Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fugère.
Lucien Fugère
Lucien Fugère 1890.jpg
Lucien Fugère, 1890
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Sépulture
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Tessiture
Basse chantante (d), basse bouffe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Lucien Fugère (né le à Paris et mort le à Paris) est chanteur d'opéra, voix de Basse, associé en particulier avec les rôles du répertoire français et Mozart. Il a bénéficié d'une exceptionnellement longue carrière et chantait encore à 85 ans[1].

Sommaire

BiographieModifier

Le père de Fugère est mort quand il avait 6 ans, à l'âge de 12 ans, il est apprenti maçon et travaille sur la réparation des statues et gargouilles de Notre-Dame avec ses frères. À cette époque, il rejoint et se fait remarquer dans des sociétés populaires de chants de Paris[2].

Fugère travaille comme vendeur de bijoux quand il décide de tenter sa chance dans la musique. Après des cours privés de chant car il a été refusé par le Conservatoire de Paris, il fait ses débuts en tant que chansonnier au Bataclan en 1870. Il fait ensuite ses débuts dans l'opérette au Théâtre des Bouffes-Parisiens, en 1874, dans La Branche cassée de Gaston Serpette. Fugère chante dans La Boite au lait, Madame l'archiduc, Le Moulin du vert-Galant et dans La Langue créole aux Bouffes[3].

Le tournant de sa carrière est en 1877, quand il fait ses débuts à l'Opéra-Comique dans le rôle de Jean, dans Les Noces de Jeannette de Victor Massé. Il crée  jusqu'en 1920, des rôles dans plus de 30 opéras, notamment le père de Louise de Gustave Charpentier, Fritelli dans Le Roi malgré lui d'Emmanuel Chabrier, et Pandolfe dans Cendrillon de Jules Massenet, le Diable dans Grisélidis, Le chevalier Des Grieux dans Le portrait de Manon, Sancho, Don Quichotte, Boniface dans Le jongleur de Notre-Dame, Maitre André dans Fortunio d' André Messager, Buvat dans Le chevalier d'Harmental, et le Duc de Longueville dans La Basoche. Au total, il a chanté dans plus de 100 rôles[4] y compris Figaro, Leporello, Papageno, Falstaff, et il passe à la Gaîté-Lyrique à partir de 1908 jusqu'en 1919.

Deux chansons de Chabrier sont dédiées à Fugère: Sommation irrespectueuse (1880) et Pastorales des cochons roses (1890)[5]

En 1898, après avoir chanté à la réouverture de la Salle Favart, Fugère est présenté au président de la République, Félix Faure de qui il reçoit la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur[6].

Fugère chante le Duc de Longueville dans La Basoche, d’André Messager, une dernière fois à l'Opéra-Comique en 1929, et sa dernière apparition sur scène est comme Le Barbier de Séville, au Trianon-Lyrique, en 1933, à l'âge de 85 ans.

Sa voix est décrite comme « une voix de basse chantante, aisée dans le registre de baryton-basse, avec clarté dans le registre inférieur et raffinement habile dans le supérieur »[4]; on dit qu'il est la première basse-bouffe en France. Il a enregistré pour Zonophone en 1902, puis pour Columbia Records en 1928-30 (ré-édité par Symposium)[7],[8].

Chanteur, acteur exceptionnel et grand musicien, Lucien Fugère connut l'une des plus longues carrières à l'opéra de tous les temps. Lorsqu'on l’interrogeait sur sa longévité, il a dit lors d'un interviewer, « Si un homme ne chante pas bien à 83 ans quand y arrivera-t-il, j'aimerais bien le savoir ! ». Il a été comparé au ténor suisse Hugues Cuénod, qui a fait ses débuts au Metropolitan Opera , à l'âge de 84 ans[9].

Il devient professeur de chant au Conservatoire de Paris, membre du Comité de l'Association des Artistes dramatiques, et membre de la Commission départementales des Sites et Monuments naturels de caractère artistique de la Charente-Inférieure[10].

Lucien Fugère est inhumé Cimetière du Père-Lachaise (division 7)

Son frère Paul Fugère (1851 – env. 1920) était aussi un chanteur d'opéra[N 1].

RépertoireModifier

DécorationsModifier

Références et notesModifier

Notes
Références
  1. « Plaisir d'amour Martini, Jean-Paul Schwarzendorf dit », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le 3 février 2018)
  2. (en) Steane JB. Singers of the century, Vol 2. Gerald Duckworth & Co Ltd, London, 1998. The chapter on Fugère draws extensively on: Duhamel R. Lucien Fugère. Paris, 1929.
  3. (en) Gänzl K. Lucien Fugère. In: The Encyclopedia of the Musical Theatre. Blackwell, Oxford, 1994.
  4. a et b (en) Rosenthal H. Lucien Fugère. In: The New Grove Dictionary of Opera. Macmillan, London and New York, 1997.
  5. Delage R. Emmanuel Chabrier. Fayard, Paris, 1999.
  6. (en) Steane JB. Singers of the century, Vol 2. Gerald Duckworth & Co Ltd, London, 1998.
  7. (en)Steane JB. Singers of the cent ury, Vol 2. Gerald Duckworth & Co Ltd, London, 1998.
  8. Enregistrements de Lucien Fugére sur www.archeophone.org
  9. (en) Will Crutchfield, Cuenod, at 84, makes peace with Puccini, New York Times, 8 March 1987. Retrieved on 10 January 2009.
  10. Qui êtes-vous?: Annuaire des comtemporains; notices biographiques. C Delagrave, Paris, 1924.

SourcesModifier

  • Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle (2 volumes), Ed. Robert Laffont (Bouquins, Paris, 1982, 4e Édition. 1995, 5e Éd. 2004). (ISBN 2-221-06660-X)
  • D. Hamilton (ed.),Le Metropolitan Opera de l'Encyclopédie: Un Guide Complet pour le Monde de l'Opéra (Simon and Schuster, New York, 1987). (ISBN 0-671-61732-X)
  • Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, (orig. H. Rosenthal et J. Warrack, de l'édition française), Guide de l'opéra, Les indispensables de la musique (Fayard, 1995). (ISBN 2-213-59567-4)
  • Le Dictionnaire Complet de l'Opéra et de l'Opérette, James Anderson (ISBN 0-517-09156-9)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  Images externes
  Portraits et images de Lucien Fugère disponible sur Gallica
  Portraits de Lucien Fugère sur la base Mistral
  Vidéos externes
  Lucien Fugere, "La Ronde d'Amour" 1928 sur YouTube
  Lucien Fugère dans son costume de Sganarelle chante (muet) "L'Air du catalogue" de Don Giovanni. sur www.gaumontpathearchives.com
  Audio externes
  Ronde d'amour, 1902 sur www.archeophone.org
  Ronde d'amour, 1928 sur www.archeophone.org