1], Ludovic Chammartin mesure 1,68 m pour 60 kg[2]. Il combat dans la catégorie des moins de 60 kg. À côté du judo, il est mécanicien de profession[3].

Parce qu’il était petit et frêle et que ses parents voulaient qu'il sache se défendre[4], Chammartin découvre le judo, en compagnie de sa soeur Nadine, alors qu'il est plus intéressé par le football[1],[5]. Il commence dans la catégorie des moins de 22 kg en étant opposé contre des filles, mais il persévère en raison de la camaraderie et de ses facilités[4]. A l'adolescence, il intègre les cadres nationaux suisses[1]. En 2004, il remporte son premier titre de champion de Suisse élites en catégorie des moins de 60 kg, après avoir remporté une médaille d'argent et une médaille de bronze lors des deux années précédentes[6]. L'année suivante, il doit se contenter d’une médaille d’argent, après une défaite en finale contre Michael Iten[7].

En mars 2006, Chammartin participe à son premier tournoi de Coupe du monde à Rotterdam, où il est éliminé d'entrée[8]. En novembre de la même année, il remporte son deuxième titre de champion de Suisse élites[9], avant de gagner, une semaine plus tard, la médaille de bronze aux championnats d'Europe des moins de 23 ans[10]. En 2007, Chammartin participe à ses premiers championnats d'Europe, mais, diminué par une blessure qu'il traîne depuis sa médailles de bronze aux championnats d'Europe des moins de 23 ans, il doit s'incliner dès le premier tour[11]. Au début du mois de mai, sa blessure au genou (ligaments croisés antérieur du genou et ménisque) s'aggrave lors du tournoi de Rome et il ne peut éviter une opération qui l'éloigne des tatamis durant six mois, en pleine période de sélection aux Jeux olympiques de 2008[3],[12]. À cause de ce coup d’arrêt, il doit renoncer à ces Jeux[13], après n'avoir gagné qu'un seul combat en Coupe du monde et en n'ayant passé qu'un tour aux championnats d'Europe[14].

Première qualification aux Jeux olympiquesModifier

Dès le printemps 2008, pour gagner un peu d’argent, Chammartin combat en Bundesliga avec le Judoclub Leipzig e.V.[3] et se consacre à plein-temps au judo[15]. En novembre 2008, il remporte un nouveau titre de champion de Suisse[16].

Durant trois ans, Ludovic Chammartin tente de se qualifier pour les Jeux olympiques. Il réussit notamment des podiums (des troisièmes places) lors des épreuves de Coupe du monde à Miami, à Ile de Margarita, à Tashkent et à Tbilissi entre 2011 et 2012[17]. Il doit attendre les championnats d’Europe de 2012 pour valider son ticket[18], durant lequel il se retrouve en concurrence avec son ami Dominique Hischier et partenaire d’entraînement[18],[10]. Après une défaite sur décision des arbitres au deuxième tour contre Jeroen Mooren[19], il se qualifie grâce à un repêchage[20], mais au détriment d’Hischier[20]. En effet, un seul judoka par nation peut être repêché[18].

Il participe donc aux Jeux olympiques de 2012 durant lesquels il est éliminé lors de son premier combat par le Sud-Coréen Choi Gwang-hyeon. Alors qu’il avait prévu d’arrêter sa carrière, sa contre-performance le fait réfléchir[21]. Il décide finalement, après trois semaines de pause, de prolonger sa carrière jusqu’aux mondiaux de Rio en 2013[22].

Médailles continentales et deuxième participation aux Jeux olympiquesModifier

En 2013, il devient vice-champion d’Europe dans sa catégorie, battu en finale par le Géorgien Amiran Papinashvili[23], après avoir remporté ses combats contre David Pulkrabek, Sofiane Milous, Jeroen Mooren et Yanislav Gerchev, et malgré un voyage de douze heures en bus et des problèmes de pertes de poids[24]. Cette médaille le relance alors pour un nouveau cycle olympique[25],[26]. En août, il doit abandonner avant son premier combats des championnats du monde, en raison d'une blessure à l’échauffement[4].

En 2014, il n'est d'abord pas sélectionné pour défendre sa médaille d'argent aux championnats d'Europe, parce que jugé hors de forme[27]. Il participe finalement à cette compétition, mais est éliminé aux deuxième tour par l'Anglais Ashley McKenzie[28]. En juin, il termine troisième du Grand Prix de La Havane, battu uniquement par le Géorgien Amiran Papinashvili[29], puis troisième de l'épreuve de Coupe du monde à San Salvador, avant de se hisser au cinquième rang du Grand Prix de Oulan-Bator[30]. S'il aborde les mondiaux 2014 dans les meilleures conditions[31], une erreur tactique lui fait perdre son premier combat face à Eric Takabatake[32]. Chammartin termine son année 2014 avec plusieurs bons résultats en Coupe du monde[33].

