Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burns.

Lucy Burns, née le 28 juillet 1879 et morte le 22 décembre 1966, est une suffragette américaine. Avec son amie Alice Paul et d'autres féministes, elle contribua à l'obtention du droit de vote des femmes aux États-Unis en 1920 (XIXe Amendement à la Constitution).

BiographieModifier

Lucy Burns est née à Brooklyn, New York, dans une famille catholique irlandaise.[1] étudie à l'université Columbia, Vassar et Yale, avant de devenir professeur d'anglais [1]. Elle enseigne pendant deux ans à l'Erasmus High School de Brooklyn. Elle décide ensuite de reprendre ses études. En 1906, à 27 ans, elle déménage en Allemagne pour poursuivre ses études de langues à l'université de Bonn, puis de Berlin, jusqu'en 1909. Elle voyage en Angleterre, où elle rencontre Emmeline Pankhurst [2]. Burns reste en Angleterre pour travailler avec l'Union sociale et politique des femmes, en tant que salariée, de 1910 à 1912. Elle est chargée de l'organisation. Lors son arrestation durant une manifestation, Burns rencontre Alice Paul au commisariat de police. Elles discutent du mouvement des droits des femmes américain, dont Anna Howard Shaw est une figure majeure, et se rendent compte qu'elles partagent les mêmes critiques et avis sur la question. Elles décident de collaborer, et retournent aux Etats-Unis pour rejoindre le National American Women's Association, avant de finalement rejoindre un groupe plus militant, appelé Congressional Union. Avec le soutien de Jane Addams, Burns et Paul fondent le National Woman's party en 1916. Elle se retira de la vie politique en 1919, une fois le droit de vote des femmes acquis.

RéférencesModifier

  1. a et b Bland, S.R., « ‘Never Quite as Committed as We’d Like’: The Suffrage Militancy of Lucy Burns », Journal of Long Island History, vol. 17, no 2,‎ , pp. 4–23
  2. Lunardini, From equal suffrage to equal rights: Alice Paul and the National Woman’s Party, 1912-1928., New York, New York University Press,