Lucius Antistius Burrus

consul romain en 181
Lucius Antistius Burrus
Fonctions
Consul
Sénateur romain
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
ThibilisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activité
Père
Quintus Antistius Adventus Postumius Aquilinus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Gens

Lucius Antistius Burrus Adventus[1] est un sénateur romain du IIe siècle, consul ordinaire en 181 avec l'empereur Commode. Il est l'un des gendres de l'empereur romain Marc Aurèle et de l'impératrice Faustine la Jeune. Il meurt exécuté vers 187.

FamilleModifier

Lucius Antistius Burrus est originaire de Thibilis, une ville proche de Hippo Regius, dans la province de Numidie, d'une famille sénatoriale romaine[2]. Il est le fils de Quintus Antistius Adventus Aquilinus Postumus[3] qui fut consul suffect en 166 ou 167 et de Novia Crispina[2]. Cette dernière est connue par une inscription honorifique qui est dédiée au couple à l'époque où son époux sert comme légat de légion en 164[I 1].

Son père, Quintus Antistius Adventus Aquilinus Postumus, né vers 125, sert comme tribun militaire, légat de légion, questeur en Macédoine, curateur des bâtiments et des lieux publics, curateur des voies et légat d'Auguste propréteur en Germanie inférieure et en Arabie Pétrée[I 2].

Quelque temps avant la mort de l'empereur romain Marc Aurèle en 180, Lucius Antistius Burrus est fiancé à la plus jeune fille de l'empereur, Vibia Aurelia Sabina. Après le mariage, ils s'installent à Thibilis. Il semble qu'ils n'aient pas eu d'enfant.

CarrièreModifier

Quand Marc Aurèle meurt en 180, son fils Commode, le frère d'Aurelia Sabina, lui succède. Marc Aurèle a entouré le jeune Commode de cinq beaux-frères, choisis pour leur compétence[4]. En 181, Burrus est consul ordinaire au côté du nouvel empereur, association particulièrement honorifique[I 3].

Toutefois, les rumeurs de complots répandues par l'entourage de Commode finissent par atteindre Burrus : Cléandre, favori de Commode à partir de 185[5], l'accuse de tentative de coup d'État et le fait exécuter avec le préfet du prétoire Atilius Aebutianus[A 1]. Selon la douteuse Histoire Auguste, des rumeurs insinuent que Pertinax, alors légat de Bretagne, l'aurait également calomnié[A 2]. La date de son élimination est incertaine vers 187 selon Pflaum[6] ou 188[7].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

Inscriptions latinesModifier

  1. CIL VIII, 18893 = ILAlg-02-02, 04634 = D 01091 = AE 1888, 00139
  2. ILAlg-02-02, 04681 = D 08977 = AE 1893, 88
  3. Mentionné dans diverses datations épigraphiques : CIL 05, 07907, CIL 06, 00213, CIL 06, 00725, CIL 06, 36873, CIL 08, 24118, AE 1937, 00135

Références antiquesModifier

  1. Histoire Auguste, vie de Commode, VI, 11
  2. Histoire Auguste, vie de Pertinax, III, 7

Références modernesModifier

  1. E. Groag, PIR², 1933, p. 143-144, n° 757
  2. a et b Pflaum 1961, p. 37
  3. E. Groag, PIR², 1933, p. 142-143, n° 754
  4. Pflaum 1961, p. 39
  5. Pflaum 1961, p. 40
  6. Pflaum 1961, p. 38
  7. Drinkwater et Venning 2011, p. 555.

BibliographieModifier