Ouvrir le menu principal

Luba Jurgenson

femme de lettres française et traductrice d'origine soviétique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jurgenson.
Luba Jurgenson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Jacques Catteau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Pensionnaire de la villa Médicis (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

Luba Jurgenson[1], née le à Moscou (Union soviétique)[2], est une femme de lettres francophone d'origine estonienne et de culture russe[3], qui a émigré en 1975 (à 16 ans) à Paris. Elle est également traductrice, universitaire et codirectrice (avec Anne Coldefy-Faucard) de la collection « Poustiaki » aux éditions Verdier[4].

Sommaire

BiographieModifier

Luba Jurgenson est agrégée de russe (1997) et titulaire d’un doctorat d'études slaves (2001). Elle est maître de conférences en littérature russe à l'université Paris-Sorbonne. Son champ de recherche est celui de la littérature des camps[5].

Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis en 1987-1989.

TraductionsModifier

Ses traductions les plus connues sont les suivantes :

la traduction a remporté une Mention spéciale au prix Russophonie 2008
prix Russophonie 2011, pour la meilleure traduction
traduction qui a reçu une Mention spéciale au prix Russophonie 2015

ŒuvresModifier

  • Les Russes et la Traversée du siècle
  • Soljenitsyne et le Destin russe
  • Le Soldat de papier[8]
  • Une autre vie
  • La Dourova
  • Boutique de vie
  • Moscou
  • Le Serpent bleu
  • Lettres à un ami, correspondance avec Isaac Glikman
  • La Belle de Moscou
  • Mère et fils
  • Avoir sommeil
  • Le Chamane
  • Tolstoï
  • Éducation nocturne
  • L'Autre
  • À la recherche de l'argent perdu
  • L'expérience concentrationnaire est-elle indicible ?
  • Création et Tyrannie : URSS 1917 - 1991, Éditions Sulliver, Cabris, 2009, 192 p., (ISBN 978-2-35122-053-5)
  • Au lieu du péril, 2014, Éditions Verdier, Lagrasse, (ISBN 978-2-86432-768-4)[9]
  • Le Goulag : témoignages et archives, édition établie, annotée et présentée par Luba Jurgenson et Nicolas Werth, Robert Laffont, Bouquins, 2017, 1152 p.

BibliographieModifier

  • Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200
  • Axel Gasquet, Écrivains multilingues et écritures métisses…, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2007, p. 14, 181-188

Notes et référencesModifier

  1. en estonien Ljuba Jürgenson, en russe Люба (ou Любовь) Юргенсон.
  2. Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 13.
  3. « Radioscopie » de Jacques Chancel le
  4. 17 pages lui sont consacrées dans l'ouvrage de Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200 à [?][Combien ?].
  5. Entretien avec Luba Jurgenson (Petra James et Nicolas Litvine).
  6. SUDOC 002259516
  7. Ida Junker, Le Monde de Nina Berberova, L'Harmattan, 2012, p. 283.
  8. Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200. Voir aussi la critique de Nicole Zand dans Le Monde daté du 8 septembre 1989.
  9. (fr) « Les deux corps du bilingue », Critique de Pierre Assouline du livre « Au lieu du péril » dans la République des Livres (consulté le 21 décembre 2014).

Liens externesModifier