Lubaina Himid

peintre britannique

Lubaina Himid, née en 1954 à Zanzibar, en Tanzanie est une artiste britannique et tanzanienne, commissaire d'exposition et enseignante à l'université du Lancashire central. Elle reçoit le prix Turner en 2017.

Lubaina Himid
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Zanzibar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Royal College of Art
Wimbledon College of Art (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
British black arts movement (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

BiographieModifier

Lubaina Himid naît en 1954 d'un père professeur comorien et d'une mère designer dans l'industrie du textile, originaire du Lancashire[1]. Ses parents s'étaient rencontrés, étudiants, à Londres avant de s'installer et de se marier à Zanzibar. Lubaina y naît en 1954. Lorsqu'elle a quatre mois, son père meurt de la malaria ; sa mère et elle reviennent alors s'installer en Angleterre[2],[3]. Elle étudie au Wimbledon College of Art, puis au Royal College of Art[4].

Carrière artistiqueModifier

Son art se concentre sur les thèmes de l'histoire culturelle et des identités, et utilise des installations avec des découpages sculptés et peints. Un des sommets de son art est une œuvre de 1986, A Fashionable Marriage. C'est l'une des plus importantes artistes de la communauté noire dans l'Angleterre dans les années 1980[5].

En tant que peintre, écrivaine et commissaire d'exposition, elle participe à des expositions, des conférences, des livres et des films sur l'art visuel. Elle expose à plusieurs reprises en Grande-Bretagne et à l'étranger, notamment à Tate St Ives, Glasgow, Londres, New York, Los Angelesetc. Elle représente la Grande-Bretagne à la 5e biennale de La Havane. Ses réalisations artistiques sont présentes dans plusieurs collections publiques ou galeries, y compris le Tate, le Victoria and Albert Museum, la Whitworth Art Gallery, la Manchester Art Gallery, le musée international de l'esclavage à Liverpool, la Walker Art Gallery, New Hall à Cambridge et le Harris Museum (en) à Preston[6],[7]. Sa notoriété s'est particulièrement renforcée au milieu des années 2010 : en 2013, elle est contactée par la galerie, Hollybush Gardens, persuadée que le marché est mûr pour ce type d'artiste féminine marquée par ses origines africaines, et elle est sélectionnée en 2014 pour la Biennale de Gwangju en Corée du Sud. Des collectionneurs la remarquent. En 2017, plusieurs expositions importantes se succèdent de janvier à octobre, au Spike Island Artspace (en) de Bristol, au Modern Art Oxford (en) et au Nottingham Contemporary (en).

Lubaina Himid est aussi professeure d'art contemporain à l'université du Lancashire central (UCLan).

Prix et distinctionsModifier

Lubaina Himid est décorée en 2010 dans l'ordre de l'Empire britannique, pour services rendus à la cause des artistes noires[8]. À la fin de 2017, elle se voit attribuer le prix Turner pour 2016[9],[10]. C'est la première personne de couleur à recevoir ce prix, et aussi la plus âgée depuis la création du prix : elle a alors 63 ans[11],[12].

Expositions personnellesModifier

  • A Fashionable Marriage, Pentonville Gallery, London (1986)
  • Plan B Zanzibar, Tate St. Ives (1999)<
  • Inside The Invisible, St. Jorgens Museum, Bergen, Norway (2001)
  • Double Life, Bolton Museum & Art Gallery (2001)
  • Naming The Money, Hatton Gallery, Newcastle (2004)
  • Swallow, Judges Lodgings, Lancaster(2006)
  • Swallow Hard, Judges Lodgings, Lancaster (2007)
  • Talking On Corners Speaking In Tongues, Harris Museum & Art Gallery, Preston (2007)
  • Kangas and Other Stories, Peg Alston Gallery, New York (2008)
  • Jelly Mould Pavilion, Sudley House Liverpool and Liverpool Museums (2010)
  • Tailor Striker Singer Dandy, Platt Hall, Manchester Museums (2011)


Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Robert Clark, « Lubaina Himid », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. Valérie Duponchelle, « Lubaina Himid, un Turner Prize engagé », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. Jean-Paul Ameline, Face à l'histoire, 1933-1996: l'artiste moderne devant l'événement historique, Éditions Flammarion, (lire en ligne), p. 537-538
  4. (en) « Biography for Lubaina Himid », sur Birmingham museums and Art Gallery
  5. (en) Eddie Chambers, Black Artists in British Art: A History since the 1950s, I.B.Tauris, (lire en ligne), « Chapter nine. The Emergence of Black Women Artists : Arguments and Opinions »
  6. (en) « Lubaina Himid », sur Artcyclopedia
  7. (en) « Lubaina Himid Study Day, 20 June 2016 », Black Artists & Modernism (BAM),‎ (lire en ligne)
  8. (en) « Order of the British Empire », sur The Gazette, .
  9. Roxana Azimi, « Lubaina Himid, 63 ans, une peintre (enfin) distinguée », Le Monde,‎ 2018 à 18h40 (lire en ligne)
  10. Gilles Renault, « Lubaina Himid, prix Turner 2017 », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Aamna Mohdin, « Artist reveals why her Turner prize victory was ‘bittersweet’ », sur The Guardian, .
  12. (en) Mark Brown, « Lubaina Himid becomes oldest artist to win Turner prize », The Guardian,‎ =2017 (lire en ligne)

Liens externesModifier