En 2015, malgré un enchaînement de blessures, de doutes et de problèmes de poids[34], il termine troisième des Jeux européens de 2015 de Bakou, derrière Beslan Mudranov, Orkhan Safarov et à égalité avec Amiran Papinashvili, battant notamment Yanislav Gerchev, Ludwig Paischer, puis Hovhannes Davtyan et Jeroen Mooren en repêchages[35].

Style de combatModifier

PalmarèsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Tiphaine Bühler, « Vivre les chocs de «Ludo» à distance », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  2. « Ludovic Chammartin », sur jo-2012.net (consulté le 25 avril 2013).
  3. a b et c Karine Allemann, « Pékin pas vraiment express », sur lagrue.ch, (consulté le 25 avril 2013).
  4. a b et c Vincent Chobaz, «Mes parents m’ont inscrit au judo parce que j’étais petit et frêle», sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  5. Thibaud Guisan, « De la rivalité à la complicité », sur lagrue.ch, (consulté le 14 février 2018).
  6. Marcel Gobet, « Le plaisir de Marc Favre et le clin d'oeil de Chammartin », La Liberté,‎ , p. 23.
  7. Vincent Chobaz, « Au festin des frères Papaux », La Liberté,‎ , p. 29.
  8. Vincent Chobaz, « Maurer la bonne surprise », La Liberté,‎ , p. 25.
  9. Vincent Chobaz, « Risques payant pour «Ludo» », La Liberté,‎ , p. 11.
  10. a et b Karine Allemann, « Exister sur la scène mondiale », sur lagrue.ch, (consulté le 25 avril 2013).
  11. Vincent Chobaz, « Douche froide pour Chammartin », La Liberté,‎ , p. 26.
  12. Vincent Chobaz, « Ludovic Chammartin «out» jusqu'à la fin de l'année », La Liberté,‎ , p. 33.
  13. Valentin Castella, « Ludo est bien le meilleur », sur lagrue.ch, (consulté le 25 avril 2013).
  14. Vincent Chobaz, « Chammartin privé de JO », La Liberté,‎ , p. 27.
  15. Karine Allemann, « Prêt pour son grand rendez-vous européen », sur lagrue.ch, (consulté le 25 avril 2013).
  16. Vincent Chobaz, « «Ludo» marque son territoire », La Liberté,‎ , p. 35.
  17. (en) « Ludovic Chammartin (Switzerland) », sur judoinside.com (consulté le 25 avril 2013).
  18. a b et c Karine Allemann, « Le destin de Ludo Chammartin se joue cette semaine en Russie », sur lagruyere.ch, (consulté le 25 avril 2013).
  19. Karine Allemann, « Ludo Chammartin devra patienter jusqu’à ce soir », La Gruyère,‎ , p. 13
  20. a et b Karine Allemann, « « Maintenant que je vais aux JO, c’est pour y faire quelque chose » », La Gruyère,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  21. Valentin Castella, « « J’avais prévu d’arrêter après les jeux Olympiques. Mais… » », La Gruyère,‎ , p. 9
  22. Thibaud Guisan, « Ludovic Chammartin poursuit sa carrière », La Gruyère,‎ , p. 11
  23. Sportinformation, « Ludovic Chammartin décroche une belle médaille d'argent », sur laliberte.ch, (consulté le 25 avril 2013)
  24. Vincent Chobaz, « Phénoménal, «Ludo»! », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  25. SI/AFP/Le Matin, « Ludovic Chammartin médaillé de bronze aux Européens », sur lematin.ch, (consulté le 14 février 2018).
  26. Vincent Chobaz, « C’est enfin l’heure de la rentrée », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  27. Vincent Chobaz, « Chammartin pas sélectionné », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  28. Vincent Chobaz, « Pas d’exploit pour «Ludo» », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  29. Vincent Chobaz, « Chammartin sur le podium à La Havane », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  30. Vincent Chobaz, « Chammartin au pied du podium », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  31. Vincent Chobaz, « Un appétit toujours intact », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  32. Vincent Chobaz, « Liquidé en une minute et demie », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  33. Vincent Chobaz, « Chammartin finit bien son année », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  34. Vincent Chobaz, « Il a songé à tout plaquer », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).
  35. Vincent Chobaz, « Un vrai régal, de bout en bout », sur laliberte.ch, (consulté le 14 février 2018).

Liens externesModifier